LA CROISSANCE INTERNE DOPE L'ACTIVITÉ DE GRAS SAVOYECourtage Le chiffre d'affaires du premier courtier français atteindra 350,4 M€ en 2002. Une nette progression par rapport à 2001, obtenue grâce à une forte croissance interne, plutôt qu'à une hausse générale des tarifs.

LA CROISSANCE INTERNE DOPE L'ACTIVITÉ DE GRAS SAVOYE

Courtage Le chiffre d'affaires du premier courtier français atteindra 350,4 M€ en 2002. Une nette progression par rapport à 2001, obtenue grâce à une forte croissance interne, plutôt qu'à une hausse générale des tarifs.



Le montant global du chiffre d'affaires de Gras Savoye devrait progresser de 14,5 % en 2002. En dépassant la barre des 350 M€, le courtier profite certes de la hausse des tarifs des assureurs, mais il bénéficie surtout d'une production d'affaires nouvelles de 39 M€, en augmentation de 9 % par rapport à 2001. Selon Patrick Lucas, président de Gras Savoye, la croissance interne explique 12,5 points de la hausse d'activité, le reste étant dû à la croissance externe. Le courtier a acquis deux cabinets de courtage spécialisés dans les risques des PME-PMI. L'un à Suresnes, LCA, l'autre à Toulouse, Arquier et associés. Un troisième rachat en fin d'année dernière, la société Prim, est venu renforcer la branche prévoyance collective et retraite de Gras Savoye.

Patrick Lucas a déclaré par ailleurs que la hausse des primes n'a que faiblement contribué aux performances de son groupe en 2002. " L'augmentation des tarifs des assureurs explique seulement entre 1 et 2 points de notre croissance d'activité ", a-t-il précisé. En revanche, il s'est montré peu loquace sur la part des grands risques dans le chiffre d'affaires de son groupe. " Elle représente plus de 50 % ", s'est-il contenté de déclarer. Et d'ajouter, sans plus de détails : " La progression est encore bonne. " Par ailleurs, le président de Gras Savoye estime que les primes dommages des grandes entreprises ne devraient plus progresser au même rythme. Il s'attend même à des baisses de tarifs dans les dix-huit mois à venir sur certains contrats. En revanche, le marché de la RC devrait encore rester " très dur ". Évoquant l'activité de sa filiale Sageris, il a estimé que les opérations de " due diligence " (1) et de cartographie des risques constituent un secteur très porteur pour le groupe. Son activité de courtage de réassurance est également influencée par la hausse des tarifs et grimpe de 14 %, à plus de 10 M€. Toutefois, cette croissance s'inscrit dans un marché de la réassurance marqué par des hausses tarifaires de plus de 20 %. Profitant de ce mouvement, les autres courtiers de réassurance du marché ont enregistré des taux de croissance parfois bien supérieurs à celui de Gras Savoye Re. Enfin, l'activité des risques de particuliers, en perte de vitesse depuis quelques années, ne représente plus que 9 % du chiffre d'affaires du courtier. Et cela malgré des investissements informatiques importants, notamment sur ses plates-formes, pour la gestion de contrats de flottes. Le secteur reste très concurrentiel et volatile, explique le courtier, qui s'est toutefois félicité de la réussite de l'opération menée avec Ford.



1. Identifier les risques à l'actif et au passif lors du rachat d'une société.



Répartition du chiffre d'affaires 2002



Les dommages aux biens et la prévoyance entreprises sont les deux points forts de Gras Savoye.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché public de prestation de services en assurances.

Ville de St Mandé

21 juillet

94 - ST MANDE

Prestations de services d'enrichissement de portefeuilles d'investissements pour le...

FGA Fonds de Garantie des Assurances

21 juillet

94 - VINCENNES

Marché de service relatif à la prestation d'assurance..

Ville de St Dié des Vosges

21 juillet

88 - ST DIE DES VOSGES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

LA CROISSANCE INTERNE DOPE L'ACTIVITÉ DE GRAS SAVOYECourtage Le chiffre d'affaires du premier courtier français atteindra 350,4 M€ en 2002. Une nette progression par rapport à 2001, obtenue grâce à une forte croissance interne, plutôt qu'à une hausse générale des tarifs.

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié