Le Collectif des intermédiaires prend du poids

Avec près de 50 courtiers adhérents, le Collectif des intermédiaires en assurances continue de se développer - pour l'heure, principalement dans le Sud et en région parisienne. Son ambition : être présent partout en France.

Le Collectif des intermédiaires en assurances (CIA), association loi 1901, n'a que deux ans, et il compte déjà 48 membres, dont pas moins de six cabinets de courtage depuis ce début d'année. « Chaque semaine, le CIA reçoit des demandes d'adhésion. Certains cabinets sont refusés, faute de partager nos problématiques », explique Jean-José Lassince, président de l'association et courtier limougeaud. Le profil du parfait adhérent est un cabinet petit ou moyen, bien implanté dans une région et ayant une activité en dommages des particuliers.

Aujourd'hui, le Collectif des intermédiaires en assurances est surtout présent dans le sud de la France et en région parisienne ; son objectif à moyen terme est toutefois de compter une centaine de membres et d'être implanté partout en France.

Ni GIE ni syndicat professionnel

« Le CIA est, en quelque sorte, une centrale d'achats. En contrepartie des conditions et des garanties spécifiques que nous négocions avec les assureurs au nom du collectif, chacun des membres s'engage sur la qualité de ses résultats techniques », précise son président.

C'est le principal argument du groupement : la sinistralité est bonne, et en cas de dérive du portefeuille de tel ou tel adhérent, les assureurs disposent d'un suivi trimestriel, voire mensuel, qui permet de redresser le tir rapidement. Le CIA compte déjà à son actif plusieurs chartes de collaboration de ce type : en santé avec AGF, et en auto-MRH avec une société qui a imposé la confidentialité de l'accord. À la clé, des conditions tarifaires privilégiées pour les clients, des surcommissions pour les courtiers et des portefeuilles techniquement équilibrés pour les assureurs. Pour chaque protocole, un code courtage CIA est activé et les avantages obtenus sont acquis pour l'ensemble des membres. « Nous négocions actuellement un accord en dommages du particulier avec un bancassureur », se félicite Laurent Boulaud, secrétaire général de l'association à la tête du cabinet H & L courtage, implanté à Brive-la-Gaillarde. Après plusieurs tentatives de marginalisation émanant des assureurs, le collectif des intermédiaires a maintenant acquis une crédibilité : « Lorsqu'un membre veut ouvrir un code courtage auprès d'une société, la recommandation du CIA simplifie beaucoup les choses », remarque Jean-José Lassince.

S'imposer face aux assureurs

À Toulouse, Jean-Pierre Descamps, courtier adhérent depuis quelques semaines (lire l'encadré ci-contre), profite déjà du pouvoir de persuasion du collectif : « Faute de disposer des codes, je ne faisais pas de risques d'entreprises jusqu'à maintenant. Cette partie de l'activité m'est aujourd'hui accessible. Grâce au collectif, j'ai pu obtenir rapidement un certain nombre de codes courtage. »

En outre, les membres du CIA ont réalisé près de 35 000 affaires nouvelles sur les risques de particuliers en 2007. Un argument de poids dans les pourparlers engagés avec les assureurs.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

APREF

ADJOINT DU DÉLÉGUÉ GÉNÉRAL H/F

Postuler

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat de prévoyance.

Bourg Habitat OPHLM de Bourg en Bresse

06 décembre

01 - BOURG HABITAT

Marché de services d'assurances des risques statutaires.

Centre hospitalier de Blois

06 décembre

41 - BLOIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Collectif des intermédiaires prend du poids

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié