Réunica teste la télémédecine

Réunica teste la télémédecine

En Franche-Comté, le groupe de protection sociale expérimente un dispositif de surveillance à distance pour l'insuffisance cardiaque chronique.

Selon Ghislaine Alajouanine, présidente du Haut Conseil français pour la télésanté, « la désertification médicale va rendre la télémédecine indispensable ». Dans une région comme la Franche-Comté, où la rudesse du climat rend les déplacements difficiles en hiver, elle peut éviter à des patients de se déplacer pour des examens de suivi simples. Deux raisons qui ont incité Réunica à y lancer une application de télémédecine à domicile pour l'insuffisance cardiaque chronique.

Financement unique

Le groupe de protection sociale, unique financeur, consacre à cette expérimentation 900 000 € au titre de son action sociale. « Nous avons choisi la Franche-Comté parce que nous y sommes la principale caisse de retraite, et nous ciblons une population de 100 personnes sur deux ans », indique Christian Brugeilles, directeur des activités sociales de Réunica et vice-président de Réunica Domicile.

Mis en place avec la société de services GMC Solutions Santé et validé par l'Agence régionale de santé (ARS), le dispositif assure un suivi médical précis. Les données cliniques, poids et tension artérielle dont la variation peut constituer un signe annonciateur d'accident cardiaque, sont collectées par le patient lui-même. Sa balance et son tensiomètre les transmettent par liaison sans fil (Bluetooth) à un boîtier installé chez lui qui les crypte et les envoie via Internet à une plate-forme de télémédecine agréée, implantée au sein de la société H2AD à Saint-Étienne.

« Ce centre d'appels a accès à toutes les informations sur le patient », explique Gérard Manrique, gérant de GMS Solutions Santé. Il peut alerter un cardiologue référent, demander un examen complémentaire, l'ajustement du traitement ou enfin une hospitalisation.

L'INSUFFISANCE CARDIAQUE, UN VÉRITABLE FLÉAU

  • Première cause d'hospitalisation chez l'adulte en France (plus de 150 000 par an).
  • Près de 120 000 nouveaux cas par an, soit 1 million de malades.
  • 13 jours en moyenne de séjour par hospitalisation en soins intensifs.
  • 1,5 Md€ de coût de prise en charge en 2009.

Sources : Assurance maladie - Fédération française de cardiologie

Emploi

AFI ESCA

Commercial grands comptes H/F

Postuler

Collecteam

Responsable Technique Contrats Santé et Prévoyance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FRAIS DE SANTE PERSONNEL DE MONTPELLIER BUSINESS SCHOOL.

Betem Languedoc Roussillon

23 janvier

34 - MONTPELLIER

Marché d'assurances.

Atlantique Habitations

23 janvier

44 - ATLANTIQUE HABITATIONS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réunica teste la télémédecine

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié