David Charlet (Anacofi) : « Nous appelons d'ores et déjà les courtiers à nous rejoindre »

David Charlet (Anacofi) : « Nous appelons d'ores et déjà les courtiers à nous rejoindre »
David Charlet, président de l'Anacofi. © Laetitia DUARTE

David Charlet, président de l’Association nationale des conseils financiers (Anacofi), fait le point sur la régulation du courtage et sur les actions menées pour accueillir les courtiers et intermédiaires concernés.

L’Argus de l’assurance : La réforme du courtage est plus que jamais d’actualité. Quelles difficultés rencontrez-vous ?

David Charlet : En tant que fédération représentative du courtage d’assurances et du conseil en banque, finance et assurance, nous sommes au cœur du projet de régulation. Les choses avancent, mais la direction du Trésor organise encore des réunions avec les acteurs concernés. Ensuite, elle tranchera et enfin le texte, dans sa version définitive, sortira. Nous attendons de savoir si tous les mandataires d’assurance seront ou non concernés par cette réforme. Des points doivent aussi être clarifiés concernant la formation des courtiers. Nous savons que les associations professionnelles agréées par l’ACPR devront s’assurer que leurs membres suivent les heures de formation imposées. Mais devrons-nous labelliser des organismes de formation ? Proposer nous-mêmes des cursus ? Créer une place de marché qui recensera l’offre existante ? Enfin les textes évoquent des formations en rapport avec l’activité du courtier et son évolution de carrière. Les associations devront-elles aussi vérifier cela ?

Peut-on dire que cette régulation est calée sur celle des conseillers en investissements financiers (CIF) ?

Nous connaissons bien ce sujet puisque nous avons créé en 2006 l’Anacofi CIF pour assurer la représentation des CIF, leur délivrer un agrément, les former et les contrôler. La réforme du courtage s’inspire de cela, mais ce n’est pas la même chose. La plus grande différence concerne le contrôle. Dans le cadre de la régulation de l’assurance, nous n’aurons pas une mission de contrôle « actif » des pratiques commerciales. Nous allons, a priori, contrôler nos membres à l’entrée, et leur fournir les règles et outils pour une bonne pratique de la profession.

Êtes-vous déçu ?

La corégulation a clairement aidé les CIF à s’organiser. Et nous avons pu écarter les « petits Madoff », pour reprendre l’expression de l’AMF. Nous sommes tout autant positifs concernant la régulation du courtage. Le fait d’être agréé donne de facto un poids aux associations professionnelles qui seront désormais consultées et conviées aux réunions.

Comment imaginez-vous les prochains mois ?

Actifs ! L’Orias recense environ 24 000 entreprises de courtage, dont certaines avec de nombreux salariés. À cela s’ajoutent les mandataires. Même si certaines catégories ne seront pas au final concernées par cette régulation, on peut d’ores et déjà annoncer, qu’a minima, les associations de CIF vont au moins doubler leurs effectifs en quelques mois.

L’Anacofi est-elle prête ?

Nous avons les équipes, les services, les outils, les locaux et le budget. L’Anacofi compte 25 salariés, nous externalisons très peu de choses, et c’est une chance. Nous avions anticipé cette corégulation généralisée, donc préparé la maison pour ça, y compris juridiquement. Du coup, nos cotisations ne vont pas augmenter massivement, sauf si on nous y oblige. Nous allons simplement renforcer – et non créer – nos services et outils. Afin d’éviter l’effet perturbant du rush annoncé, nous appelons d’ores et déjà les courtiers et leurs mandataires à nous rejoindre.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

ÉDITION DU 17 juillet 2020 Je consulte

Emploi

Mutuelle des Iles Saint Pierre et Miquelon Assurances

REDACTEUR H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Animateur Commercial PME H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrats d'assurances - iARD.

Communauté de communes Seine Austreberthe

14 août

76 - CC CAUX AUSTREBERTHE

Réalisation de prestations juridiques (conseil et assistance juridique, défense des...

Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

14 août

67 - STRASBOURG

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

David Charlet (Anacofi) : « Nous appelons d'ores et déjà les courtiers à nous rejoindre »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié