Journées du Courtage 2018 : contacts, business et réglementation !

Journées du Courtage 2018 : contacts, business et réglementation !
AFP

Près de 11 000 visiteurs ont rencontré quelque 180 exposants aux Journées du Courtage, au Palais des Congrès à Paris. L’occasion de se donner de la visibilité, mais aussi d’obtenir des réponses aux questions que se posent les courtiers.

« Être ici, c’est pour expliquer qui nous sommes, pour rencontrer des partenaires, mais c’est aussi montrer aux courtiers que nous avons de l’importance dans le monde du courtage » confie une personne du stand de JLassure, spécialisé en assurance temporaire et qui expose maintenant depuis deux ans aux Journées du Courtage. Avec près de 11 000 visiteurs, principalement des courtiers et des exposants (assureurs, mutuelles, courtiers grossistes, comparateurs, prestataires, organismes sectoriels,…), cette 17ème édition, qui se tenait les 19 et 20 septembre, a été un succès.

Rencontrer et se donner de la visibilité

Dans les allées bondées, l’ambiance est conviviale. « Nous sommes surtout venus rencontrer nos partenaires, surtout ceux que nous avons rarement l’occasion de voir comme ceux qui se trouvent dans les DOM-TOM », explique Marc Borreil, directeur des partenariats de l'assurance mutuelle des motards, spécialisée dans la moto et le deux-roues motorisé, dont la présence aux Journées du Courtage remonte à 2009. Aux côtés des stands d’April, de Ciprés, se trouvent aussi des nouveaux venus, comme Allias, le courtier grossiste spécialisé dans l’IARD. « Nous sommes là pour présenter qui nous sommes, présenter notre solution et surtout pour nous donner de la visibilité, car nous sommes une marque jeune » confie Karim Lehoussine, le président directeur général d’Allias.

Autre nouveau et non pas des moindres sur les stands, Agea, la fédération nationale des agents généraux, venue présenter ses solutions aux courtiers et dont la présence peut soulever quelques questions. Mais la fédération explique sa présence par le fait que près de 9000 agents, pratiquent aussi du courtage, à titre accessoire.

Du côté des visiteurs, il s’agit pour la grande majorité de courtiers. Laurent Gillet, le fondateur du cabinet Rapid Courtage, est avant tout là pour le business : « le courtage c’est un petit monde. Ces journées, c’est l’occasion de serrer quelques mains, mais c’est surtout l’occasion de faire des affaires. C’est pour ça que je suis présent. » Même chose pour le cabinet Colbert Assurances (26 salariés, 4,1M€ de chiffre d'affaires en 2017), présent depuis une dizaine aux journées du courtage : "C'est un événement incontournable pour rencontrer nos concurrents et nos fournisseurs. C'est aussi une bonne occasion de se mettre à jour sur l'actualité réglementaire", explique Anthony Chaffron, associé gérant de ce cabinet implanté à Nantes et spécialisé dans l'assurance de personnes et l'assurance dommages des entreprises.

La réglementation au menu

Mais les affaires sont une chose et la réglementation en est une autre. Les courtiers sont aussi venus chercher des réponses relatives aux différents changements qui vont s’imposer à eux comme la directive sur la distribution d’assurance (DDA) qui entre en vigueur le 1er octobre, la réforme du régime de régulation des intermédiaires en assurances (voir Argus n°7571) ou encore leur devoir de conseil face aux déboires de plusieurs acteurs intervenant en libre prestation de service sur le marché français de l’assurance construction. « Je suis venu rencontrer mes grands et petits partenaires, afin de mettre des noms sur des visages. Mais je suis surtout venu, car j’ai de nombreuses questions concernant la réglementation, explique Larry Hueber, le cofondateur du groupe Hueber Assurances. Si on prend la DDA par exemple, je n’ai aucune information de la part des compagnies. »

Fidèle au rendez-vous depuis 5 ans, Valentine Dussagne, associée du cabinet ASSFI, spécialisé en assurance emprunteur à Angoulême, concède être un peu restée sur sa faim à propos de  DDA : « Je pensais recueillir davantage de solutions pratico-pratiques en particulier sur la mise en place de la formation pour notre cabinet alors que les débats ont porté pour l’essentiel sur l’encadrement du secteur, un sujet qui a tout de même son importance. »

Les Journées du courtage sont aussi l’occasion pour elle de reprendre contact avec ses fournisseurs de service : « Je repars avec des pistes de développement informatique pour notre cabinet telle que la signature électronique pour simplifier notre gestion ou pour améliorer des fonctionnalités de notre CRM [gestion de la relation client] », précise-t-elle.
Entre confrères, il était aussi beaucoup question des rapprochements en cours dans le secteur à l’instar d’Aesio avec Macif, AG2R La Mondiale avec Matmut mais aussi du dernier feuilleton en date, Scor-Covéa…et son lot de conséquences possibles pour les intermédiaires.

Sébastien Acedo, Rémi Boulle et Benjamin Chabrier

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances construction - assurances dommages ouvrages.

Gironde Habitat

22 octobre

33 - BORDEAUX

Prestations de services d'assurances.

OPCO Mobilités

22 octobre

92 - MEUDON

Marché d'assurance construction

Mancelle d'Habitation

22 octobre

72 - MANCELLE HABITATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Journées du Courtage 2018 : contacts, business et réglementation !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié