Scor : les salariés consultés sur l’offre de rachat de Covéa

Scor : les salariés consultés sur l’offre de rachat de Covéa

L’Argus de l’assurance s’est procuré les résultats d’un sondage organisé par l’administrateur représentant des salariés. Cinquième actionnaire du groupe, ces derniers détiennent 3,6% du capital de Scor.

Scor doit-il rester indépendant ? Le conseil d’administration du réassureur s’est prononcé le 30 août dernier à l’unanimité contre la proposition de rachat du mutualiste Covéa, son premier actionnaire individuel avec 8,19% du capital. Une prise de contrôle qui pourrait fragiliser Scor, notamment vis-à-vis de ses clients, expliquait à l’Argus de l’assurance son PDG Denis Kessler. Les salariés, qui détiennent 3,6% du capital du groupe, sont-ils du même avis ?

Oui, à en juger par les résultats d’une consultation interne menée de manière anonyme auprès des 2811 collaborateurs de Scor dans le monde. Ils sont plus de la moitié (1523) à avoir répondu à la question suivante : « Préférez-vous que Scor reste un réassureur indépendant plutôt que d’être contrôlé par un groupe d’assurance mutualiste ? ». Oui, estiment ainsi 92,3% d’entre eux, rejetant majoritairement l’hypothèse d’un rachat par Covéa.

Le sondage a été réalisé à l’initiative de Vincent Foucart, directeur général adjoint de la division P&C Partners, qui a été élu en avril dernier administrateur représentant des salariés. Un exemple en matière de gouvernance d’entreprise. « Scor a mis en place l’administrateur représentant des salariés dès 2007 lors de l’adoption du statut de société européenne. Il est élu au suffrage universel par les quelque 2 800 collaborateurs du Groupe dans le monde. Le groupe était donc très en avance sur la loi Rebsamen, qui a imposé à toutes les sociétés cotées de plus de 1 000 personnes de se doter d’administrateurs salariés au 1er janvier 2017», explique-t-il.

Vision à long terme

En cas de rachat par Covéa, la question de l’avenir des salariés n’a jusqu’ici pas été abordée publiquement par le mutualiste. Selon nos informations, Covéa se serait engagé à maintenir les effectifs. Pour les salariés, qui constituent le cinquième actionnaire de Scor, la question ne se résume pas au prix d’achat. « Ce qui importe, c’est la vision à long terme de l’avenir de l’entreprise, fait valoir Vincent Foucart. Quel était le projet industriel proposé ? Scor est un réassureur de 1er rang (Tier 1) dont l’activité se développe de façon rentable, à travers le monde entier : nos perspectives de croissance sont comprises entre 5% et 7% par an, et nous avons besoin des investissements et des équipes pour accompagner cette croissance, ce que le groupe est toujours parvenu à faire sur la base de ses ressources propres. Ce sont ces questions auxquelles doit répondre tout projet industriel pour Scor. »

Salariés et actionnaires pourraient-ils être sensibles à une proposition mieux-disante ? L’offre de Covéa « a été retirée, nous ne sommes pas en discussion car nous n’avons pas reçu de nouvelle offre», a assuré Denis Kessler, lors de la présentation des derniers résultats trimestriels. Le PDG de Covéa Thierry Derez, qui s’est mis « en retrait temporaire » du conseil d’administration jusqu’en avril 2019, pourrait revenir à la charge après cette échéance. Il ne sera alors plus tenu par le «standstill agreement » (ou « accord moratoire ») par lequel il s’était engagé à ne pas monter à plus de 10% du capital de Scor. Le réassureur pourrait alors considérer toutes les options disponibles, y compris un rapprochement avec d’autres partenaires. «Lorsqu’une offre publique se présente, le devoir du conseil d’administration est d’étudier toutes les options disponibles dans l’intérêt social de l’entreprise, notamment vis-à-vis des salariés et des clients », rappelle Vincent Foucart.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC CHIMISTE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances Risques dommages aux biens et Risques Annexes.

Ville d'Epinay sous Sénart

17 novembre

91 - EPINAY SOUS SENART

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Scor : les salariés consultés sur l’offre de rachat de Covéa

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié