Scor vs Covéa : une date charnière

Scor vs Covéa : une date charnière

L’accord moratoire par lequel Covéa s’était engagé à ne pas monter à plus de 10% du capital de Scor vient de prendre fin.

C’est une affaire qui tient le monde de l’assurance en haleine depuis septembre dernier. Le réassureur Scor a été la cible d’une tentative de rachat présentée comme « amicale » par son premier actionnaire Covéa (qui détient 8,17% du capital). Depuis, le bras de fer entre Denis Kessler, le PDG de Scor, et Thierry Derez, le PDG de Covéa, a pris un tournant judiciaire, à tel point que Covéa a annoncé le 29 janvier dernier qu’un rapprochement avec Scor ne faisait « plus partie de ses options stratégiques ».

Fin de l'accord moratoire

Sur le marché, on s’interroge pourtant sur la possibilité d’une nouvelle offre de Covéa – « ou d’un autre acheteur potentiel, en embuscade ». En rachetant les parts du japonais Sompo en 2016, le groupe mutualiste avait dû signer un « standstill agreement » (ou « accord moratoire »), par lequel il s’engageait à ne pas monter, « directement ou indirectement », à plus de 10% du capital de Scor. Depuis ce dimanche 7 avril 2019, Covéa n’est plus lié par cet accord. Le mutualiste prépare-t-il une nouvelle offre ? « Il pourrait également monter de manière rampante, en rachetant des blocs », remarque une source au fait du dossier.

Une AG sous tension

Nul doute que l’assemblée générale de Scor, qui se tient le vendredi 26 avril, sera scrutée avec attention. Thierry Derez, qui a démissionné du conseil d’administration de Scor, sera-t-il présent au titre de l’actionnaire Covéa ? Les actionnaires de Scor saisiront-ils cette occasion pour interroger le PDG et le conseil sur le refus de l’offre de Covéa, et sur l’évolution du titre Scor en Bourse ? Actionnaire activiste, entré au capital de Scor en septembre dernier, le fonds CIAM entend remettre en question la gouvernance de Scor qu’il juge « autocratique ». Il a déposé, en ce sens, plusieurs projets de résolution, demandant la révocation de Denis Kessler de son poste de président et le non-renouvellement du mandat de Augustin de Romanet, administrateur référent de Scor, et « ami » du PDG. Scor appelle, naturellement, ses actionnaires à voter contre ces résolutions.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Scor vs Covéa : une date charnière

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié