LES COURTIERS NE JURENT QUE PAR LA TECHNOLOGIEFrance La réduction de l'offre de réassurance contraint les courtiers spécialisés à élargir leurs gammes de services et à apporter des solutions techniques innovantes. Mais les investissements sont lourds.

LES COURTIERS NE JURENT QUE PAR LA TECHNOLOGIE

France La réduction de l'offre de réassurance contraint les courtiers spécialisés à élargir leurs gammes de services et à apporter des solutions techniques innovantes. Mais les investissements sont lourds.



S'il est un marché encore plus fermé que celui de la réassurance, c'est sans conteste celui du courtage de réassurance. Une discrétion qui cache les mutations importantes vécues par le secteur. Le nombre de réassureurs se réduisant, les cédantes demandent aux courtiers de rechercher des solutions complémentaires, voire alternatives. Elles attendent davantage d'informations et d'implication. Et exigent dans le même temps du conseil et de l'assistance.

Technologie : rester dans le coup a un coût

Les courtiers interviennent donc de plus en plus dans le montage de solutions de réassurance, mêlant des protections classiques et financières. Et ce, en faisant appel à des capacités au niveau mondial. Dans le contexte de l'après-11 septembre 2001, la poignée d'acteurs du marché hexagonal a dû repenser en profondeur ses structures et ses organisations en investissant massivement sur les technologies. C'est notamment le cas chez le leader Aon. " La segmentation s'est opérée selon trois grandes branches : les cat' nat', le dommage hors grands risques et le terrorisme ", résume Olivier du Passage, directeur général d'Aon Ré. Rester dans la course a cependant un coût. " Le développement d'indices physiques comme critère objectif du jeu de la garantie tempête est une solution moderne ", affirme Jean-Yves Nouy, directeur général de Benfield Greig en France. Bien accueillie par les clients, cette innovation a pourtant nécessité de lourds investissements. Du côté de Gras Savoye, les actionnaires commencent à trouver le temps long, car les investissements consentis depuis deux ans chez Gras Savoye Re commencent à produire leurs effets. " Il faut être patient ", reconnaît Luc Malâtre, directeur général de Gras Savoye Re, qui avance tout de même une progression à deux chiffres de son chiffre d'affaires depuis deux ans. Cette croissance lui permet notamment de financer un département consacré au conseil et à la modélisation, doté des outils acquis ou développés avec Willis Re, par exemple le logiciel d'aide à la décision Willis iFM. Tous les courtiers se sont ainsi engouffrés dans le développement d'outils de modélisation, censés permettre aux cédantes de gérer l'impact de leurs choix de protection. En clair, elles veulent une couverture pour la volatilité de leurs résultats. Au-delà des aspects techniques, l'activité du courtier s'inscrit dans un contexte de relations commerciales bien particulier. Si, par exemple, le placement des traités cat' en 2002 s'est révélé relativement aisé, grâce à une capacité suffisante, les intermédiaires ont apparemment continué de privilégier, dans le placement d'affaires nouvelles, les réassureurs ayant davantage souffert du fait des sinistres en 2001. Mais, dans le même temps, les courtiers ont fait appel aux fournisseurs les moins affectés par les sinistres exceptionnels pour obtenir des tarifs plus bas sur d'autres traités... Ainsi, le courtier concilie en permanence les intérêts de ses clients avec la nécessité de préserver ses fournisseurs dans le long terme. Dans ce marché, les places sont devenues très chères (voir le tableau ci-contre). Pour preuve, le difficile démarrage des plates- formes d'e-réassurance. Sorte de courtier virtuel mettant en relation assureurs et réassureurs via Internet, Inreon peine en effet à décoller. Les courtiers, qui pourraient légitimement y déceler une nouvelle forme de concurrence, ne semblent pour l'heure pas très inquiets, car les cédantes restent frileuses face au manque dénoncé de souplesse du système.

Emploi

Collecteam

Responsable Technique Contrats Santé et Prévoyance H/F

Postuler

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FRAIS DE SANTE PERSONNEL DE MONTPELLIER BUSINESS SCHOOL.

Betem Languedoc Roussillon

23 janvier

34 - MONTPELLIER

Marché d'assurances.

Atlantique Habitations

23 janvier

44 - ATLANTIQUE HABITATIONS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

LES COURTIERS NE JURENT QUE PAR LA TECHNOLOGIEFrance La réduction de l'offre de réassurance contraint les courtiers spécialisés à élargir leurs gammes de services et à apporter des solutions techniques innovantes. Mais les investissements sont lourds.

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié