Protection sociale complémentaire : la portabilité sous tension

Protection sociale complémentaire : la portabilité sous tension
S’ils se retrouvent au chômage, les salariés gardent pendant 12 mois maximum leur couverture santé et prévoyance. Cette disposition joue le rôle d’amortisseur social mais, avec la hausse du chômage annoncée, elle risque de peser sur les comptes des organismes d’assurance. © Franck CRUSIAUX / REA

Pour lire l’intégralité de cet article, connectez-vous ou testez gratuitement l’accès en mode abonné

Sous l’effet de la crise sanitaire et économique, la portabilité des droits en complémentaire santé et prévoyance risque de coûter cher aux organismes d’assurance. Et son application suscite de nombreuses questions.

Jusqu’à un milliard d’euros pour les assureurs santé et prévoyance ! C’est ce que la portabilité des droits en santé et en prévoyance pourrait coûter, [...]

Connectez-vous pour lire la suite

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné à l'Argus de l'assurance ?

Je me connecte

Abonnez-vous

Vous n'êtes pas encore abonné ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Nos formules d'abonnements
Je m'abonne

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 03 décembre 2021

ÉDITION DU 03 décembre 2021 Je consulte

Emploi

ASCOMA

Chargé de Compte Dommage/ Chargé de Clientèle International H/F

Postuler

InterEurope AG European Law Service

Assistant administratif d’assurances en gestion de sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

SERVICES D'ASSURANCES

Ville de Valentigney

04 décembre

25 - VALENTIGNEY

Prestations d'assurance de responsabilité civile pour les concentrations et manifes...

Le Touquet Equipements et Evènements

04 décembre

62 - LE TOUQUET PARIS PLAGE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Protection sociale complémentaire : la portabilité sous tension

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié