Une bonne vue malgré la presbytie

Une bonne vue malgré la presbytie
© Hoya

En intérieur ou à l’extérieur, sur écran ou au volant, de près ou de loin, la presbytie peut être parfaitement corrigée avec des verres d’excellence. Les équipes de recherche et développement de Hoya ont mis au point des verres personnalisés, répondant aux défauts visuels et aux modes de vie de chacun.

 

La presbytie est un phénomène naturel, qui concerne tout le monde passé l’âge de 40 ans. Avec le temps, le cristallin perd de son élasticité et peine à faire la mise au point sur les objets proches. La lecture ou les travaux de précision deviennent difficiles, les maux de tête plus fréquents. Cette fatigue visuelle progresse jusqu’à l’âge de 55 ans, puis ralentit vers 60 ans avant de se stabiliser.

Une pathologie évolutive

La capacité d’accommodation de l’œil diminue avec l’âge. Cette perte est progressive. Cela signifie qu’un nouveau presbyte n’a besoin d’être corrigé qu’en vision de près alors qu’un presbyte confirmé a des besoins plus importants, en vision de près ainsi qu’en vision intermédiaire. Une personne presbyte doit donc changer de lunettes tous les deux ou trois ans jusqu’à ses 60 ans, âge auquel la presbytie se stabilise.

Contrairement aux idées reçues, la myopie ne protège pas de la presbytie qui peut s’associer à tous les autres défauts visuels : la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. Pour les personnes qui ne souffrent d’aucun autre défaut visuel, la presbytie peut être corrigée par des verres d’intérieur ou de lecture, ne corrigeant que la vision de près. En revanche, les autres ont besoin de verres progressifs leur permettant de passer insensiblement de la vision de loin à la vision de près.


@Hoya

Des verres pour chaque situation

Des  solutions existent pour chaque problème visuel lié à la presbytie :

  • Les verres unifocaux : ils sont destinés aux emmétropes (c’est-à-dire sans autre défaut visuel que la presbytie) n’utilisant que ponctuellement leur vision de près ou ne passant pas trop souvent d’une distance de lecture à une autre (d’un livre à un ordinateur, par exemple). Ils permettent de lire ou de bien voir des objets proches (entre 30 et 50 cm de distance).
  • Les verre d’intérieur ou de proximité : ces verres ergonomiques sont spécialement conçus pour le travail. Ils donnent de larges champs de vision de près (30 à 50 cm) ou à une distance intermédiaire (entre 0,80 et 2 m).
Les verres WorkStyle V+ de Hoya conviennent particulièrement aux personnes travaillant sur ordinateur ou exerçant une activité de précision : chirurgiens, dentistes, comptables, artisans…
  • Les verres progressifs : ils offrent un champ de vision très large et permettent de gérer toutes les distances en éliminant les sensations de gêne provoquées par des transitions brutales entre les différentes zones de vision.
Hoya a breveté un calcul et un surfaçage point par point sur les deux faces du verre à la pointe du diamant, précis au micron près, qui donne un excellent confort avec un champ de vision très large à toute distance. Le temps d’adaptation à ces verres de précision est très rapide, voire immédiat.
  • Une différence de correction entre les deux yeux : 73 %* des presbytes européens ont une vision différente entre leur œil droit et leur œil gauche. Or, toute différence de correction  même – minime – entre les deux yeux entraîne un déséquilibre visuel qui peut causer des troubles asthénopiques (c’est-à-dire les yeux qui « piquent » ou qui « grattent »).
Le verre MyStyle V+ est une solution individualisée d’excellence qui adapte la correction au type de monture choisi, à la façon de les porter, à la distance de lecture, aux types d’activités pratiquées… Ce verre progressif biface individualisé est le premier au monde à prendre en compte la prescription de chaque œil et les autres composants individuels, pour calculer la géométrie binoculaire la plus adaptée au porteur de lunettes, grâce à la technologie Binocular Harmonization.
  • Une correction adaptée au style de vie : il est indispensable de prendre en compte les habitudes et activités au quotidien pour le choix des verres afin d’optimiser le confort de vue.
LifeStyle 3 est un verre progressif offrant un confort exceptionnel et une adaptation ultra-rapide en fonction du style de vie du porteur de lunettes. Les verres Indoor sont destinés à ceux qui passent l’essentiel de leur temps en intérieur, devant un livre ou un ordinateur. Les verres Urban conviennent aux personnes dynamiques, en mouvement et très connectées sur votre mobile. Enfin, les verres Outdoor sont très adaptés à la conduite et aux activités extérieures.


C’est à partir de l’ordonnance du médecin ophtalmologiste et d’une écoute attentive du porteur de lunettes que l’opticien est en mesure de conseillers les verres les plus adaptés à sa vision et son style de vie. Il saura ainsi l’accompagner dans le choix d’une monture et l’aider à choisir des verres amincis et/ou très résistants  en fonction de ses besoins ou de ses activités.


@Hoya

L’opticien peut également donner des conseils très pratiques  tels que :

  • ne porter ses nouveaux verres que le lendemain matin, afin de les découvrir avec un œil neuf et reposé ;
  • adapter l’éclairage de son domicile et de son bureau à sa vision ;
  • et surtout, ne pas trop attendre avant de s’équiper : il est toujours plus facile de s’adapter à des verres progressifs quand l’addition des verres n’est pas trop puissante.

Isa Bouglime, directeur Partenariats Santé et Assurance du groupe Hoya Seiko

* Données Hoya : commandes de verres progressifs en Europe de 2007 à 2013

Contenu proposé par Hoya.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance des prestations statutaires

Communauté de communes des deux Vallées

19 novembre

60 - CC DES DEUX VALLEES

Complémentaire sante pour le personnel de Bibracte EPCC

BIBRACTE EPCC

19 novembre

58 - Glux-en-Glenne

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Une bonne vue malgré la presbytie

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié