Le petit contrat qui monte

La troisième édition du baromètre du Groupement des sociétés de protection juridique, réalisé cette année par Ipsos, confirme l'engouement des Français pour les contrats de protection juridique.

Les Français aiment la protection juridique ! La troisième édition du baromètre réalisé par Ipsos à la demande du Groupement des sociétés de protection juridique (GSPJ) atteste que la notoriété des produits d'assurance de protection juridique progresse significativement : 66 % des Français aujourd'hui contre 48 % en 2003 savent qu'ils peuvent souscrire des garanties offrant un service dans l'accompagnement et le traitement amiable ou judiciaire des conflits de la vie courante.

La PJ est sortie de l'ombre

« La progression de la notoriété est l'enseignement le plus significatif de ce baromètre, explique Marie-Emmanuelle Schiltz, directrice générale adjointe de Juridica et présidente du GSPJ. Or, ce produit est resté longtemps dans l'ombre. » Sur ces 66 %, 58 % déclarent avoir souscrit une assurance de protection juridique. Les personnes non assurées estiment principalement ne pas avoir à faire face à des problèmes de nature juridique (27 %) ou être protégées par d'autres moyens. « Elles utilisent en général Internet, prennent conseil auprès de leur avocat ou passent par des associations de consommateurs », précise Marie-Emmanuelle Schiltz.

Les causes de déclenchement sont sans surprise. Ainsi, parmi les difficultés susceptibles d'être rencontrées dans la vie quotidienne, les Français pensent que le recours à l'assurance de protection juridique est nécessaire en priorité pour la réparation d'un accident ou d'une agression (82 %), les problèmes liés à la consommation de biens ou de services (70 %) et les problèmes liés aux véhicules (66 %). « En auto, ce sont les vices cachés, en consommation, les fournisseurs d'accès à Internet et les biens livrés cassés, sans oublier les problèmes de voisinage », illustre Marie-Emmanuelle Shiltz. Suivent également les problèmes liés à la santé (66 %), les conflits avec l'Administration ou un service public (66 %) et les problèmes liés au domicile (62 %).

Efficacité prouvée par le taux de solutions amiables

Aujourd'hui, entre 60 et 70 % des litiges de protection juridique trouvent en France leur issue à travers une solution amiable. La conduite de la phase amiable par les juristes diplômés des assureurs est l'un des facteurs déterminants de l'efficacité du service délivré et du faible montant des primes de cotisation juridique.

La prime moyenne annuelle d'un contrat pour le particulier se situe en effet entre 50 et 70 E. Pour une cotisation comprise entre 150 et 250 E, il est possible de souscrire des garanties étendues au droit de la famille, avec, notamment, la prise en charge du divorce.

Le coût moyen des contrats a augmenté de 3 % en trois ans et la réforme de la protection juridique en 2007 ne semble pas avoir eu d'incidence sur le prix des contrats.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Galaxy Conseil

Comptable H/F

Postuler

MNCAP

Responsable Contrôle interne et fonction clé gestion des risques H/F en CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Création d'un Organisme Foncier Solidaire à Mayotte.

Etablissement Public Foncier et Aménagement de Mayotte Deal

12 juillet

976 - EPFA DE MAYOTTE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le petit contrat qui monte

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié