Vers l'open insurance ?

Vers l'open insurance ?
Permettre aux collaborateurs d’avoir un accès facile aux SI est l’enjeu majeur d’un bon système. © Rafal Rodzoch/Getty Images / Caiaimage

Directive sur les services de paiement (DSP2) oblige, les acteurs bancaires sont en passe de poser les jalons de systèmes d’information ouverts. Si l’assurance n’est pas visée par la DSP2, certains profitent de la modernisation de leurs SI pour mettre en place des plateformes collaboratives et ouvertes.

API : interface de programmation. Tel est aujourd’hui le mot qui circule au sein des directions des systèmes d’information (SI). Concrètement, il s’agit de connecter des interfaces de programmation applicatives à des systèmes déjà existants. De fait, il n’est pas rare qu’un groupe d’assurance possède plusieurs milliers d’applications connectées à leur système central. C’est donc vers l’interopérabilité que tendent aujourd’hui les assu­reurs grâce à la modernisation de leurs systèmes d’information. « Aujourd’hui, les opérations métiers sont systématiquement APIsées », déclare ainsi Olivier Bousquet, responsable de l’innovation technologique chez CNP Assurances.

Doit-on y voir, dans ce cas précis, une préparation au rapprochement avec La Banque postale ? Pas exclusivement, le premier ne s’orientant pas vers une straté­gie monopartenaire avec le second. Au contraire. « Notre modèle d’affai­res étant multipartenarial, nous avons depuis longtemps ouvert nos systèmes aux partenaires de toutes tailles. Nous avons également mis en place un programme volontaire de déploiement d’API nous permettant d’accueil­lir de nouveaux processus de business », précise Olivier Bousquet.

Permettre aux partenaires extérieurs de se connecter au système

De la même façon, grâce à la mise en place d’API, la Maif a permis à des partenaires extérieurs de se connecter à son système, ce qui a étendu le nombre de services proposés aux clients sociétaires. « Lorsqu’un sinis­tre aboutit à un refus de prise en charge, nous avons sur notre plate­forme de nombreux partenaires, à l’instar de mesdepanneurs.fr. Nous pouvons désormais, par nos systèmes, activer rapidement ce service pour notre sociétaire. C’est une façon pour nous d’aller au-delà de ce que prévoit le contrat, en proposant de nouvelles solutions », expli­que Nicolas Siegler de la Maif. Une ouverture vers des services extérieurs qui devrait s’intensifier au cours des années à venir. à condition toutefois de renforcer la sécurité des systèmes.

« à l’heure actuelle, tous les assu­reurs enclenchent le déve­loppement d’API, indique Franck Mahé Celles-ci sont princi­palement à usage inter­ne, mais les assureurs sont prêts et ils pourront par la suite ouvrir facilement leurs systèmes à des partenaires. Pour ce faire, les groupes devront ajouter une brique de sécu­risation avec un budget non négligeable. Pour autant, cela leur permettra à terme de trouver de nouveaux relais de croissance. Grâce à l’interopérabilité d’abord, mais aussi avec le déploiement de solutions en marque blanche », conclut-il.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 mai 2021

ÉDITION DU 14 mai 2021 Je consulte

Emploi

Futur Associé H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation des services d'assurances no 6a.

EHPAD Les Buissons

12 mai

88 - XERTIGNY

Services bancaires.

CGSS

12 mai

971 - CGSS DE LA GUADELOUPE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Vers l'open insurance ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié