Denis Fournier, directeur général de la Mutuelle générale Environnement et Territoires : Mutualiste, tendance affectif.

Arrivé en janvier à la direction générale de la Mutuelle générale Environnement et Territoires, Denis Fournier retrouve, comme il y a quelques années à la MGPTT, une mutuelle bousculée par les évolutions de son secteur et de la fonction publique.

Denis Fournier entre dans la pièce, un beau livre rouge sous le bras. C'est une Histoire illustrée de l'économie sociale, publié par feue la Fondation de l'économie sociale (Fondes), qu'il propose d'emblée de prêter - il n'en reste que deux exemplaires. Avant même l'échange rituel de cartes de visite, il évoque, au détour d'un page, Charles Gide, oncle d'André, qui fut l'un grand théoricien de l'économie sociale, puis montre, en fin d'ouvrage, une photo de groupe et désigne un jeune homme. « Moi avec des cheveux », dit-il.

Une vie pour se passer de cravate

En 1981, après l'élection de François Mitterrand, il y a eu un « printemps » de l'économie sociale. La Fondes a fait partie de cette éclosion post-alternance. Jeune diplômé de Sciences-Po, Denis Fournier y arrive après un premier poste dans une fédération professionnelle du bâtiment, qui ne lui a pas laissé de souvenir beaucoup plus marquant qu'une proximité avec les Champs-Élysées. À la Fondes, il a passé un an à s'occuper de cet ouvrage. Il y était arrivé un peu par hasard, à l'âge où l'on prend ce que l'on trouve, et il n'a plus changé de secteur depuis. En 1988, il rejoint la MGPTT, devenue Mutuelle générale, dont il est directeur général adjoint de 2002 à 2005. De 2006 à 2009, ce sera la Mutuelle Assurance de l'Éducation (MAE), comme directeur groupe. L'envie d'évoluer l'amène en janvier dernier à la Mutuelle générale Environnement et Territoires (MGET). « Vingt-cinq ans dans l'économie sociale », lâche Denis Fournier. Il en a l'air presque étonné, car « ce n'était pas tout à fait prévu ! » Les années ont passé, si vite.

On le verrait bien dans un film de Claude Sautet, l'un de ces films où les hommes discutent aux comptoirs des cafés, cigarette à la main, où ils aiment se retrouver pour manger et boire. Quand on le fait remarquer à Denis Fournier, il dit que ce n'est pas lui qui aurait trouvé la comparaison, mais il en rit volontiers, et précise : la cigarette en moins. Il a arrêté de fumer, comme tout le monde ou presque, comme l'époque le veut. Il essaie maintenant d'arrêter la cravate : « Je vais avoir 50 ans cette année, et je pense qu'il est temps de lever le pied sur les contraintes dont la valeur ajoutée n'est pas prouvée. »

L'« affectio societatis » plus la lucidité

Denis Fournier est volubile et spontané. Il parle bien et aime bien parler. Chez lui, pas de passion dévorante pour un sport extrême ou un instrument de musique. Juste un goût des autres que l'on sent prononcé. Il se dit bon vivant, hédoniste, aimant bien manger. « J'aime faire des choses avec les gens, je suis assez sociable. » Il se définit encore comme un « affectif ». Il prononce même le mot « affection » pour qualifier sa relation avec le monde mutualiste, un modèle qui « essaie de dépasser l'entreprise classique pour faire mieux ».

L'affection n'interdisant pas la lucidité, il pointe les domaines où les mutuelles ont des progrès à faire, en particulier leur manière de travailler, qui peut être modernisée. C'est d'ailleurs l'essentiel de sa feuille de route à la MGET. À côté du développement de l'activité, figurent l'amélioration de la qualité de service et la maîtrise budgétaire. On sent bien que tout ne sera pas forcément facile dans cette mutuelle bousculée par les évolutions de la fonction publique et marquée par une culture syndicale, celle de la CGT, puissante dans l'ex-ministère de l'Équipement, qui se dissout aujourd'hui dans celui de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer. En deux mois, Denis Fournier pense avoir fait « pas mal de choses », avec pédagogie et transparence. « Mais ce n'est pas à moi de parler de cela », conclut-il.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Accord-cadre a bon de commande : emission, mise a disposition d'un site de consulta...

Conseil Régional de La Réunion

23 octobre

974 - ST DENIS

Assurance Responsabilité civile.

Ville de Vaux le Penil

23 octobre

77 - VAUX LE PENIL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Denis Fournier, directeur général de la Mutuelle générale Environnement et Territoires : Mutualiste, tendance affectif.

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié