Préserver la pérennité d’une PME avec un plan de continuité d’activité

Préserver la pérennité d’une PME avec un plan de continuité d’activité
©Yuri Arcurs

Face à la diversification et l’intensification des risques auxquels elles sont exposées, les PME ont autant – si ce n’est plus – intérêt que les grandes entreprises à prévoir un plan de continuité d’activité (PCA). Assureur spécialiste des risques d’entreprise, MS Amlin explique pourquoi.

Dans les cinq années qui suivent un sinistre majeur, 60 % des entreprises finissent par cesser leur activité. La sanction est encore plus sévère quand les systèmes d’information sont touchés : 70 % des entreprises ayant subi une perte de données majeures ne survivent pas dans les 18 mois ; quant aux sociétés ayant subi une interruption de leur système d’information pendant plus de 10 jours, elles n’ont que 7 % de chance d’être encore en activité un an plus tard…


Risques sous-estimés
Quelle que soit leur taille, les entreprises sont exposées à un éventail de risques de plus en plus vaste : incendie, risques naturels, risques sanitaires, explosion, terrorisme, mouvements sociaux, panne ou attaque informatique, carence de fournisseur ou de sous-traitant…

Certains de ces risques sont sous-estimés : « En 2011, la catastrophe de Fukushima, au Japon, et les inondations dans les plaines thaïlandaises, où se concentre un quart de la production mondiale de disques durs, a mis l’ensemble de la filière informatique en péril », rappelle Géraldine Rychel, directeur Ingénierie et prévention chez MS Amlin, assureur spécialiste des risques d’entreprise. Ces deux catastrophes ont fait prendre conscience du risque que représentent les ruptures d’approvisionnement.


Relancer l’activité au plus vite
Ces événements ont aussi mis en lumière l’importance du plan de continuité d’activité (PCA) pour surmonter ce type d’événement. « Entre 20 et 40 % du coût moyen d’un sinistre est attribué aux pertes d’exploitation, explique Géraldine Rychel. Quand l’entreprise doit cesser toute activité, les charges continuent à courir alors que le chiffre d’affaires est nul. » La priorité absolue est donc de relancer l’activité, « même en mode dégradé », poursuit Géraldine Rychel en insistant sur le fait que « c’est toujours plus simple si l’entreprise dispose d’un PCA. »


Prévention
Essentiel en cas de sinistre, le PCA peut aussi aider l’entreprise à mettre en place une meilleure stratégie de prévention de ses risques : « Le simple fait de se poser, de réfléchir aux risques potentiels et de formaliser un plan de continuité d’activité est toujours enrichissant », observe Géraldine Rychel. Cette réflexion peut aussi nourrir le dialogue avec le courtier : en identifiant ses vulnérabilités, l’entreprise a une vision plus claire des garanties dont elle a besoin. « Cela peut donc avoir un impact sur l’approche tarifaire et l’évaluation du risque », commente Géraldine Rychel.


Rassurer les partenaires
Dans certaines activités, un assureur, ou un donneur d’ordres, peut refuser de contracter avec une entreprise qui n’a pas mis en place de plan de continuité d’activité. Et c’est un formidable levier : au cours des 20 dernières années, les démarches qualité, sécurité et environnement se sont généralisées sous la pression des grandes entreprises, qui ont voulu sécuriser l’ensemble de leur chaîne de valeur.

Les PCA se propageront sans doute de la même façon, de façon progressive… jusqu’au jour où les PME n’auront plus besoin d’être poussées par leurs clients ou leurs donneurs d’ordres : elles auront compris à quel point le PCA sécurise leur activité.

Ce contenu vous est proposé par MS Amlin


Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Préserver la pérennité d’une PME avec un plan de continuité d’activité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié