Bernard Albenois, président du cabinet de courtage marseillais Auxilia : Paroles de courtier

Bernard Albenois, président du cabinet de courtage marseillais Auxilia : Paroles de courtier

Après une carrière au sein de compagnies d'assurances puis chez des courtiers, ce Marseillais se met à son compte tout en poursuivant l'écriture de chansons, de poèmes et... d'un polar.

Sa devise est « servir et maintenir » et le nom de son cabinet de courtage, Auxilia, signifie en latin « aide » ou « assistance ». Pas de doute, Bernard Albenois est un passionné des langues, des mots. Tout le monde pourra prochainement écouter les textes de ses chansons sur la bande FM : le chanteur-compositeur Nicolas Cardi vient de donner vie à son travail. Les chansons enregistrées sont entre les mains des producteurs. En attendant, Bernard Albenois termine l'écriture de son premier livre, un polar que sa femme lui a vivement conseillé d'écrire.

Le besoin d'échanger

À 54 ans, rien ne semble pouvoir arrêter ce Marseillais. Après avoir effectué la moitié de sa carrière professionnelle au sein de sociétés d'assurances (SMABTP, Generali) et l'autre chez des courtiers (Marsh, Diot), il a créé sa propre structure en décembre 2011. Pour autant, cet ancien directeur associé de Diot Méditerranée ne tient pas à travailler seul, bien au contraire. « Nous sommes en train de lancer 1pacte, un groupement d'intérêt économique, avec des courtiers marseillais. Nous sommes déjà cinq et plusieurs de mes confrères m'ont contacté pour l'intégrer. Il y aura cependant un numerus clausus (pas plus de huit membres). Nous serons complémentaires avec des spécialités dans le transport, le bâtiment, la flotte automobile, la prévoyance santé ou les produits de masse. »

Si l'idée séduit c'est que, selon Bernard Albenois, cette création est une nécessité : « Les courtiers de taille moyenne se trouvent face à trois soucis. Premièrement, ils ont du mal à obtenir un code de compagnie. Deuxièmement, à vivre seul, on se sclérose quelque peu, on a moins d'échanges dans le travail. Troisièmement, on s'enferme plus ou moins dans sa spécialité. » Le GIE permet de remédier à cela, car « à huit structures, nous pouvons obtenir plus facilement un code. Le fait d'être à plusieurs favorise les échanges profitables. Enfin, nous pouvons partager nos spécificités pour mieux servir nos clients. »

Pour le moment, il s'agit surtout d'additionner des compétences, puis, dans un second temps, de mettre en commun des moyens. « Le coeur de notre travail consiste en de l'analyse et de la gestion. Le reste - c'est-à-dire la comptabilité, le secrétariat, l'accueil et même le tri du courrier ou l'affranchissement - peut être partagé. » L'objectif est de dégager du temps pour travailler plus efficacement.

Une curiosité profitable

Une des autres occupations professionnelles favorites de Bernard Albenois est la veille juridique. Ce titulaire d'une maîtrise de droit privé et d'un troisième cycle en droit des assurances suit de près tout ce qui se passe sur le plan législatif et jurisprudentiel : « C'est une véritable mine d'or. » Il s'intéresse notamment aux manquements dans les contrats afin de couvrir au maximum les clients. Beaucoup de domaines sont concernés. « Dans les contrats de garantie corporelle traditionnels, adossés ou intégrés à un contrat automobile, l'accidenté voit son capital prévu au contrat amputé des frais engagés par les organismes de la Sécurité sociale. D'où l'intérêt majeur de dissocier cette individuelle accident du contrat d'assurance automobile », illustre-t-il. Plus récemment, il s'est intéressé aux évolutions touchant la responsabilité de l'employeur (obligation de sécurité de résultat). « Beaucoup de changements sont à noter. Désormais, plus de 90% des entreprises ne sont pas couverts par rapport à la réalité du risque financier qu'elles encourent. »

C'est à se demander comment il trouve le temps de lire les nombreux ouvrages rangés dans les bibliothèques de son salon. Il y en a pour tous les goûts (polar, science-fiction, politique, romans...), et pour une éternité à tout lire. Ça tombe bien : « Je lis un livre par jour depuis que j'ai 13 ans. »

SON PARCOURS

  • Son âge 54 ans.
  • Sa formation Maîtrise en droit privé mention carrières judiciaires, diplôme de l'Institut des assurances d'Aix-Marseille.
  • Sa fonction Président du cabinet de courtage Auxilia.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Paiement de l'allocation Bébédom sous forme de chèques emploi service universel pré...

Conseil Départemental des Hauts de Seine

26 mars

92 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

Conseil et Assistance à Maîtrise d'Ouvrage pour la l'élaboration et la passation d'...

Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

26 mars

13 - Marseille

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Bernard Albenois, président du cabinet de courtage marseillais Auxilia : Paroles de courtier

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

17/01/2012 11h:15

Pour avoir travaille avec lui (en tant qu'un de ses clients), je ne puis que confirmer la devise: si je crois un courtier capable de faire en sorte que les assurances la mettent en pratique c'est bien Bernard Albenois!Compliments et bonne chance!Patrick

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié