QVT : comment Alptis veille au bien-être de ses salariés

QVT : comment Alptis veille au bien-être de ses salariés

L’esprit associatif et de partage qui a présidé à la création d’Alptis il y a quarante ans est loin de s’être étiolé. Il a toujours sa place dans la vie du groupe de courtage lyonnais, soucieux d’accompagner ses adhérents mais aussi ses collaborateurs

Chez Alptis, il est rare qu’il ne se passe rien durant la séquence 12-14 heures. Les pauses déjeuner sont plutôt bien occupées. « C’est le moment privilégié pour proposer des animations, les salariés étant plus disponibles qu’en fin de journée », justifie Nathalie Forge, directrice communication, marketing opérationnel et vie associative. Historiquement, Alptis proposait à ses adhérents toutes sortes de conférences et d’ateliers pratiques sur le thème de la prévention santé. En 2012, avec la naissance de la plateforme collaborative en ligne Agir ensemble, les initiatives se sont multipliées, les adhérents pouvant même proposer leurs propres événements (400 en 2017). Depuis quelque temps, Alptis a choisi d’impliquer également ses salariés en leur proposant des ateliers auxquels ils peuvent s’inscrire : intérêt des huiles essentielles, sophrologie, pilates, pratique du rire, gestes de premier secours, cohérence cardiaque… En 2017, 23 ateliers d’une heure ont ainsi réuni quelque 300 participants. Des ateliers auxquels s’ajoutent les séances d’ostéopathie offertes tous les mardis, mais cette fois-ci sur le temps de travail.

Une fête des voisins

Plus récemment encore, c’est l’arrivée d’un incubateur de startup dans la maison qui a généré un électrochoc débouchant sur une explosion d’initiatives. « Il y a quatre ans, Jean-Paul Babey, notre président, a rencontré Alain Asquin, enseignant-chercheur chargé de l’entreprenariat à l’université Lyon 3. Ce dernier cherchait alors un local pour créer un nouvel incubateur », relate Nathalie Forge. « Comme nous sommes situés à proximité immédiate et que l’entrepreneuriat fait véritablement partie de notre ADN, la décision s’est imposée d’elle-même. Depuis cette époque, nous hébergeons l’incubateur appelé Le 25. Et, très vite, nous avons souhaité créer des liens entre ces startup et nos salariés. » Quels types de liens ? Ils sont multiples. Ce peut être à travers l’organisation d’une fête des voisins ou d’un marché de Noël où les start-up peuvent vendre leurs produits. Ce peut être lors de moments d’échange tels que les Rendez-vous du mardi, organisés entre 12 et 14 heures, ces derniers consistant en des conférences-débats autour du pitch de chaque start-up ou sur des thèmes qui sont liés à leur activité.

Promouvoir les activités sportives

Mais cette coopération entre le grossiste et les start-up peut aller beaucoup plus loin, Alptis participant au développement, en tant que premier client, de ces jeunes pousses. Ainsi, à travers Unit, Alptis s’est, par exemple, doté d’une plateforme permettant d’organiser des activités physiques ou sportives. La plateforme mise à la disposition des salariés permet de réserver une activité avec un coach, à un horaire donné, dans une salle du siège qui sera réservée pour l’occasion. Autre exemple : avec Oziris, spécialisée dans le design thinking et la redéfinition des parcours, Alptis réfléchit à l’optimisation des services rendus aux séniors. Grâce à Marchéco, le courtier a implanté, moyennant une contribution, un marché bio bimensuel dans… sa cour ! Cette start-up organise un marché de producteurs locaux et/ou bio sur les lieux de travail. Chez Alptis, ce marché, composé d’un maraîcher et d’un deuxième stand regroupant tous les autres produits, s’installe seulement durant la pause méridienne. Les salariés peuvent alors faire leurs courses, celles-ci étant ensuite entreposées jusqu’au soir dans les réfrigérateurs du réfectoire. Existant depuis un an, ce marché accueille de 80 à 120 personnes à chaque fois. « Cela crée du lien entre les services », explique, amusée, Nathalie Forge. « En tant que salarié, on ne s’attend pas forcément à échanger une recette de blettes sur un marché avec un collègue de l’informatique ! En tant qu’association de protection sociale, on est complètement dans notre rôle de promotion du bienêtre et donc du bien manger. » Dernière nouveauté, enfin, la création en partenariat avec les start-up incubées des Trophées Alptis du 25 qui permettent de bien faire connaître ces jeunes entrepreneurs aux collaborateurs de l’entreprise. Ces derniers ont ainsi présélectionné huit jeunes pousses, un jury ayant ensuite décerné trois prix allant de 500 à 1 000 € assortis d’un contrat de prévoyance.

Tous ces efforts pour favoriser le bien-être au travail portent-ils leurs fruits ? Les salariés d’Alptis sont-ils plus performants ? « Nous avons un taux d’absentéisme en baisse, à 4,5 % en 2017, constate simplement Nathalie Forge. Mais nous ne mettons pas en place ces mesures pour augmenter la productivité. Nous n’avons donc pas de marqueur spécifique. Nous souhaitons seulement créer une ambiance favorable pour mieux travailler. »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances statutaires groupement ESMS 65

Etablissement Public d'Accompagnement et de Soins des Hautes-Pyrénées 65

20 septembre

65 - CASTELNAU RIVIERE BASSE

Aménagement du CCAS

Ville de Ruelle sur Touvre

20 septembre

16 - Ruelle-sur-Touvre

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

QVT : comment Alptis veille au bien-être de ses salariés

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié