La recette de l'indépendance

Cinq mutuelles du grand Est résistent au courant de concentration et défendent jalousement leur autonomie, avec pour seule arme un groupement d'intérêt économique informatique. La démarche séduit. Deux autres mutuelles s'apprêtent à les rejoindre.

Il y avait le Gamest, ce groupement des assurances mutuelles non-vie de l'est de la France qui, depuis 1996, permet à trois d'entre elles (la Mavic (Mutuelle Assurance Ville De Colmar), la Mutuelle de l'Est-Bresse assurances et la MAL (mutuelle d'Alsace-Lorraine) grâce à la mutualisation de leurs intérêts, de continuer à subsister contre vents et marées aux assauts des mouvements de fusion-acquisition. Il y a maintenant le Gigam (Gestion informatique groupe assurances mutuelles), un GIE à vocation informatique créé en 2007 par le Gamest. Il propose à d'autres mutuelles de se fédérer pour concevoir des outils informatiques communs, sans qu'elles soient pour autant obligées de passer par la case Gamest.

Un GIE unique à ce jour, car il est ouvert à des mutuelles autonomes juridiquement. La Comtoise, Jurassurance, la Smab ainsi que l'UMR de Bourg-en-Bresse ont donc pu rejoindre ce GIE tout en préservant leur indépendance. Et ce n'est pas fini. Deux autres mutuelles devraient venir grossir les rangs du Gigam d'ici à un an.

L'autonomie dans l'intégration

L'intérêt financier d'un tel rapprochement est significatif. Quelle mutuelle de 1,5 ME d'encaissement pour la plus petite d'entre elles, ou même de 16 ME pour la plus grande, pourrait s'offrir l'outil informatique d'une société d'assurance ayant un chiffre d'affaires de 44 ME (le cumul des cinq) ? Trois millions d'euros ont été investis pendant les dix premières années de son existence, et 350 000 E continuent de l'être chaque année dans le développement de produits dont le choix est décidé en toute collégialité. Ils couvrent toute la chaîne informatique de la gestion, depuis la souscription-sinistres jusqu'à la gestion électronique des documents (Géd), en passant par la connexion au système du réseau de distribution (350 intermédiaires, agents généraux et courtiers dans le grand Est). « En 2010, notre objectif sera de développer un outil Internet permettant l'intégration totale de toutes les fonctions et garantissant à chacune des mutuelles un même applicatif, qu'elle pourra habiller selon sa stratégie propre », annonce le président du Gigam, Benoît Sturny. Ce dernier précise que le système, avec toutes ses fonctions développées, est étanche, il ne permet aucune interconnexion ni aucune interaction entre les mutuelles membres. Chacune conserve son hardware propre et reste maîtresse de ses informations.

À l'épreuve de Solvabilité, sans concéder sa liberté

Concurrentes donc, mais non moins unies, les mutuelles ne se serrent pas les coudes seulement face à la menace de la concentration. Ces outils informatiques - et notamment les outils statistiques de reporting - leur donnent les moyens de se préparer aux échéances des nouvelles règles de solvabilité qui s'appliqueront en 2012 et aux obligations de contrôle interne. « Ces réglementations représentent de nouveaux enjeux pour les mutuelles, car elles supposent davantage de structuration, un renforcement de leurs compétences et de leurs ressources, autant de contraintes complexes auxquelles elles ne peuvent faire face seules. Le Gigam leur fournit la solution informatique », expose Jean-Pierre Tschiember, le directeur de la Mutuelle d'Alsace-Lorraine (MAL), qui est à l'origine du Gamest et du Gigam.

Jean-Pierre Tschiember ne se fait pas d'illusion : « Les autorités de contrôle ne nous donneront pas le choix - soit nous remplirons les exigences, soit nous serons obligés de fusionner. » Or, toutes n'ont pas envie de renoncer à leur autonomie. Ces mutuelles ancrées dans le terroir depuis souvent plus d'un siècle (bientôt deux pour la MAL) prouvent chaque année leur viabilité avec un taux de croissance de 5 % à 10 %, à comparer au 1 % pour le marché non-vie. Elles n'ont nullement l'intention de perdre leur identité, axée sur la proximité et la réactivité des petites structures (la plus grande compte vingt-deux salariés). « Nous avons choisi l'applicatif Gigam parce qu'il nous permet un confort et une réduction des coûts au quotidien tout en préservant notre indépendance et la totale confidentialité de notre portefeuille », déclare Éric Picard, qui dirige l'UMR, une mu-tuelle de réassurance regroupant dix petites mutuelles réalisant au total 4 ME d'encaissement.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 30 octobre 2020

ÉDITION DU 30 octobre 2020 Je consulte

Emploi

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Construction de 20 logements individuels à destination de MMH, 10 logements indivi...

Meurthe et Moselle Habitat

27 octobre

54 - MEURTHE ET MOSELLE HABITAT

Assurances TRC/RC et DO dans le cadre de la réalisation des travaux de restructurat...

Etablissement Thermal Les Thermes

27 octobre

23 - Évaux-les-Bains

Assurances

Ville de Gaillan en Medoc

27 octobre

33 - Gaillan-en-Médoc

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La recette de l'indépendance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié