Intermédiaires : une rentrée chargée pour les agents

Intermédiaires : une rentrée chargée pour les agents
MYKYTA DOLMATOV PA / GETTY IMAGES

Les gros sujets de cette rentrée 2018-2019 ne sont pas forcément ceux auxquels on pense. Entre renouvellements de contrats sur les portefeuilles pros et changements apportés par le législateur, le dernier trimestre promet d’être bien rempli pour les agents.

Lorsqu’on interroge les agents généraux sur les sujets importants de cette rentrée 2018-2019, la directive sur la distri­bution d’assurances (DDA) figure en bonne place. Quoi de plus normal ? Initia­lement prévue pour entrer en vigueur en février dernier avant qu’un report au 1er octobre ne soit accordé par les pouvoirs publics, la DDA apporte, en effet, son lot de changements en matière de commercialisation des produits d’assurance. Ce qui continue de faire grincer des dents parmi les intermédiaires. Pour autant, est-ce le sujet numéro un de cette rentrée pour les agents ? Que nenni ! Aussi importante soit-elle, la DDA n’arri­ve pas à éclipser leur principale préoccupation : le business et rien que le business.

Car, même si les contraintes réglementaires foisonnent, l’activi­té doit, elle, perdurer. Et la période de septembre-octobre est pour la plupart des agents un moment crucial : celui de la rentrée commerciale et des renouvellements. « Nous allons beaucoup travailler sur nos clients pros et entreprises qui ont des contrats qui arrivent à échéance au 1er janvier », explique ainsi Philippe Lequeux Sauvage, agent général Aviva à Paris. « Il s’agit de nous organiser avec nos collaborateurs… il y a beaucoup de choses à mettre en place, surtout en matière de santé » ajoute de son côté Dominique Bernard, agent général Allianz à Laon (02). DDA ou non, priorité aux affaires donc !

Prélèvement à la source… ou pas

Les agents généraux surveillent de près également, les sujets susceptibles d’avoir un impact sur leur vie d’entrepreneur. C’est notamment le cas du prélèvement à la source, dont l’application au 1er janvier 2019 a été confirmée par le Premier ministre, Édouard Philippe le 4 septembre. « La mauvaise nouvelle en tant qu’agent général, c’est le non-report du prélèvement à la source qui était un temps envisagé. Pour les petites entreprises telles que les nôtres, c’est un travail compliqué et qui n’est pas forcément nécessaire », explique Philippe Lequeux Sauvage. En l’espèce, les agents sont doublement concernés, en tant que contribuables et en tant qu’employeurs, nonobstant l’information qu’ils doivent délivrer à leurs salariés. Même si Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, a assuré mi-août, que les entreprises de moins de 20 salariés pourraient déléguer à l’Urssaf la collecte et le reversement à l’État de l’impôt sur le revenu retenu à la source, leur enlevant ainsi une grosse épine du pied. Le sujet reste une source d’interrogations parmi les agents. « Nous allons faire de la communication interne sur ce sujet dans un esprit d’information et de sensibilisation, explique Grégoire Dupont, le directeur général d’Agéa, la fédération nationale des syndicats d’agents généraux d’assurance. Nous avons créé un module d’information pour les salariés des agents, une présentation sur smartphone, sous forme de questions et d’informations ludiques afin d’expliquer le principe du prélèvement à la source. »

La retraite en question

Autres préoccupations pouvant avoir une incidence sur le business : la réforme de l’épargne-retraite prévue par la loi Pacte, ainsi que la réforme de la retraite (qui pose l’éventualité d’un régime de retraite universel) laquelle concernera directement les agents. Ces derniers disposent pour le moment de leur propre caisse de retraite, la Cavamac (Caisse d’allocation vieillesse des agents généraux), et d’un régime de retraite spécifique à leur activité (régime regroupant 12 000 agents cotisant en moyen­ne une vingtaine d’années et compte aujourd’hui plus de 37 000 allocataires). Une situation qui devrait changer avec la réforme. « En ce qui concerne la réforme de la retraite et de l’épargne-retraite liée à la loi Pacte, nous discutons avec les pouvoirs publics de ce qui serait le mieux pour nos clients et pour les agents », confie Grégoire Dupont qui confirme l’inquiétude de ses adhérents. « Heureusement, nous sommes très encadrés par la compagnie mandante qui va nous alimenter en informations, qui seront plus ou moins bien digérées, se rassure Dominique Bernard. La fédération peut aussi fournir de son côté des explications, des outils et des formations complémentaires. »

Un autre sujet préoccupe les agents : c’est celui de la formation professionnelle qui bien qu’encore en discussion, concernera les agents et en particulier leurs collaborateurs. Actuellement, les agents employeurs contribuent à OPCABAIA, un organisme de collecte des cotisations et de financement des formations des salariés. « Demain, les circuits de cotisations et les règles de financements vont profondément évoluer, concède Grégoire Dupont. Nous devons préparer ces modifications avec nos partenaires sociaux. Cela nous occupe beaucoup. » Autant dire que cette rentrée 2018-2019 n’est pas de tout repos !

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture, livraison et gestion de titres restaurant pour le Centre de Gestion de ...

Centre Gestion Fonction Publique Territ.des P. Atl. Maison des Communes

18 août

64 - PAU

Services d'assurances pour la commune de Vinon-sur-verdon.

Ville de Vinon sur Verdon

18 août

83 - VINON SUR VERDON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Intermédiaires : une rentrée chargée pour les agents

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié