[DOSSIER] Assurance deux-roues 1/3

Les assureurs passent la surmultipliée

Les assureurs passent la surmultipliée
© KEVIN JORDAN/GETTY IMAGES
Les deux-roues motorisés font toujours tiquer les porteurs de risque, mais la hausse de la demande de souscription les oblige à répondre présents, même s'ils restent prudents, compte tenu de la forte sinistralité de ce marché.

Après trois années de vaches maigres, une légère reprise se fait sentir sur les ventes de deux-roues motorisés. Fin mai, la Chambre syndicale internationale de l'automobile et du motocycle (CSIAM) pointait une progression à deux chiffres, sur un mois, des immatriculations de 125 cm3 et des grosses cylindrées, et une hausse des ventes de motos pour le quatrième mois consécutif. Insuffisant aux yeux des assureurs, qui se souviennent que les immatriculations ont globalement diminué de 12% entre 2008 et 2009. « La crise s'est fait sentir. Le salon emblématique, le Mondial du deux-roues, organisé tous les deux ans à Paris [NDLR : l'édition 2011 aura lieu du 30 novembre au 4 décembre], a été annulé en 2009 », rappelle-t-on au groupe Matmut. Toutefois, à la Fédération française du sport automobile (FFSA), on constate un report, chez certains assurés, des voitures vers les deux-roues. « Les ventes ont grimpé de 11,4% en moyenne entre 2003 à 2007. Ce développement rapide traduit un changement dans les villes. Les gens délaissent plus facilement leur voiture et les transports en commun pour gagner en liberté de déplacement », analyse-t-on à la Fédération.

Il y a tout juste deux ans, le cabinet d'études Precepta annonçait un secteur « plein de promesses », susceptible de répondre à la saturation des autres segments de l'assurance dommages (auto et multirisque habitation). « Les contrats deux-roues représentent une opportunité supplémentaire de fidéliser les clients », affirmait Alexia Dassi, l'auteur de l'étude, évoquant une stratégie de multiéquipement. En ligne de mire : les trentenaires et les quadragénaires chefs de famille s'équipant d'un véhicule complémentaire à leur auto pour se rendre au travail.

Du tranquille monopole à la conquête prudente

Du coup, les appétits commerciaux se sont aiguisés. Le marché, jusqu'ici monopolisé par les mutuelles généralistes (Macif, Maif et Maaf) et les acteurs spécialisés (Mutuelle des motards et Club 14, l'intermédiaire d'Axa), s'est ouvert à de nouveaux entrants, alors qu'« historiquement, la plupart des assureurs ont été frileux à assurer ce type de risque », rappelle Étienne Bonnet, responsable technique auto et moto chez Axa France. « Notre domination ne tient pas à une volonté de notre part. Il s'agissait de répondre aux besoins de nos sociétaires », reconnaît d'ailleurs Madjid Ouali, chef de gamme marketing deux-roues et loisirs à la Macif.


Certains pratiquaient déjà, sans trop l'afficher, l'assurance deux-roues. Parmi eux, Pacifica essaie de capter, depuis trois ans, les trentenaires conduisant un scooter de 125 cm³ ou plus. Depuis 1997, la filiale IARD de Crédit agricole assurances sert une clientèle de cyclos et de motos de moins de 125 cm³. « Il ne s'agit pas d'un produit de conquête, euphémise Claire Courtier, chargée de produits assurances de biens et responsabilité civile. Nous l'avons lancé pour répondre à la demande de nos clients, via les agences du Crédit agricole. Nous ne le commercialisons pas sur Internet, à l'inverse des produits auto et habitation. »

Même prudence à la Matmut, qui a lancé un produit dédié en avril 2009. « Nous avons toujours assuré les deux-roues, mais cette catégorie était englobée dans les contrats multirisques auto. Désormais, l'offre est beaucoup mieux identifiée », explique Dominique Filsjean, directeur adjoint à la direction générale adjointe à la production du groupe Matmut. La stratégie semble payante : les résultats commerciaux ont grimpé de 5% en un an, avec 189 000 contrats souscrits fin 2010. La hausse est comparable chez Pacifica, avec 113 000 contrats (dont 75% en cyclomoteurs, et 25% en plus 125 cm³).

Les contrats deux-roues repésentent une opportunité supplémentaire de fidéliser les clients.

Alexia Dassi, auteur d'une étude sur l'assurance deux-roues chez Precepta

 

De cuisants revers

Le positionnement est différent à la Mutuelle des motards, qui revendique pour ADN « les motards et les scootéristes qui nous ont créés », souligne Manuel Marsetti, le directeur de la communication. En mettant fin à son activité de MRH, puis en élargissant, fin 2010, son spectre de souscription à la clientèle des cyclos urbains, la mutuelle se recentre sur ce marché de niche. « Nous sommes les seuls à réaliser 85% de notre chiffre d'affaires en deux-roues. »

Reste que si les assureurs considèrent désormais les deux-roues comme un marché à part entière, ils investissent prudemment ce segment, caractérisé par une forte sinistralité et une masse assurable réduite (près de 3,9 millions de véhicules assurés, selon les chiffres FFSA-Gema). D'ailleurs, ni la Maaf ni la Maif, très présentes dans l'auto, ni même la spécialiste AMV (Assurance Moto verte) n'ont souhaité répondre à nos questions.

Les plus agressifs sur le créneau s'en sont, il est vrai, mordu les doigts. Ce fut le cas de l'e-assureur néerlandais Ineas, dont le modèle de gestion low cost et de souscription en ligne a explosé en vol, relayant, durant l'été 2010, à Aloa assurances (groupe Covéa, porté par la Maaf, MMA et la GMF) son fichier de 17 000 assurés auto-moto. Autre sortie de route, celle du courtier Assor, qui s'est vu résilier son contrat deux-roues par Macifilia. La filiale de diversification du groupe Macif est toujours en « pleine réflexion stratégique ». La direction n'a pas voulu commenter la perte de 58,6 M€ enregistrée en 2010, notamment engendrée par ses activités auto-moto.

Course à la différence

« L'équilibre des forces ne change pas, selon le PDG d'April moto, Philippe Chaussonnière. Les grands acteurs ont de puissants moyens publicitaires et ils travaillent beaucoup sur leur clientèle captive. » Face aux leaders, comme la Macif (706 000 contrats revendiqués en 2010), Club 14 (430 000 assurés) et la Mutuelle des motards (203 000 sociétaires), la filiale d'April Group vise les 50 000 assurés pour 2011 (+ 20% en un an), en tablant sur une approche multicanal, auprès des courtiers comme en distribution directe, des concessionnaires (notamment Peugeot) et des sites de comparateurs.

La différenciation se joue de plus en plus sur le contenu des contrats. On assiste à une véritable course à l'échalote des initiatives pour revendiquer l'invention de garanties, qui ne se limitent plus à la RC et au tous-risques. L'assistance dépannage et juridique étendue entre plus souvent en inclusion, de même que la prise en charge du casque et des équipements de protection jusqu'à 1 500 €, comme à la Matmut ou à la Mutuelle des motards. De plus en plus d'assureurs renforcent les garanties du conducteur, au moyen de services à la personne, d'accompagnement à l'aménagement du domicile et à la réinsertion professionnelle en cas de dommages corporels. La Matmut ou Club 14 proposent même de réduire la prime si la moto reste au garage l'hiver, et Solly Azar offre 10% de réduction aux conducteurs qui s'engagent à utiliser leurs deux-roues huit mois sur douze. Un vrai marché de niche.

%%HORSTEXTE:1%

VENTILATION DU PARC FRANÇAIS DE DEUX-ROUES

La part, désormais dominante, des scooters témoigne du changement sociologique qu'a connu le marché des deux-roues, passé d'une population de passionnés à une clientèle urbaine plus « utilitariste ».

Source : chambre syndicale internationale du cycle et du motocycle

Parc de deux-roues motorisés assurés par lesmutuelles du gema par an, et évolution à fin 2010 par rapport à fin 2008 (en pourcentage)

La fin du « jeune à mobylette»? de fin 2008 à fin2010, le nombre de cyclomoteurs assurés par des mutuelles s’est réduit de près de 21000 unités (–4,3%). La catégorie intermédiaire des motocyclettes de moins de125 cm³ est la grande bénéficiaire de ce transfert, dans
un parcde deux-roues en forte croissance sur ces deux années (7,4%).

Source : gema

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 30 octobre 2020

ÉDITION DU 30 octobre 2020 Je consulte

Emploi

CRETEIL HABITAT SEMIC

CHEF DU SERVICE MARCHE/ASSURANCES H/F

Postuler

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances

SEMIGA

31 octobre

30 - SEMIGA

Prestations d'assurances pour l'ign.

Institut National de l'Information Géographique et Forestière - IGN

31 octobre

94 - ST MANDE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les assureurs passent la surmultipliée

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié