Covid-19 : les premiers chiffrages d'Harmonie Mutuelle

Covid-19 : les premiers chiffrages d'Harmonie Mutuelle
Catherine Touvrey, directrice générale d'Harmonie Mutuelle

La première mutuelle santé française constate déjà un recul des prestations en santé et une progression en prévoyance. Et la perspective d'une forte crise économique pèsera sur l'activité.

La crise du Covid-19 sera loin d’être neutre sur l'activité et les comptes des organismes d’assurance maladie complémentaire (Ocam) si l’on se fie aux premières projections d’Harmonie Mutuelle. « Globalement, nous enregistrons une chute des flux de l’ordre de 50 à 60% depuis le début du confinement », indique Catherine Touvrey, sa directrice générale. Un chiffre qui vaut pour les trois principales mutuelles du groupe Vyv, Harmonie Mutuelle, MGEN et MNT.  « Mais nous prenons beaucoup de précautions dans nos estimations, car nous ne sommes pas sur une situation stable. Nous sommes notamment très préoccupés par la question d’un possible rebond, d’une seconde vague de l’épidémie », ajoute Catherine Touvrey.

Dans le détail, la situation est très contrastée selon les postes. Sur la base des observations établies à date, la première mutuelle santé française chiffre la progression des dépenses hospitalières à 24 millions d’euros (pour elle seule). Un chiffre qui ne concerne que les dernières semaines, sur la base d’un taux de population infectée de 0,3%.

Ticket modérateur

Les malades du Covid-19 sont en effet pris en charge à l’hôpital en médecine, il y a donc un ticket modérateur qui s’applique (sauf naturellement pour les patients pris en charge à 100% au titre des ALD) durant les 30 premiers jours. Ce ticket modérateur s’élève à 20% du tarif journalier de prestations (TJP). Actuellement calculé librement par chaque établissement (public ou privé d’intérêt collectif), ce TJP, dont le mode de calcul devrait être harmonisé en 2021, peut représenter des montants importants, de l'ordre de plusieurs centaines d’euros par jour. Ce poste de dépenses est, lorsqu’il s’applique, le plus lourd pour les OCAM, puisqu’il dépasse largement le FJH (forfait journalier hospitalier de 20€) ou les dépenses hôtelières (chambre particulière).

Compte tenu de la progression des dépenses hospitalières, le recul global des flux s’explique par le très fort ralentissement des soins de ville depuis le début du confinement le 17 mars. Sur l’optique ou le dentaire, deux postes où les complémentaires santé sont les principaux financeurs, l’activité est aujourd’hui réduite aux urgences, avec un dispositif propre à chaque domaine. Quant aux consultations de médecine de ville (généralistes et spécialistes), elles se sont aussi effondrées – et même si elle augment très fortement, la téléconsultation représente des volumes très inférieurs aux consultations enregistrées en temps normal.

« Nous pensons avoir un effet report de deux-tiers à partir de juin ou septembre ou en fin d’année, ce qui sera le signe d’un recours aux soins », poursuit Catherine Touvrey. Sur l’ensemble des prestations versées par la mutuelle (2,1 Md€ en 2019), le recul atteindrait 40 à 60 M€, soit 2 à 3%. Si des excédents devaient être dégagés, la question de la redistribution aux adhérents sera étudiée dans une logique de solidarité nationale pour soutenir l’emploi, les personnes soignants ou médicaux-sociaux, et enfin les adhérents. « Nous sommes mutualistes, nous travaillons à « prix coutant », et nous nous engageons à ne pas utiliser d’éventuelles économies pour améliorer nos résultats », souligne la directrice générale. Mais là encore, tout dépend des évolutions de la sinistralité en santé.

Boom des arrêts de travail

En revanche, Harmonie Mutuelle anticipe une augmentation de charge importante en prévoyance, qui impactera en particulier sa filiale Mutex. « Selon le premier chiffrage que nous avions fait avec une hypothèse de confinement jusqu’à fin avril, nous chiffrons le surcoût en prévoyance à 60 M€, du fait en particulier de l’extension des conditions de prise de charge des arrêts de travail (garde d’enfants, etc.)  et de notre décision de maintenir les prestations en cas de chômage partiel », indique Catherine Touvrey. Mais elle prévient que la note sera supérieure du fait du prolongement du confinement et des reprises d’activité qui seront progressives. Elle signale aussi de fortes attentes d’accompagnement extra-financier des entreprises, notamment dans les problématiques de retour à l’emploi, ainsi que des inquiétudes marquées sur l’impact à moyen terme du confinement sur la santé psychique (isolement des personnes âgées, décès, etc.) qui pourrait constituer un enjeu de santé publique.

Enfin, Catherine Touvrey anticipe déjà une dégradation globale pour les prochains mois et surtout pour 2021, surtout en assurance collective du fait de la contraction attendue de la masse salariale et des inévitables défaillances d’entreprises. « On nous annonce la plus forte crise économique depuis la fin de la deuxième guerre mondiale », rappelle-t-elle. A noter également que les résultats de Vyv 3, qui porte toutes les activités de services de soins et d’accompagnement mutualistes (cliniques, centres de santé, dentaires, optiques, soins à domicile, etc.) seront également très affectés par la crise du Covid-19.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

ÉDITION DU 17 juillet 2020 Je consulte

Emploi

Galaxy Conseil

Comptable H/F

Postuler

Mutuelle des Iles Saint Pierre et Miquelon Assurances

REDACTEUR H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Covid-19 : les premiers chiffrages d'Harmonie Mutuelle

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié