Alexandra Gavarone directrice du développement de Beazley France : Hyperactive, mais so british

Alexandra Gavarone directrice du développement de Beazley France : Hyperactive, mais so british

Alexandra Gavarone n'a eu de cesse de travailler pour des groupes britanniques ou américains. Depuis près de vingt ans, elle se fraie un chemin dans la sphère assurantielle selon ses envies et ses défis du moment.

Dans ce café intimiste près de la gare Saint-Lazare, à Paris, Alexandra Gavarone, se livre, sans détour et sans fard, mais en toute humilité, à l'art délicat du portrait. Acharnée de travail, cette quadragénaire qui dirige le développement de Beazley France a fait ses premières armes dans l'assurance grâce à un stage chez l'américain AIG. Littéralement conquise par le secteur et le management à l'anglo-saxonne, cette Grenobloise part à l'assaut de la capitale parisienne, berceau de l'assurance française.

Son parcours

  • Son âge 42 ans.
  • Sa formation Titulaire d'une maîtrise de droit à Grenoble puis d'un DESS à l'Institut national des assurances de Paris.
  • Sa fonction Directrice du développement de Beazley France.

Ouvreuse de portes

Son DESS de l'Institut des assurances de Paris en poche, elle ambitionne de travailler à l'étranger en intégrant un groupe assurantiel anglais ou américain. En parallèle à sa recherche d'emploi, elle mène une étude de marché pour le compte d'une compagnie d'assurances étrangère désireuse de s'installer en France. « À la sortie de ma formation, je ne tenais pas en place. J'avais besoin de travailler sur des projets concrets, de me confronter à la réalité », aime dire celle qui n'arrive plus aujourd'hui à dormir sans son Blackberry à portée de main. En 1996, forte de cette expérience, elle convainc la direction de Chubb de la recruter.

À défaut d'aller travailler à l'étranger, elle gravit les échelons dans la galaxie française du groupe anglo-saxon, qu'elle quitte en 2002. « J'ai senti que c'était le moment. Je commençais à avoir fait le tour du sujet. De plus, je ne voulais pas rester le "bébé", et j'avais besoin de grandir ailleurs. C'est à cet instant que je rentre chez CNA », où elle sera chargée du développement de la branche responsabilité civile des dirigeants dans la filiale française de l'assureur américain.

« Je me considère comme une "ouvreuse de portes" qui génère des affaires pour les entreprises pour lesquelles je travaille. Positionnée dans un métier où avoir un bon relationnel est un atout de taille, j'ai progressé chez CNA jusqu'au moment où je me suis chargée pour la France du département commercial et du développement des énergies renouvelables. » Pendant dix ans, elle est « une développeuse de business » redoutable pour le compte de la compagnie américaine, mais encore en France.

Animée depuis toujours par un besoin incompressible de voyager, Alexandra Gavarone a ainsi bien failli, en 2010, faire définitivement ses bagages... pour le Canada. « J'avais réalisé toutes les démarches pour résider dans ce pays. Pour des raisons familiales, j'ai dû mettre un coup d'arrêt à ce projet, qui reste toujours dans un coin de ma tête. » Mais, comme à son habitude, elle a très vite trouvé de nouveaux défis à relever.

Pas une minute à perdre

Alors que « deux assureurs et deux courtiers » la courtisaient en 2011, Alexandra Gavarone relève un nouveau challenge, britannique cette fois-ci. Après un parcours du combattant avec « dix-huit entretiens à la clé », elle arrive à se frayer un chemin vers les Lloyd's en entrant chez Beazley. Au bout d'un an et demi à la tête de l'unité française, elle parvient même à être « honorée » en 2013 par la direction de l'assureur anglais pour sa persévérance. L'impétueuse Alexandra Gavarone a réussi à se faire une place au côté des Britanniques et de leur flegme historique.

Alors qu'en semaine, elle n'arrête pas une minute, la directrice de Beazley France trouve toujours un moment pour ses deux enfants de 6 et 8 ans. Pour autant, pendant les week-ends, il est hors de question pour cette maman de 42 ans de rester en mode cocooning pantouflard. Au programme : cours d'anglais, travaux manuels, activités sportives ou encore visites culturelles. « Mes enfants sont, avec mon mari, ma bouffée d'oxygène. Moi qui peux être trop impulsive, ils me canalisent et me ramènent sur terre. »

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Alexandra Gavarone directrice du développement de Beazley France : Hyperactive, mais so british

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié