Réassurance INREON, UNE PLACE DE MARCHÉ POUR ABOLIR LES FRONTIÈRESMettre en relation compagnies, courtiers et réassureurs à l'échelle mondiale sur une plate-forme centrale et un système unique, c'est la solution que propose Inreon, conçue par deux réassureurs mondiaux. Cette place de marché virtu...

Réassurance INREON, UNE PLACE DE MARCHÉ POUR ABOLIR LES FRONTIÈRES

Mettre en relation compagnies, courtiers et réassureurs à l'échelle mondiale sur une plate-forme centrale et un système unique, c'est la solution que propose Inreon, conçue par deux réassureurs mondiaux. Cette place de marché virtuelle est censée réduire les coûts de gestion des cédantes. Reste à convaincre de nouveaux clients. Question de survie.



Une alliance entre Swiss Re et Munich Re pour la création d'une place de marché avait de quoi surprendre, dans un domaine si concurrentiel. Ce fut, en réalité, un mariage de raison. Il a fallu unir ses forces pour accoucher d'une plate-forme indépendante. Elle prend en effet place sur la Toile, ce qui permet d'éviter l'écueil des systèmes propriétaires et de dépasser les limites de l'intranet/extranet. Son ambition est de devenir une place de marché majeure, pour ne pas dire LA place de marché dans le domaine de la réassurance. Si elle occupe seule ce créneau aujourd'hui, son but est de couvrir, dans un futur pour l'heure non daté, tous les risques pour tous les acheteurs. À l'instar de toute place de marché, Inreon rapproche acheteurs et vendeurs. Elle se veut, par une interface unique, le noeud entre compagnies et courtiers d'un côté et réassureurs de l'autre. Avec les outils traditionnels, la structure des contacts entre ces acteurs s'apparenterait plutôt à un tissage fait de multiples appels, fax et autres courriers. Inreon propose de tout centraliser. Cependant, la crainte existe chez les personnes de voir leur poste disparaître au profit d'une machine. À ceux-là, Nicole Pousson, directrice du marketing pour la France et la Belgique, répond : " Les méthodes sont enracinées, maîtri- sées. Nous ne voulons pas supprimer l'échange humain. " La solution n'entend pas supplanter la nécessité qu'ont acheteurs et vendeurs de se côtoyer. Elle vise essentiellement à faciliter la gestion en se chargeant des tâches ingrates.

La structure d'Inreon est éclatée aux quatre coins du monde

Le projet est initié début 2000. Aux deux réassureurs, qui totalisent 50 % à parts égales de l'actionnariat, s'ajoutent notamment Internet Capital Group (ICG), spécialiste en création de marchés B to B, qui détient 25 % des parts, et Accenture pour le conseil en management et les technologies de l'information (5 % des parts).

Le développement est, dès lors, mené tambour battant. Inreon se doit d'être présent le plus rapidement possible sur ce que ses créateurs pressentent être l'outil incontournable de demain. Le site est lancé dès décembre 2000 avec des fonctions et des couvertures limitées - et la perspective de faire évoluer services et produits en fonction de la demande. C'est aujourd'hui la version V8 qui est en ligne. Grâce à Internet, Inreon veut abolir les frontières géographiques de la réassurance. Sa structure est, d'ailleurs, à l'image de la Toile. La direction générale se trouve à Londres, l'informatique à Zurich (Suisse) et des bureaux de marketing ont vu le jour à New Jersey (États-Unis) et Hongkong.

Une machinerie réglée comme une horloge

C'est en Suisse alémanique qu'est née, vit et évolue la " machine " Inreon. Elle emploie une vingtaine de personnes, ce qui en fait la structure la plus importante en personnel. La plate-forme repose sur une technologie J2EE sur Sun Microsystems et l'architecture du système se divise en trois tiers. Côté back-office, se trouve une base de données Oracle 8i DB doublée d'une interface ebXML qui permet l'intégration des données des cédantes, des courtiers et des réassureurs. Au centre, un serveur d'applications IBM Websphere permet le dialogue avec, en façade, le browser HTML et Java script. " L'équipe est hautement satisfaite de la configuration actuelle. Elle a démontré sa fiabilité, sa stabilité et sa sécurité ", rassure Alan Underdown, à la tête des opérations techniques. " C'est une horloge ", conclut Nicole Pousson. Le site a débuté avec les polices de base et il a évolué récemment en offrant la possibilité aux utilisateurs d'entrer leurs propres termes et conditions. Son objectif est de standardiser les produits de réassurance ou, du moins, de les " semi-standardiser ". Elle laisse de côté les risques de haute complexité, qui exigent une approche sur mesure. Dans un premier temps, Inreon n'a permis de gérer que les facultatives, les dommages proportionnels et non-proportionnels. Des traités s'y sont ajoutés au premier semestre de cette année : Cat XL, ILW (Industry Loss Waranty). Et, depuis le 1er septembre, on y trouve également les facultatives RC. Concernant les facultatives, Nicole Pousson souligne la somme d'énergie généralement dépensée dans la réalisation des contrats pour un faible rapport. " C'est typiquement un processus qu'Inreon peut alléger ", affirme- t-elle. Comment ? En centralisant la gestion. À commencer par le suivi administratif que la plate-forme prend en charge depuis la gestion de primes jusqu'aux rapports comptables. C'est donc précisément grâce à cet allégement qu'Inreon prétend faire gagner de l'argent à ses adhérents. Notamment par l'économie de temps et la diminution du risque d'erreurs que la plate-forme génère.

Devenir un carrefour international des affaires

Selon une analyse d'Accenture, une réduction potentielle sur les coûts opérationnels de l'ordre de 8 M$ (8,1 MÛ) par an peut être réalisée par le réassureur, dans l'hypothèse d'un volume de transactions de 800 M$. Il faut toutefois y retrancher le montant de l'adhésion, soit 30 000 $ par an, auquel il convient de soustraire encore 1 % à 2 % de frais sur les transactions pour les contrats souscrits. Seuls les réassureurs ayant accédé à une notation au-delà de BB pourront par ailleurs se porter adhérents. L'acheteur, quant à lui dispose gratuitement d'un accès en ligne, de la formation, de la gestion administrative et comptable en ligne. La connexion s'effectue sur un serveur sécurisé (HTTPS), à l'aide d'un identifiant et de deux mots de passe. Le second est à usage unique, par session, et l'utilisateur en reçoit une liste à la confirmation d'adhésion. On peut également se présenter en qualité de " visiteur " sur Inreon et accéder à des données globales des activités. À terme, Nicole Pousson décrit cette spécificité comme un véritable média, un centre de collecte et d'exploitation d'informations. À ce jour, la place de marché propose 13 vendeurs à ses 70 compagnies acheteuses, dont 22 courtiers, et ce, dans 16 pays. La somme de primes de risque soumise s'élèverait à 255 MÛ. Le gage de sa réussite est dans l'augmentation constante de demandes et d'adhésions. Une sollicitation toujours croissante du système permettra de faire en sorte que les processus adhèrent à la réalité et que davantage de problématiques spécifiques trouvent leurs réponses. " Nous aimerions que soit soumis un bloc entier d'affaires à Inreon ", confie Nicole Pousson. En d'autres termes, Inreon a besoin de grossir pour s'affiner, voire pour survivre. Il lui reste à convaincre des cédantes encore récalcitrantes.



L'AVIS DE L'EXPERT

PLACES DE MARCHÉ : ATTENTION AU PIÈGE DE LA SOLUTION CONSENSUELLE

est président de l'Association européenne des places de marché et coauteur de l'ouvrage " Places de marché sur Internet - Nouvelles règles pour le commerce du XXIe siècle "

Il existe une vraie ambiguïté sur les places de marché verticales [c'est-à-dire qui interviennent dans la chaîne d'un même marché, NDLR]. En effet, si l'on rechigne à dire qu'elles vont, de fait, remplacer des intermédiaires, on peut difficilement faire la démonstration de ce qu'elles feront gagner à leurs utilisateurs.

La grande tendance est au " personne ne veut remplacer personne ". Or, on ajoute un coût, en attendant de démontrer que le temps de gestion gagné grâce à une place de marché se transforme en valeur pour l'entreprise. Un gain potentiel reste une projection. La facturation du service est, elle, imputable au présent.

Quelle est l'économie immédiate, réalisée par la place de marché qui supplante le courrier et le fax ? Celle d'un timbre-poste ? Le fait de centraliser et de faciliter la gestion est une valeur ajoutée mais ce n'est, à mon sens, pas suffisant.

L'outil est, certes, de pointe et il est promis à un bel avenir dans la mesure où l'on nomme sa raison d'être : " désintermédier ". On ne répandra son utilisation qu'en ayant le courage de le revendiquer.



EXTERNALISER LA GESTION ET LA COMPTABILITÉ

D'abord sceptiques quant à l'intérêt de la plate-forme d'Inreon, les employés de Delta Lloyd se réjouissent de se concentrer à nouveau sur leur coeur de métier : le placement des risques auprès des réassureurs.

Démarché aux Pays-Bas par Inreon, Delta Lloyd s'est décidé à adopter la plate-forme. Érik Elzinga, responsable réassurance, fait partie des deux personnes à l'utiliser dans l'entreprise. C'est en qualité d'acheteur que le réassureur est présent sur la " cyberplace de marché " depuis environ un trimestre. Avant de se lancer " en live ", pour reprendre ses propres termes, Érik Elzinga avait procédé à des périodes de test sur les six premiers mois de l'année. Initialement, deux petites heures de formation lui avaient suffi pour appréhender l'interface. L'idée de la plate-forme n'a pas, dans l'immédiat, remporté l'adhésion de tous. Inreon a intéressé Delta Lloyd par sa capacité à prendre en charge le processus de gestion et de comptabilité. L'économie potentielle sur ces postes a particulièrement retenu l'attention. La démarche, dans l'entreprise, était totalement nouvelle. Les collaborateurs se sont d'abord montrés sceptiques, ils doutaient des capacités du système. Difficile, pour eux, de se figurer qu'un outil en ligne, distant et immatériel, a la faculté de supporter et de gérer l'ensemble de ces compétences pointues, fastidieuses parfois. Pourtant, tel est bien l'objectif d'Érik Elzinga. " Être totalement libéré de l'administratif, dans son travail, pour se consacrer, avec une efficacité maximale, au placement des risques auprès des réassureurs. Aujourd'hui, Inreon a fait son trou. Nous jugeons l'outil performant et nous louons ses qualités en termes de services ", confie-t-il.



ATOUTS ET PIÈGES HUMAINS

1La plate-forme d'Inreon ne supplante pas les rapports humains. Elle se charge des tâches ingrates. L'entreprise doit informer les futurs utilisateurs.

2La solution d'Inreon veut abolir les frontières géographiques de la réassurance.

3Certains contrats, comme les facultatives, ont un faible rapport énergie/résultats. C'est là qu'Inreon donne sa pleine mesure : gain de temps et diminution du risque d'erreurs.

4Le consensus est un piège : on ne démontrera réellement le gain de temps et, donc, l'intérêt financier de la place de marché qu'en étant conscient qu'elle va supplanter les intermédiaires.

Emploi

AFI ESCA

Délégué Régional grands comptes H/F

Postuler

SERPINET CONSEIL

Inspecteur Commercial SUD 12 15 30 34 48 81

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance Responsabilité Civile et Risques Annexes pour le CHU

CHU de Montpellier

21 janvier

34 - Montpellier

Assurances Risques Statutaires

CHU de Montpellier

21 janvier

34 - Montpellier

Missions d'assistance, de conseil juridique et de representation en justice.

Syndicat Inter Hospitalier de Mangot-Vulcin

20 janvier

972 - LE LAMENTIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réassurance INREON, UNE PLACE DE MARCHÉ POUR ABOLIR LES FRONTIÈRESMettre en relation compagnies, courtiers et réassureurs à l'échelle mondiale sur une plate-forme centrale et un système unique, c'est la solution que propose Inreon, conçue par deux réassureurs mondiaux. Cette place de marché virtu...

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié