Mutuelles : la MGEN s'engage pour la psychiatrie

Mutuelles : la MGEN s'engage pour la psychiatrie

La mutuelle de l’éducation nationale possède un des plus gros établissements de santé mentale d’Île-de-France. Avec sa rénovation, qui a nécessité un investissement de 100 M€, la MGEN entend maintenir une alternative pour les patients.

Le 16 avril, les patients et les soignants de l’hôpital de La Verrière (Yvelines), ont pris possession de leurs nouveaux locaux, au terme de trois ans de travaux. Cet établissement de santé mentale, qui compte 185 lits, est un des plus importants de toute la région Île-de-France. Sur le même site, un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de 185 lits, et des services de soins de suite et de réadaptation ouvriront en janvier 2020. Cette rénovation est le plus gros projet jamais porté par le groupe MGEN en matière d’action sanitaire et sociale. L’hôpital psychiatrique de La Verrière a été créé par la mutuelle du monde de l’éducation nationale, voilà soixante ans, afin d’accueillir les enseignants qui avaient besoin d’une prise en charge psychiatrique.

Sur l’enveloppe globale de travaux de 100 M€, 10 M€ ont été apportés par le groupe mutualiste, autant par le Fonds national de solidarité et d’action mutualistes (FNSAM) et 80 M€ ont été empruntés sur une durée de 25 ans par la SCI MGEN, porteuse des murs de l’établissement.

Repenser le lieu pour un meilleur accueil

Cela fait plus de trente ans que l’établissement n’est plus réservé aux adhérents de la mutuelle et accueille tous les publics. Pourtant, les dirigeants de la mutuelle ont voulu perpétuer le projet, investir, et s’engager sur le long terme. « Les locaux étaient vieillissants puisque la plupart datent des années 1960. En 2010, l’équipe soignante a voulu repartir sur un nouveau projet d’établissement qui liait gériatrie et psychiatrie, avec la reconstruction de l’hôpital, mais aussi de l’Ephad voisin. Ce projet a été présenté à l’ARS (NDLR : Agence régionale de santé) île-de-France qui l’a accepté, car cela constitue une offre complémentaire à celle que proposent les établissements publics. Les spécificités de l’offre MGEN résident dans les modalités de prise en charge », explique Éric Chenut, vice-président délégué de la MGEN.

Il faut rappeler que la volonté d’organiser sa propre offre de soins ne relève pas pour la mutuelle d’un simple affichage. Au sein du groupe Vyv, dont fait désormais partie la MGEN, plus des deux-tiers des 40 000 salariés travaillent dans ce secteur des SSAM, les services de soins et d’accompa­gnement mutualistes, et pas dans l’assurance. « Les établissements de soins de la MGEN contribuent à construire une offre de protection sociale globale », explique Stéphanie Roger, déléguée nationale aux établissements à la MGEN. En matière de psychiatrie, il s’agit de proposer une prise en charge des patients différente.

« En santé mentale, les questions d’éthique et de société sont particulièrement prégnantes. Le fait d’appartenir à un groupe mutualiste n’est pas neutre. Dès sa création, l’hôpital de La Verrière s’est orienté vers la thérapie institutionnelle, qui se démarquait de la psychiatrie asilaire en cours à l’époque », rappelle le docteur Fabien Juan, psychiatre de formation et directeur de l’hôpital. L’objectif était alors de faire de l’institut un outil de soins, et pas seulement un moyen de mise à l’écart de personnes comme c’était la règle à l’époque. « à La Verrière, le patient reste au centre du projet, et cela se traduit par des faits très concrets : les malades ne sont pas en pyjama, les portables ne sont pas interdits, les visites sont autorisées à tout moment, les repas sont pris en commun, et les unités sont ouvertes. L’isolement est une mesure de protection très marginale », détaille Fabien Juan. « La MGEN nous confie la mission d’aider les patients et de lutter contre la chronicité. Il faut pour chacun un projet qui aille vers l’extérieur. » C’est pour cette raison qu’une structure d’hôpital de jour existe aussi sur le même site. L’hôpital a pensé en termes de projet intergénérationnel, avec des unités spécialisées ayant vocation à accueillir les plus jeunes (à partir de 12 ans), mais également les plus âgés, avec une unité de gériatrie psychiatrique.

Dans les nouveaux locaux, les patients et les soignants de toutes les unités vont se croiser, puisque qu’il existe une salle de restaurant commune et des locaux partagés pour toutes les activités proposées au sein de l’établissement.

Éric Chenut : « Aider à l’inclusion sociale »

« Historiquement, la MGEN s’est engagée en psychiatrie, avec une approche non asilaire, visant la réinsertion des patients. L’ambition est de faire évoluer les représentations, lutter contre les stéréotypes et discriminations et aider à l’inclusion sociale en proposant une offre de soins de grande qualité alliant excellence et accessibilité au plus grand nombre. Depuis 2011, avec la dérive des pouvoirs publics vers une approche sécuritaire de la psychiatrie, des hospitalisations inadéquates embolisent les lits, faute d’accompagnement social et / ou médico-social, alors que d’autres patients ne trouvent pas de place. Selon l’OMS, statistiquement, 20 % de la population française sera confrontée à une des cinq pathologies les plus fréquentes de santé mentale au cours de sa vie. »

 

Rester rentable

Selon Fabien Juan, un établissement privé non-lucratif a des spécificités plus générales, au-delà du projet médical. En termes de gestion d’abord. « Dans un hôpital privé non-lucratif, la responsabilité médico-économique est plus forte que dans le public : il n’est pas question de “remettre au pot” et l’établissement ne peut être structurellement déficitaire. Cette notion d’efficience a été renforcée depuis le début des années 2000 dans le monde mutualiste », souligne le directeur. La Verrière va devoir assumer le remboursement du prêt de 80 M€ sous forme d’un loyer de 5,3 M€ par an. L’autonomie financière de l’établissement n’est pas synonyme d’isolement.

Mutualiser les services

« L’appartenance au groupe MGEN induit des services d’accompagnements : il existe une direction médicale commu­ne et un appui méthodologique pour préparer les certifications. Un responsable des achats permet de faire des écono­mies et une personne aide à réfléchir sur l’organisation des soins, pour une meilleure prise en charge », détaille Stéphanie Roger. Par ailleurs, le groupe a défini des règles de gouvernance commu­nes aux hôpitaux. « Dans les établissements de la MGEN, il n’y a pas de conflit entre le corps médical et la direction administrative. Ce qui signifie par exemple que la commission médicale d’établissement n’est que consultative », relève Fabien Juan.

Ici, le pouvoir du corps médical est limité, mais en parallèle, un groupe de salariés volontaires a été très impliqué dans l’élabo­ration du projet avec l’architecte et le maître d’œuvre. Responsabilisation oblige, lorsqu’il est apparu que le premier projet était trop coûteux, le même groupe de salariés a été sollicité afin de revoir la copie et de trouver comment réduire la surface pour s’adapter au budget. De la même manière, le projet d’établissement est élaboré avec les soignants, mais également avec les usagers que sont les patients et leurs parents.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 février 2020

ÉDITION DU 14 février 2020 Je consulte

Emploi

GROUPAMA OCEAN INDIEN

Responsable du pôle courtage professionnel entreprises et collectivités H/F

Postuler

SIACI SAINT HONORE

ACTUAIRE RETRAITE SENIOR

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES - PRESTATIONS DE CONSEILS ET DE REPRES...

Etablissement Portuaire de St Martin

16 février

971 - ST MARTIN

PRESTATIONS DE CONSEILS ET DE REPRESENTATION JURIDIQUES.

EPIC - Office de Tourisme

16 février

971 - ST MARTIN

Assistance à la passation de marchés publics portant sur les systèmes d'information...

Ministère de l'intérieur - Service informations et relations publique

16 février

75 - MINISTERE DE L'INTERIEUR

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Mutuelles : la MGEN s'engage pour la psychiatrie

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié