Laurent Esquirol (Tokio Marine Kiln) : un souscripteur galactique

Laurent Esquirol (Tokio Marine Kiln) : un souscripteur galactique
Tokyo Marine Kiln Laurent Esquirol Directeur de la souscription spatiale chez Tokio Marine Kiln

Ce passionné d’étoiles a fait de l’espace son quotidien. Mais ses rêves sont désormais amarrés par sa prudence d’assureur.

Enfant, Laurent Esquirol rêvait d’être astronaute. Il cite, pêle-mêle, l’album de Tintin, Objectif Lune, sa fascination pour le télescope de son oncle et l’admiration pour son cousin, brillant, qui a soutenu un doctorat d’astrophysique. Mais sa myopie lui barre le chemin des fusées. Son diplôme d’ingénieur en poche, il rejoint donc le Sud de la France pour veiller, de la terre ferme, sur la trajectoire des satellites. D’abord, depuis Toulou­se, sur les Spot (1), paparazzis de l’espace qui envoient en permanence des clichés de la Terre, puis, depuis Cannes sur les satellites de télécommunication Space­bus. Il rejoint ensuite le monde de l’assurance et découvre un poste d’observation incomparable sur les milliers de satellites qui gravitent au-dessus de nous.

Assurer des satellites depuis Paris

« Contrairement à d’autres branches, j’ai la chance de souscrire à partir de Paris, mais pour des clients situés partout sur la planète », précise Laurent Esquirol en nous présentant son bureau, décoré de photos de ses déplacements en Guyane, au Japon ou en Russie. Pourtant, cette seconde partie de carrière est le fruit du hasard. « Je ne savais même pas que les satellites étaient assurés ! », précise-t-il dans un sourire. Entre 30 et 40 satellites assurés sont lancés chaque année et le secteur se développe rapidement, au rythme des besoins en télécommunication de la planète.

« Je ne m’attendais pas non plus à ce que l’assurance pèse autant sur le budget d’un satellite », poursuit-il. Environ 20 % du coût total à l’époque, un peu moins aujourd’hui. Et si les six plus gros opérateurs (Eutelsat, SES…) détien­nent 50 % du marché, la grande majorité des entreprises disposent de moins de dix satellites, voire simplement d’une unité. Autant dire que la perte d’un engin géostationnaire, qui a normalement une durée de vie d’une quinzaine d’années, provo­que des secousses de taille. D’autant que les clients ne peuvent pas réparer leur satellite une fois lancé, sauf problème de logiciel.

Pour cette même raison, les assureurs craignent plus que tout les sinistres sériels, c’est-à-dire un même défaut sur un lot de satellites. « Au début des années 2000, un problème de dégradation des panneaux solaires pour six satellites fabriqués par Boeing a coûté près de 800 M\$ au marché. À l’époque, quatre opérateurs différents ont été touchés et nous étions une vingtaine d’assureurs », détail­le Laurent Esquirol. Aujourd’hui, plus de 40 compagnies interviennent sur les risques spatiaux.

D’une voix posée, soucieux de parler le plus précisément et le plus pédagogiquement possible de son univers, le souscripteur évoque les différents risques encourus par ces géants d’aciers, qui ne semblent pas plus gros qu’un grain de sable lorsqu’on les voit scintiller, à la nuit tombée. « Le meilleur moyen de repérer les satellites opérant en orbite basse, c’est de surveiller les trajectoires Nord-Sud », conseille Laurent Esquirol. Mais si la fascination semble toujours présente, son œil d’assureur a quelque peu refroi­di sa soif d’aventures. « Jusqu’à 25-30 ans, j’aurais été partant, sans hésiter, pour un voyage sur Mars. Mais aujourd’hui, je réfléchirais à deux fois et je me renseignerais attentivement sur le véhicule choisi ! », s’anime-t-il. En revanche, Laurent Esquirol ne dirait pas non à une escapade en orbite. Le prix d’un billet de tourisme spatial, à 250 000 \$, équivaut désormais à celui d’une voitu­re de très grand luxe.

SON PARCOURS

  • Son âge 47 ans
  • Sa formation Diplôme d’ingénieur à l’École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile
  • Sa fonction Responsable de la souscription des risques spatiaux chez Tokio Marine Kiln 

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Laurent Esquirol (Tokio Marine Kiln) : un souscripteur galactique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié