[DOSSIER] Expertise à l’international 3/4

Cap sur la Chine... à petits pas

Cap sur la Chine... à petits pas
LUDOVIC REDIER

Marché émergent qui enregistre la plus forte croissance en assurance dommages, la Chine a de quoi attiser l'intérêt des experts. Mais, que ce soit pour intervenir auprès des groupes français qui y sont implantés ou pour exporter son savoir-faire auprès d'assureurs locaux, l'aventure peut se révéler compliquée, tant les barrières sont nombreuses.

Juillet 2012. Christian Pellet accomplit les dernières formalités l'autorisant à démarrer son activité d'expert en incendie sous la bannière Union d'experts à Hongkong. Pour sa première franchise à l'étranger, le groupement a opté en faveur d'une implantation dans l'ancienne colonie britannique. « Le régime de création d'entreprise y est plus souple qu'en Chine », explique-t-il. Inconvénient : l'expert ne pourra pas exercer hors de cette région administrative. Néanmoins, cette base lui permettra d'explorer progressivement le marché chinois. « Une fois que l'activité sera lancée, l'une des options serait de créer une filiale à Shenzen. »

LE CHIFFRE

  • + 28 % La croissance de l'assurance dommages en Chine en 2010, selon Swiss Re.

Faire preuve de patience

Les différences culturelles et les barrières administratives ne facilitent pas sa tâche. « Développer une activité d'expertise avec un savoir-faire français prendra du temps, reconnaît Maxime Chrétien, directeur du développement d'Union d'experts, mais le marché existe, la Chine a besoin d'experts. »

Ce marché a de quoi séduire. En 2010, selon Swiss Re, l'assurance dommages a enregistré une croissance de 28%. Celle-ci s'est tarie en 2011, mais essentiellement du fait de l'assurance auto, et le marché est loin d'être saturé, si l'on en croit les indices de pénétration et de densité de l'assurance dommages en 2011 établis par le réassureur : elle représente 1,2% du PIB, contre 3,3% en France, et la prime moyenne par personne y est de 64 $, contre 1 403 $ en France.

Cependant, la part des assureurs étrangers dépasse à peine 1%, selon PwC. Il est vrai que l'accès au marché est très difficile. « Un acteur étranger ne peut pas détenir plus de 25% du capital d'une société d'expertise », rappelle Ludovic Redier, président d'Erget. Plutôt que créer des coentreprises dans lesquelles elles seront minoritaires, les sociétés d'expertise préfèrent nouer des partenariats, tel celui d'Erget avec Mintaian (lire ci-dessus), ou aborder le marché par la périphérie, à l'instar d'Union d'experts. Autre difficulté : la taille du pays. Le réseau VRS Adjusters est présent dans les métropoles chinoises de l'Est, « mais c'est à l'intérieur du pays que l'essor industriel est le plus important, observe Michel Stagnara (Adenes et Seri LWM). C'est dans cette direction que le développement du réseau doit se faire. »

Par ailleurs, la Chine fait partie des pays exigeant que les entreprises étrangères soient en partie couvertes par un contrat souscrit auprès d'un assureur local. « D'où des contraintes particulières dans la gestion et la coordination des missions ayant des ramifications en Chine », note Michel Stagnara. Patience et persévérance sont les qualités dont devront faire preuve les experts souhaitant partir à la conquête de cet Eldorado.

LUDOVIC REDIER, PRÉSIDENT D'ERGET

« Nous intervenons pour les 10 premiers assureurs chinois »

  • Comment avez-vous développé vos activités en Chine ?

Nous avons commencé à nous intéresser à la Chine en 2005, quand l'un de nos clients s'y est implanté. Au même moment, nous avons participé à des échanges destinés à aider les PME françaises à s'installer là-bas. Un acteur étranger ne pouvant pas détenir plus de 25% du capital d'une entreprise d'expertise, nous avons noué un partenariat exclusif avec le groupe Mintaian, leader chinois dans ce domaine, ce qui nous a permis d'accompagner nos clients et d'être missionnés par des assureurs chinois dans divers pays.

  • Que représente ce pays dans l'activité d'Erget ?

Nous travaillons avec les dix plus importants assureurs chinois, dont deux nous confient des missions partout dans le monde. Des clients nous ont demandé de les accompagner dans leurs projets de développement en Afrique et au Moyen-Orient, ce qui nous a amenés à créer une coentreprise, Erget SCT Africa (35 bureaux et 80 collaborateurs). L'activité issue de Chine concerne surtout la responsabilité civile produits, mais aussi les risques techniques, les transports ou la construction.

Emploi

KAPIA RGI

ANALYSTES FONCTIONNELS en Assurance Vie et /ou IARD

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

KAPIA RGI

DÉVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

MARCHE POUR LA SOUSCRIPTION DES CONTRATS D'ASSURANCE FRAIS DE SOINS - PREVOYANCE.

Patrimoine SA Languedocienne

13 décembre

31 - PATRIMOINE SA LANGUEDOCIENNE

SERVICES D'AFFACTURAGE INVERSE POUR LE CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL DE VILLENEU...

Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

13 décembre

94 - CRETEIL

Realisation D'Une Mission D'Audit De Mise En Conformite Au Reglement General Sur La...

Communauté d'Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine

13 décembre

78 - LE PECQ

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Cap sur la Chine... à petits pas

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié