Les bons réflexes pour évaluer sa vision

Plus on est jeune, plus on tend à ignorer ou sous-estimer ses défauts de vision. Or, un défaut visuel non ou mal corrigé risque de s’aggraver. Nikon Verres Optiques s’engage en sensibilisant les Français à l’importance de faire suivre et contrôler leur vue.

La vue est un bien précieux : si l’on considère que 80 % des informations arrivant au cerveau passent par la vue, il paraît inconcevable de la négliger. Et pourtant, c’est ce que font encore beaucoup trop de personnes qui ferment les yeux sur leur défaut de vision. Suite aux tests réalisés lors du Vision Tour, Nikon Verres Optiques constate que c’est notamment le cas des plus jeunes : alors que 64 % des 20-30 ans et 69 % des 30-40 ans n’auraient pas une vision optimale (acuité visuelle inférieure à 8/10) (1), seulement 46 % et 45 % respectivement en ont véritablement conscience (2).

Avec l’âge, ce décalage tend à se réduire : passé 40 ans, les premiers signes de la presbytie peuvent apparaître et amènent la plupart du temps à consulter. C’est ainsi que la quasi-totalité des plus de 60 ans sont conscients de leurs troubles visuels.

Au-delà de la prise de conscience de ses besoins visuels, vient s’ajouter l’évolution de ces mêmes besoins. En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’une personne porte une correction visuelle qu’elle est forcément bien corrigée, surtout si cette prescription commence à dater. Ainsi, 56 % des porteurs de correction n’auraient pas une vision optimale (3), voire même handicapante pour plus de 30 % d’entre eux (4).

Consulter régulièrement

Cette sous-estimation des défauts de vision associée au manque d’assiduité du suivi ophtalmologique est un véritable problème. D’autant plus quand on considère que 59 % des accidents de voiture seraient liés à une mauvaise vision (5), ou encore que les risques de chute seraient sept fois plus probables chez les personnes seniors ayant une mauvaise vision (6). Il est donc important de consulter régulièrement pour faire contrôler et suivre l’état de sa vue.

Le dépistage des défauts de vision doit débuter dès le plus jeune âge afin de pouvoir les corriger. Chez l’enfant, le calendrier de visites recommandées chez l’ophtalmologiste débute à 1 an si le pédiatre l’estime nécessaire, puis 3 ans, 6 ans et 12 ans. Par la suite – et sauf recommandation spécifique – une visite tous les cinq ans suffit jusqu’à l’âge de 45 ans. Passé cet âge, mieux vaut rapprocher les contrôles et passer au rythme d’une visite tous les deux ou trois ans au minimum pour s’assurer qu’aucune pathologie n’est en cours de développement. Cependant, ce suivi est loin d’être un réflexe pour tous puisque 30 % des Français n’ont jamais ou pas vu un ophtalmologiste depuis plus de 5 ans (7)…

Identifier les signes qui doivent amener à consulter

En tout état de cause, certains signes doivent alerter. Ainsi un enfant qui se cogne trop souvent, qui fatigue à la lecture ou se plaint de mal voir ce qui est écrit au tableau souffre très probablement d’un trouble de la vision.

Les signes d’alerte chez l’enfant

- En classe, votre enfant a du mal à lire le tableau et écrit le nez dans ses cahiers.

- Il se cogne souvent.

- Il se frotte excessivement les yeux.

- Il regarde la TV de trop près.

- Il est souvent fatigué ou excité.

Chez l’adulte, la difficulté à lire des informations de près ou de loin, associée à des maux de tête et/ou une sensation de fatigue oculaire sont des signes qui doivent alerter. Tout comme passé 45 ans, le besoin d’augmenter l’éclairage pour lire ou de reculer pour voir de près sont des signes probables de presbytie (voir encadré).

Sachez reconnaître les signes des principaux troubles visuels

- Vous avez des difficultés à lire des informations de loin.

- Vous plissez souvent des yeux pour mieux voir.

- Votre vision nocturne est moins bonne, vous avez du mal à conduire de nuit.

-> C’est peut-être de la myopie.

- Vous avez du mal à vous concentrer.

- Vous louchez parfois.

- Vous souffrez régulièrement de maux de tête.

- Vous devez faire des efforts de mise au point quand vous passez d’une vision de loin à une vision de près.

-> C’est peut-être de l’hypermétropie.

- Vous confondez certaines lettres entre elles.

- Vous souffrez régulièrement de maux de tête ou de fatigue oculaire.

- Vous avez des sensations de picotements.

-> C’est peut-être de l’astigmatisme.

- Vous éprouvez le besoin de reculer pour mieux voir de près (allongement des bras).

- Vous avez besoin d’augmenter l’éclairage pour lire.

-> C’est peut-être de la presbytie.

Pour les porteurs de lunettes, une sensation d’éblouissement accentuée ou encore un port moins fréquent de l’équipement optique peuvent être des signes de l’évolution du trouble visuel.

Ces différents symptômes doivent amener à consulter. L’ophtalmologiste reste naturellement le pilier de ce contrôle et de ce suivi médical. Cependant l’opticien a, bien entendu, un rôle clé à jouer dans le choix de la monture et des verres les plus adaptés. Mais il peut aussi, depuis le décret du 12 octobre 2016 (8), pratiquer des examens de vue et adapter la correction du porteur de lunettes, dans le cadre d’un renouvellement, dès lors que l’ordonnance établie par l’ophtalmologiste a moins d’un an pour les enfants de moins de 16 ans, cinq ans pour les patients de 16 à 42 ans et trois ans pour les plus de 42 ans.

Enfin, n’oublions pas les autres acteurs du « bien voir » : les réseaux de soins et les complémentaires santé, qui peuvent sensibiliser leurs affiliés à l’importance du contrôle et du suivi ophtalmologique ; les fabricants de montures, qui œuvrent pour plus d’assiduité dans le port des lunettes en réalisant des montures toujours plus confortables, légères et esthétiques ; et les verriers, qui repoussent sans cesse les limites de l’innovation, pour proposer des verres alliant correction, protection des yeux contre la lumière nocive, confort et esthétique.

  1. Source : Statistiques basées sur 2012 tests de vue réalisés pendant les 10 jours du Vision Tour 2017 de Nikon Verres Optiques, dans six villes (Paris, Lille, Metz, Lyon, Nantes, Marseille).
  2. Source : « Troubles de la vision, sept adultes sur 10 portent des lunettes », étude publiée par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (DREES) en juin 2014.
  3. Source : Statistiques basées sur 2 012 tests de vue réalisés pendant les 10 jours du Vision Tour 2017 de Nikon Verres Optiques, dans six villes (Paris, Lille, Metz, Lyon, Nantes, Marseille) : 92 % des tests de vue ont été réalisés sur des Ergovision et 8 % en utilisant un autoréfractomètre ; 1 123 tests ont été réalisés sur des personnes portant une correction, 888 sur des personnes ne portant aucune correction.
  4. Source : Statistiques basées sur 1794 tests de vue réalisés sur un appareil Ergovision pendant les 10 jours du Vision Tour 2017 de Nikon Verres Optiques, dans six villes (Paris, Metz, Lille, Lyon, Marseille, Nantes). Les tests réalisés sur autoréfractomètre ne sont pas pris en compte dans les mesures d’acuité. Acuité en vision de loin inférieure ou égale à 6/10 sur leur œil ayant l’acuité la plus élevée.
  5. Source : « The importance of precise sight correction for safe driving », université de Milan, Italie, 2009.
  6. Source : « Projected costs of fall related injury to older persons », Mitchell P & al, Blue Mountain study, 2009.
  7. Source : Statistiques basées sur 1 646 questionnaires remplis conformément aux réponses des personnes ayant réalisé un test de vue lors du Vision Tour 2017 de Nikon Verres Optiques dans cinq villes (Lille, Metz, Lyon, Nantes, Marseille). Question posée : « De quand date votre dernier RDV chez l’ophtalmologiste ? »,
  8. Source : Décret n° 2016-1381 du 12 octobre 2016 relatif aux conditions de délivrance de verres correcteurs ou de lentilles de contact oculaire correctrices et aux règles d'exercice de la profession d'opticien-lunetier, JO du 6 octobre 2016.

 

Ce contenu vous est proposé par BBGR

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Emploi

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Les bons réflexes pour évaluer sa vision

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié