Les systèmes cœur de métier au centre des discussions

Les systèmes cœur de métier au centre des discussions
Contexte pandémique - Changer mieux, changer vite 
 
Parler de « L’avenir digital de l’assurance » est devenu beaucoup plus tangible qu’il y a quelques mois à peine et la pandémie y a contribué de manière significative. Désormais, les métiers subissent une forte pression afin de répondre rapidement à l’évolution accélérée du marché, obligeant ainsi les DSI à trouver les solutions et les outils technologiques pour rendre possible un tel changement. 
 

La presse est en désaccord sur l’état du secteur. D’une part, on pourrait croire que tout le secteur de l'assurance investit massivement dans les technologies émergentes : la réalité augmentée, la blockchain, la NLP (Natural language processing) — seraient donc, dans ce cas, considérées comme étant omniprésentes. D’autre part, la vision est bien plus pessimiste. Le secteur tout entier serait encore archaïque et la plupart des assureurs disposeraient d’une technologie obsolète. Tout dépend de l’article de presse que vous lisez.

Les milliards de dollars investis dans les InsurTechs au cours des dernières années viendraient plutôt confirmer la première hypothèse. En revanche, le nombre des systèmes cœur de métier encore en exploitation sur Cobol ou PowerBuilder confirmerait la seconde. On peut sans doute trouver au milieu de ces deux approches une appréciation plus juste de l'utilisation des nouvelles technologies et de la valeur qui en découle.

Une chose est certaine. Les assureurs doivent s'adapter à la nouvelle réalité pandémique et répondre aux grandes tendances qui modifient le mode de fonctionnement du secteur. Il s'agit notamment de gérer les ratios de dépenses et les contraintes de ressources, mais également les exigences des souscripteurs, agents et courtiers liées à une expérience utilisateur plus proche de celle des industries plus digitalisées. Il ne faut pas non plus sous-estimer la forte concurrence digitale qui découle des assureurs qui utilisent le potentiel des InsurTechs. Je suis profondément convaincu que, allié à la bonne stratégie d’entreprise, un système cœur de métier adapté constitue la clé de succès des assureurs.

La nouvelle génération des systèmes cœur de métier 

Du développement des produits à la souscription, en passant par la tarification, la facturation, la déclaration des sinistres et bien plus encore, les systèmes cœur de métier sont désormais essentiels pour faciliter ces processus fondamentaux et rendre donc possible le succès des assureurs. D'un point de vue technologique, ces derniers se sont énormément transformés au fil des années : Commençant par les mainframes
« oldschool », en passant par les systèmes informatiques on-premise, jusqu'au Software as a Service (SaaS).

La progression vers le SaaS a été une longue aventure. Dès 2013, les premiers adeptes ont commencé à tester l'autogestion ou à faire appel à des tiers pour stocker leurs systèmes cœur de métier dans le Cloud. Si ce premier passage au Cloud a permis aux assureurs de surmonter les premières difficultés liées à l'infrastructure matérielle et aux serveurs, et à gagner en disponibilité et en flexibilité, il les a néanmoins confrontés aux problèmes de mises à jour, de maintenance et du soutien. Il est désormais évident que le simple fait de se séparer de son système on-premise et de le reconstituer dans le Cloud n'est pas la solution, car cela aboutira à la création d'un système legacy « moderne ». Les éditeurs de logiciel devaient alors proposer une solution optimale, qu’ils ont finalement réussi à faire.

Aujourd’hui, les solutions dynamiques SaaS fournissent aux compagnies d’assurance des systèmes très flexibles et configurables, qui sont régulièrement améliorés. Ces solutions offrent également un grand nombre d’intégrations au sein du vaste écosystème de l’assurance, qui ne cesse d’être ouvert et dispose d’une grande connectivité avec les solutions InsurTech disponibles sur le marché. En attendant la prochaine rupture technologique, le Saas reste la solution partie pour rester.

Le choix du système central adéquat 

Peu importe que le point de départ soit un système mainframe ou un système moderne on-premise, le passage au SaaS sera de plus en plus crucial pour rester dans la course. Ce passage permettra également à l’IT de devenir un véritable partenaire du business et ceci en garantissant que les compagnies d’assurance ne manqueront plus aucune opportunité commerciale.

Lors de la sélection d'un nouveau système cœur de métier, il faut prendre en considération des éléments évidents, tels que la couverture des fonctionnalités, l’absence d’interruption de service, le temps nécessaire pour configurer le système, la sécurité, les questions réglementaires, les exigences en matière de conformité et de confidentialité ou l'approche liée au support client. Mais il y a aussi d'autres aspects importants dans le processus de sélection, qu’il faut prendre en considération : la maturité de la solution SaaS qui est essentielle, la certitude que la technologie choisie est à toute épreuve ainsi que la capacité des éditeurs à investir dans son développement futur. Les intégrations au large écosystème des éditeurs de logiciel constitueront la valeur ajoutée recherchée par les assurances, mais elles seront bien évidemment différentes selon les éditeurs. La meilleure solution devrait faciliter l'intégration ou alors la création d'écosystèmes. Dans un monde idéal, ces derniers devraient être cloud-native. Cette solution devrait également permettre la modernisation des configurations DevOps, ce qui devrait éliminer les frictions et garantirait un déploiement efficace des logiciels. Pour finir, il faut également prendre en considération la couverture du système des spécificités de chaque pays - IRSA, IRCA, CRAC, intégration avec DARVA - pour n'en citer que quelques-unes.

Mettre l’accent sur les choses essentielles   

Il est essentiel de garder à l’esprit que le système cœur de métier, certes puissant, reste simplement un outil. Il existe au service de la stratégie, du modèle opérationnel et des processus. Quel que soit le partenaire que vous choisissez pour vous accompagner durant le processus de transformation, assurez-vous bien qu’il comprenne parfaitement l’outil et la manière de l’implémenter, mais aussi la valeur ajoutée qu’il doit apporter à l’entreprise et l’effort lié à la conduite du changement souvent sous-estimé dans la feuille de route. Le choix d’un partenaire avec une parfaite connaissance du métier et celle du secteur d’assurance est crucial.

Changer le système cœur de métier est une étape assez complexe, qui requiert beaucoup de temps et de ressources, c’est pour cela qu’elle doit être pensée attentivement. Pour s’assurer de bien fournir une valeur ajoutée, il faut non seulement une stratégie commerciale bien établie, mais aussi une implémentation 100 % alignée avec celle-ci ainsi qu’avec les processus métier cible. Une bonne conduite du changement et une bonne gouvernance sont également nécessaires afin d’assurer l’agilité, la réduction des risques, et une transition sans heurts.

Un processus d’implémentation du système cœur de métier bien conçu et exécuté, pourrait bâtir une entreprise véritablement agile et créatrice de valeur. Cette opportunité est donc à ne pas manquer.

Marcin Pluta, président de Sollers Consulting SAS.

Contenu proposé par Sollers Consulting SAS.

Emploi

CRETEIL HABITAT SEMIC

CHEF DU SERVICE MARCHE/ASSURANCES H/F

Postuler

BANQUE DE FRANCE

Directeur de mutuelle H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Mission d'audit et d'assistance à la passation des marchés d'assurances

Agglomération Montargoise et Rives du Loing

03 décembre

45 - CA MONTARGOISE ET RIVES DU LOING

Consultation pour le choix du gestionnaire de contrats de retraite.

Grand Port Maritime de la Guadeloupe

03 décembre

971 - POINTE A PITRE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les systèmes cœur de métier au centre des discussions

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié