La famille Burrus prend le contrôle de Diot

La signature définitive est prévue pour fin novembre. Officiellement, le courtier parisien conservera son indépendance et sa marque.

Mission accomplie pour Gilles Laporte, le spécialiste en capital-investissement, appelé en renfort début 2007 par les actionnaires de Diot afin d'assurer le développement du cabinet, septième courtier français avec 71,2 ME de chiffre d'affaires en 2006 (voir notre édition du 11 mai et suivantes). Pour ce faire, celui-ci avait pris la tête du conseil de surveillance du courtier et bâti un plan stratégique, « Diot 2012 », dont la réussite reposait en grande partie sur l'arrivée d'un solide partenaire financier.

La fin des rumeurs

C'est chose faite : comme l'a révélé « l'Argus » le 25 octobre sur son site Internet, un accord a été signé, le 22 octobre, avec Christian Burrus, président du groupe familial et d'Esca, spécialisé en assurance vie et de capitalisation (lire l'encadré). Cet accord prévoit que l'assureur prendra le contrôle au plan capitalistique de Diot (en détenant au minimum 51 %), aux côtés de certains collaborateurs (qui cumuleraient environ 20 % du capital) et des actionnaires historiques (dont la part évoluera d'ici à deux ou trois ans). Les détails de l'opération seront connus une fois consultés les salariés et signés les textes définitifs - fin novembre.

Cette nouvelle apaise les esprits. Depuis plusieurs mois, les rumeurs les plus folles circulaient sur le marché, dont certaines laissaient craindre un rachat par l'un des grands courtiers. Loin de cet univers, la famille Burrus jouit d'une excellente réputation sur la place et baigne, en tant que groupe familial indépendant, dans une culture très proche de celle de Diot. La société strasbourgeoise s'est en outre déjà illustrée dans le courtage avec le rachat, en 2000, du cabinet Joliez-Regol, rebaptisé Envergure Conseil après une sévère restructuration. Ce dernier, qui finit l'exercice 2007 avec un chiffre d'affaires de 5 ME (dont 3,6 ME en risques d'entreprises, essentiellement en dommages, et 1,4 ME en particuliers) entrera dans le giron de Diot fin 2008-début 2009.

Un plan stratégique aussi ambitieux que séduisant

« Notre groupe reste très intéressé par le courtage. Les activités d'assurances et de courtage sont, certes, très différentes, mais aussi très complémentaires. Et dans le courtage, Diot est l'une des plus belles enseignes indépendantes du marché français », commente Christian Burrus. Qui affirme que la « marque » Diot sera préservée. « Nous avons été séduits par le plan stratégique "Diot 2012", qui est extrêmement ambitieux puisqu'il vise à doubler le chiffre d'affaires en cinq ans », précise Christian Burrus, qui promet de lui donner les moyens financiers nécessaires, « sans limite ». Des opérations de croissance externes seraient d'ailleurs déjà dans les tuyaux chez Diot. Peut-être en assurances de personnes, puisque l'un des objectifs de Diot 2012 est de parvenir à un parfait équilibre du portefeuille entre assurances de dommages (80 % de l'activité de Diot actuellement) et assurances de personnes.

L'entrepreneur, soucieux de mettre en place un « contrôle clair et sans flottement » à la tête du cabinet, devrait prendre la présidence du conseil de surveillance, à la place de Gilles Laporte. Aucune précision n'est donnée pour l'instant sur une éventuelle évolution au plan opérationnel.

Emploi

KAPIA RGI

ANALYSTES FONCTIONNELS en Assurance Vie et /ou IARD

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

KAPIA RGI

DÉVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La famille Burrus prend le contrôle de Diot

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié