Macif : la hausse de la rémunération du président fait polémique

Macif : la hausse de la rémunération du président fait polémique
Mourad Chefail / Macif Le président de la Macif Alain Montarant a fait voter une hausse de sa rémunération au dernier conseil d'administration.

Le dernier conseil d’administration du groupe Macif a voté une hausse significative de la rémunération de son président Alain Montarant, à laquelle s’ajoute son indemnité pour son mandat de président d’OFI Asset Management.

 

« Une augmentation en or Macif », c’est le titre du Canard Enchaîné publié ce mercredi. Le journal satirique y pointe une hausse de 62,5% de la rémunération du président du conseil d’administration de la SGAM Macif, Alain Montarant. Au cours du dernier conseil d’administration du groupe mutualiste, qui s’est réuni le 18 décembre dernier, sa rémunération annuelle pour ses fonctions de président est, en effet, passée de 160 000€ à 260 000€ bruts, nous confirme-t-on à la Macif.

Hausse de 40% de la rémunération globale

A cette rémunération fixe, s’ajoute, comme le pointe le Canard Enchaîné, son indemnité au titre de son mandat de président d’OFI Asset Management, la filiale de gestion d’actifs dont la Macif détient plus de 60% du capital (et la Matmut plus de 25%). Cette dernière est de 121 623€, nous confirme l’assureur mutualiste. Au total, en additionnant ses différentes indemnités et ses avantages en nature, la rémunération que percevra Alain Montarant en 2019 s’élève à près de 400 000€.

Selon le dernier rapport annuel de la Macif, Alain Montarant avait perçu en 2017 une rémunération globale brute de 285 487€ (dont 160 000€ au titre de son mandat de président du groupe Macif, 121 623€ au titre de la présidence d’OFI AM et 3864€ d’avantages en nature). Si l'on raisonne en termes d'enveloppe globale, la rémunération n'augmente donc "que" de 40% et non de 62,5% comme évoqué dans le Canard Enchaîné.

"Bonne gestion"

« Le conseil d’administration a voulu saluer la bonne gestion » de son président, confie Alain Montarant au Canard Enchaîné. De fait, les derniers résultats annuels publiés par le groupe Macif pour l’année 2017 témoignent d’une bonne santé économique : un bénéfice net part du groupe de 265 millions d’euros (en hausse de 43 %) et des fonds propres de 3,67 Md€ (en hausse de 6% sur un an). Dans un communiqué diffusé mercredi soir, le groupe Macif indique d'ailleurs qu'un des motifs de la revalorisation de l'indemnité d'Alain Montarant réside dans "les résultats de la stratégie mise en oeuvre depuis 2015" qui "ont généré une dynamique positive de développement du groupe et de son sociétariat ainsi que des transformations majeures". De plus, "depuis 2012, date de la mise en place de la grille d’indemnités des administrateurs, aucune évolution n’avait été apportée", ajoute le groupe.

« Le poste de président est surtout symbolique, vu qu’il consiste à animer une dizaine de réunions du conseil d’administration. L’essentiel du boulot est réalisé par la direction générale », raille un cadre cité par Le Canard. Des propos qui méconnaissent la réalité de l’organisation de la gouvernance du groupe Macif. La SGAM prudentielle se plie, comme les autres assureurs, aux règles de la directive européenne Solvabilité 2. A ce titre, Alain Montarant est un dirigeant effectif du groupe, tout comme Jean-Marc Raby, son directeur général. Comme le rappelle la notice de l’ACPR, « deux dirigeants effectifs au moins interviennent dans toute décision significative avant que celle-ci ne soit mise en œuvre ». Le rôle d’Alain Montarant dépasse donc largement la simple animation de conseils d’administration. En outre, la Macif rappelle "l'élargissement des responsabilités du président, qui s’exercent désormais sur un périmètre groupe élargi".

"Une fourchette correcte"

La polémique soulevée par Le Canard Enchaîné sur la rémunération d’Alain Montarant est-elle donc justifiée ? Pas tellement si on la compare à ce qui se pratique chez ses camarades mutualistes. Comme le relève d'ailleurs l’intéressé dans les colonnes du journal satirique, «  je suis dans une fourchette correcte ». Selon les derniers rapports financiers, Dominique Mahé, président de la Maif, a en effet perçu en 2017 une rémunération globale de 388 415€ et Jean-Yves Dagès, le président de la Fédération nationale de Groupama, 294 451€. Le directeur général du groupe Macif, Jean-Marc Raby, a, quant à lui, touché 515 783€ en 2017. Une somme proche de celle du directeur général de la Maif, Pascal Demurger (574 074€).

Même rémunération pour l'ex président

S’il semble être aligné sur le reste du secteur, Alain Montarant aurait-il dérogé à la culture Macif ? Un retour en arrière permet de rappeler que l’ex-président de la Macif Gérard Andreck touchait, en 2013, une rémunération annuelle de 391 209€, dont 184 942€ au titre de son mandat de président et 206 267€ pour ses mandats dans les autres sociétés du groupe, à laquelle s’ajoutaient 5087€ d’avantages en nature. Une somme globale équivalente, donc, à celle d’Alain Montarant aujourd’hui.

Mais, plus que le montant, c’est l’augmentation qui fait jaser, dans un climat social plus que tendu. Après une renégociation de l’accord temps de travail très mal vécue par les salariés de la mutuelle en 2018, la saison des NAO (négociations annuelles obligatoires) vient de d'ailleurs s’ouvrir, en plein mouvement des « gilets jaunes ». Pour l’instant, la Macif n’a pas arrêté sa décision en matière de versement de la prime Macron.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour l'aide à la décision dans la stratégi...

Ville de Paris / Secrétariat général Délégation générale à la modernisation

20 juillet

75 - VILLE DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Macif : la hausse de la rémunération du président fait polémique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié