Épargne retraite : Altaprofits aligne son offre sur l'assurance vie

Le courtier en ligne calque les modalités de son contrat « Madelin » sur celles de l'assurance vie classique, en offrant des frais de gestion réduits et un large panel d'unités de compte.

Lorsque l'on ose le parallèle entre Altaprofits et Free, qui, après l'accès à Internet, fait bouger les lignes de la téléphonie mobile, le directeur général du courtier en ligne, Hervé Tisserand, accepte avec plaisir la comparaison. « Nous avons été créés au même moment », souligne cet admirateur de Xavier Niel, patron emblématique de Free. Comme ce dernier, il revendique le rôle de trublion.

Après avoir été le premier à proposer une assurance vie en ligne et l'achat d'actions en direct sur Internet (lire l'encadré), le courtier s'attaque maintenant aux contrats retraite « Madelin », destinés aux travailleurs indépendants. « C'est un marché " cartellisé ", aux mains d'une poignée d'acteurs qui souhaitent avant tout préserver leurs fortes marges. Ce produit n'a pas suivi la modernisation de l'assurance vie », affirme encore Hervé Tisserand.

LE MARCHÉ DES CONTRATS " MADELIN " EST " CARTELLISÉ ", AUX MAINS D'UNE POIGNÉE D'ACTEURS. IL N'A PAS SUIVI LA MODERNISATION QUI A EU LIEU DANS L'ASSURANCE VIE.

Hervé Tisserand, directeur général d'Altaprofits

Mêmes atouts, la transférabilité en plus

Le courtier a donc décidé de refondre son contrat retraite en l'alignant sur l'assurance vie classique. Ailleurs, les frais sont chargés. Altaprofits Madelin offre non seulement 0% de frais d'entrée, mais les frais de gestion sur les unités de compte s'élèvent désormais à 0,60% par an, contre 0,95% auparavant. Quant aux arbitrages, ils deviennent illimités et leurs frais gratuits. La concurrence propose des multisupports limités ? Altaprofits Madelin donne accès à pas moins de 319 unités de compte. Les stop loss (limitation des moins-values relatives) et la multigestion sont inexistantes ? Les deux options sont maintenant disponibles, avec, notamment, une gestion déléguée « à horizon » (dégressivité chaque année de 5% vers le fonds en euros - Eurossima de e-cie-vie.fr, filiale de Generali -) en partenariat avec Lazard.

Ce sont autant de modalités qui, espère Altaprofits, vont convaincre les travailleurs indépendants de souscrire du « Madelin » ou de quitter leur assureur. En effet, « contrairement à l'assurance vie, les contrats " Madelin " sont transférables », rappelle Hervé Tisserand.

DES TITRES VIFS EN BERNE
  • Altaprofits a été le premier, en partenariat avec Swiss Life, à proposer un multisupport sur Internet, Titres@Vie, permettant aux assurés d'acheter des titres « vifs », c'est-à-dire d'acquérir des actions en direct. Dix mois après son lancement, le bilan est très mitigé, avec un millier de souscripteurs seulement, alors qu'Altaprofits vise le million de Français détenteurs de comptes-titres sur Internet. Il est vrai, la chute des marchés financiers ne pousse guère les épargnants à acheter des actions. Point positif : Titres@Vie a amené une nouvelle clientèle au courtier.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Épargne retraite : Altaprofits aligne son offre sur l'assurance vie

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié