Pascal Demurger (Maif) quitte la présidence de l'AAM et la vice-présidence de la FFA en juillet

Pascal Demurger (Maif) quitte la présidence de l'AAM et la vice-présidence de la FFA en juillet

A la tête de l'Association des assureurs mutualistes (AAM) et vice-président de la Fédération française de l'assurance (FFA) depuis 2016, Pascal Demurger ne sollicitera pas de nouveau mandat en juillet prochain. Le directeur général de la Maif, qui continuera de siéger dans les deux organisations, entend porter davantage la singularité de son modèle mutualiste. 

Président du Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (Gema) entre 2014 et 2016 puis premier président de l’Association des assureurs mutualistes (AAM) depuis 2016, vous avez pris la décision de ne pas vous représenter pour un nouveau mandat. Pourquoi ce choix ?

Après une séquence de cinq ans, j’estime qu’il est temps de passer le témoin à la tête de l’AAM et, par conséquent, à la vice-présidence de la Fédération française de l’assurance (FFA). La présidence de l’AAM étant assurée par l’un de ses membres en plus de ses fonctions de dirigeant de société, une forme de rotation est saine et le jeu institutionnel doit pouvoir l’organiser. Je considère que le mandat que l’on m’avait confié est rempli. J’ai été élu à la présidence du Gema en 2014, avec le projet d’enclencher le rapprochement avec la FFSA et de construire la maison commune avec Bernard Spitz. A l’automne 2015, nous signions un accord de rapprochement entre nos deux organisations, lequel a débouché sur la naissance officielle de la FFA au 1er juillet 2016. Il était de ma responsabilité d’accompagner Bernard Spitz dans la mise en œuvre institutionnelle de la fédération. Trois ans plus tard, nous parvenons à un consensus sur 95% des dossiers. Au sein du comité de présidence*, les trois vice-présidents ont démontré leur capacité à prendre des décisions communes que ce soit sur le budget de fonctionnement et les nominations.

Dans quelle mesure la voix des assureurs mutualistes a-t-elle pesé dans les débats de la FFA ?

Les adhérents de l’AAM sont bien représentés dans les instances avec 9 membres sur 23 (40% des sièges) au conseil exécutif ou encore avec la présidence ou vice-présidence de la quasi-totalité des commissions. Il y a clairement des sujets sur lesquels nous avons pu orienter les décisions de la FFA. Je pense par exemple à la loi d’orientation des mobilités (LOM) en cours de discussion au Parlement, pour laquelle notre volonté d’avoir accès aux donnés des véhicules connectés est désormais relayée par la FFA, ou aux débats sur la modification du taux de la TSCA sur l’assurance emprunteur au cours desquels nous avions veillé à limiter les entraves au libre jeu de la concurrence. Nous avons également été à l’initiative de demandes de la profession sur la taxation des boni de liquidation ou le provisionnement des rentes en non-vie par exemple. Sur d’autres dossiers sensibles à l’instar de la faculté de résiliation infra-annuelle de l’assurance emprunteur, nous sommes parvenus à obtenir une neutralité de la fédération là où l’ex-FFSA se serait peut-être engagée contre l’amendement Bourquin. A l’arrivée, la FFA est moins mono-couleur, elle accorde autant d’attention à l’assurance vie qu’à l’assurance dommages sous l’influence des mutualistes.

Avec le recul, vos mandats à la FFA et l’AAM étaient-ils compatibles avec vos fonctions dirigeantes à la Maif ?

Cela n’a jamais porté préjudice à la Maif, au contraire. A la faveur de mes mandats à la FFA et à l’AAM, la Maif a gagné en visibilité et en notoriété. J’ai eu l’occasion de nouer des relations interpersonnelles qui ont pu servir les intérêts de la mutuelle, en créant des opportunités de collaboration. En revanche, nous arrivons à un moment de l’histoire de la Maif (voir le plan stratégique) où nous aurons une volonté plus forte d’affirmer notre singularité par rapport à d’autres entreprises. Cette singularité pourrait nous conduire à adopter des positions dissonantes par rapport à celles de la FFA. Je ne voudrais pas me retrouver dans la configuration de devoir défendre des positions contradictoires.

L’élection de la présidence de la FFA pour un mandat de 3 ans en juin prochain doit-elle être l’occasion de revoir son organisation autour des trois familles la composant ?

A mon sens, le principe des familles (mutualistes, sociétés anonymes et bancassureurs) a vocation à progressivement s’effacer au profit de la FFA. Aujourd’hui déjà, Jacques Richier, Pierre de Villeneuve et moi-même nous efforçons de choisir les présidences de commissions d’abord en considération de la qualité des personnes et pas seulement en fonction, des logiques d’appartenance aux familles.

Qui est pressenti pour vous succéder à la tête de l’AAM et à la vice-présidence de la FFA ?

Cette question est encore prématurée dans la mesure où les candidats n’ont pas encore eu l’occasion de se déclarer. Le futur président sera élu à l’issue d’un processus démocratique qui se conclura lors de l’assemblée générale de l’AAM, les 4 et 5 juillet prochains. Tout dirigeant d’une société d’assurance mutuelle membre de l’AAM et siégeant par ailleurs à la commission exécutive de la FFA peut se porter candidat selon nos statuts.

*Composition du comité de présidence : Bernard Spitz, président de la FFA, Jacques Richier (représentant les sociétés anonymes), Pierre de Villeneuve (bancassureurs) et Pascal Demurger (assureurs mutualistes).

Propos recueillis par Sébastien Acedo

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Angular JS (F/H)

Postuler

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de service d'assurance en matière de frais de santé pour l'EPA Sénart.

EPA de la Ville Nouvelle de Sénart

14 novembre

77 - EPA DE SENART

Prestations d'assurance - Dommages aux biens et risques annexes.

Ville du Tampon

14 novembre

974 - LE TAMPON

RENOUVELLEMENT DU CONTRAT-GROUPE D'ASSURANCE STATUTAIRE DU CENTRE DE GESTION DE LA ...

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de Cayenne

14 novembre

973 - CDG 973

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Pascal Demurger (Maif) quitte la présidence de l'AAM et la vice-présidence de la FFA en juillet

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié