Résultats 2018 : retour à la normale pour la MAIF

Résultats 2018 : retour à la normale pour la MAIF
Laetitia Duarte

Après avoir bénéficié de plus-values exceptionnelles en 2017, la MAIF retrouve un niveau de bénéfice net conforme à ses objectifs. Elle continue de conquérir de nouveaux sociétaires.

 

La MAIF continue de miser sur la singularité de sa marque. Le groupe mutualiste affiche en 2018 un chiffre d’affaires de 3,6 Md€, en croissance de 2,86%. Cette augmentation s’explique en partie par la croissance continue de l’activité non vie du groupe, en hausse de 80,6 M€, mais aussi par celle du chiffre d’affaires en vie (+ 1,77%, à 762 M€). Forte de l’excellence de sa relation clients – saluée pour la 15e année consécutive par le premier prix - la MAIF s’affiche encore en conquête, avec un solde net positif de 37.915 sociétaires en 2018 (incluant Filia-MAIF et la filière associations et collectivités). Au total, la MAIF compte aujourd'hui 3,059 millions de sociétaires.

Singularité du modèle

Après avoir dépassé l’objectif de conquête du dernier plan stratégique (avec + 165.000 sociétaires entre 2015 et 2018), elle espère encore en conquérir 140.000 supplémentaires à horizon 2022. Sa recette ? « Nous nous nous attachons à offrir un conseil pertinent plutôt que vendre à tout prix, nous ne cherchons pas à minorer l'indemnisation en cas de sinistre et investissons beaucoup dans la qualité de la relation clients. Cette singularité nourrit notre modèle de performance car nous bénéficions d’une fidélité forte de nos sociétaires ainsi que d’un taux de prescription important à l’égard de leur entourage. Le taux de départs volontaires de nos sociétaires est de moins de 1%. Cela nous permet d’économiser une centaine de millions d’euros par an en termes de coûts d’acquisition de nouveaux clients ! », explique à l’Argus de l’assurance le directeur général Pascal Demurger.

Objectifs atteints

Une singularité qui se traduit également dans la manière dont la MAIF pilote ses résultats techniques et financiers. « Notre objectif est de maintenir un ratio combiné proche de 100%. Au-delà, cela voudrait dire que nous ne sommes pas rentables. Un ratio significativement inférieur à 100% voudrait dire, au contraire, que nous sommes trop chers, ce qui n’est pas dans l’intérêt de nos sociétaires »,  précise Pascal Demurger. Après une année 2017 exceptionnelle, marquée par un plus-haut historique avec un bénéfice net de 183,9 M€, la MAIF enregistre une baisse de 31% de son résultat net, à 126,8M €. Un retour à la normale assumé. « Nous pilotons l’entreprise de manière à atteindre un niveau de résultat suffisant pour renforcer de manière marginale notre solvabilité. Nous ne cherchons pas à le maximiser, cela se traduit d’ailleurs dans la manière dont nous fixons nos tarifs qui ont augmenté deux fois moins vite que ceux du marché au cours des dix dernières années. En 2017, nous avions dépassé notre objectif, en raison de plus-values exceptionnelles (60M€), notamment sur la cession de notre part dans BPCE Assurances. Le bénéfice net réalisé en 2018 correspond exactement à notre objectif », explique Pascal Demurger. Preuve de sa solidité financière, la MAIF a renforcé ses fonds propres qui s’élèvent à 2,812 Md€ à fin 2018 et le groupe affiche un ratio de solvabilité de 200% (sans recours à des mesures transitoires).

Ambitions en B to B

En 2019, la MAIF entend trouver de nouveaux relais de croissance. Comme le détaillait Pascal Demurger à l’Argus de l’assurance en février, la mutuelle, dont 80% du chiffre d’affaires est aujourd'hui réalisé sur l’assurance dommages des particuliers, cible un nouveau public : les professionnels et petites et moyennes entreprises. Le chiffre d’affaires de son activité B to B, aujourd’hui exclusivement tourné vers les associations et les collectivités locales, est de 189,3M € à fin 2018. En élargissant cette activité au monde lucratif, elle ambitionne de le faire croître de 25% à horizon 2022.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Relance assistance à maîtrise d'ouvrage et étude stratégique multisectorielle relat...

Territoire de la Côte Ouest Communauté d'Agglomération

22 septembre

974 - TERRITOIRE DE LA COTE OUEST

Marché de recouvrement de créances des anciens locataires de l'OPH d'Aubervilliers.

Office Public de l'Habitat d'Aubervilliers

22 septembre

93 - AUBERVILLIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Résultats 2018 : retour à la normale pour la MAIF

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié