Laurent Le Forestier, agent Axa Prévoyance & Patrimoine : l'art de tirer des bords

Laurent Le Forestier, agent Axa Prévoyance & Patrimoine : l'art de tirer des bords
Fabienne Colin Laurent Le Forestier, agent Axa Prévoyance & Patrimoine.

Il a enseigné la voile, vendu des bateaux et des pièces automobiles avant de devenir agent général à trente ans passés.

Laurent Le Forestier mène sa barque de façon active. En déménageant de Nantes dans la commune voisine de Rezé, cet agent prévoyance et patrimoine Axa souhaitait rejoindre un club d’entreprises. N’ayant pas trouvé le réseau qu’il espérait, il a décidé de créer sa propre association. Lancée en juin 2014, Rezéo compte dès la première année une trentaine de membres dans cette ville de 40 000 habitants aux 500 sociétés.

Une réunion « matinale business » se tient le premier vendredi de chaque mois à 7 h 30. Les adhérents s’y présentent tous en quelques minutes, s’échangent des cartes de visite… Ils sont unanimes pour vanter la convivialité de ces moments. « Laurent est à la fois très humain et très business, résume l’une des toutes premières adhérentes. Il est posé, à l’écoute, dans l’analyse. » Un soir par mois, les membres se retrouvent autour d’un thème. Laurent Le Fores­tier a fait venir un conférencier d’Axa qui a présenté l’Accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 et ses conséquences sur la vie de l’entre­prise.

SON PARCOURS

  • Son âge : 43 ans.
  • Sa formation : Licence de sociologie et ESC Brest.
  • Sa fonction : Agent Axa Prévoyance & Patrimoine. 

De fait, l’ANI a fait évoluer le quotidien de cet agent qui a travaillé près de 10 ans uniquement auprès des professions libérales et des dirigeants. En toute logique, il propose aujourd’hui des contrats complémentaires santé aux entreprises.

Laurent Le Forestier est un homme occupé, mais qui arrive à concilier vie professionnelle et vie privée : il accompagne ses trois enfants à l’école, orchestre la logistique des activités extrasco­laires du mercredi après-midi et planifie plusieurs parties de squash entre copains durant la semaine... Toutefois, derrière ce quadragénaire réservé se cache un parcours professionnel assez tumultueux.

Une tajectoire non linéaire

Ce passionné de voile, qui a grandi à Brest et étudié à Nantes, fut d’abord éducateur sportif. La trentaine approchant, il cherche alors un emploi plus rémunérateur que sa passion. Et accepte la proposition du constructeur nautique Dufour Yachts : réparer des bateaux, mais également mener une action commerciale auprès de particuliers. Dans les faits, la prospection prend vite le pas. Il découvre le métier de vendeur, notamment au salon Nautic. Adieu les cheveux longs, les pieds nus, il faut enfiler le costume cravate… « J’ai détesté ce milieu, on y trouve de bons vendeurs mais ce sont des requins. Il fallait faire du picking dans les allées et ensuite ne plus lâcher le client. Je me sentais beaucoup mieux dans les ateliers, en Finistère sud, à m’occuper des bateaux », confie-t-il.

Après un second salon, il quitte le navire pour l’automobile et devient commercial pour un fournisseur de pièces détachées. Il ne connaît rien à ce milieu mais le secteur qu’on lui confie comprend La Rochel­le, une ville qui attire l’homme de la mer. « Je n’aimais pas le produit, mais j’ai vraiment pris goût à la relation commerciale, cette fois BtoB », analyse-t-il avec la sérénité de celui qui a trouvé sa voie. Après quatre ans, il souhaite monter en grade et demande une formation. L’histoi­re s’arrêtera là.

Nous sommes en 2005, et c’est décidé, Laurent Le Forestier entend commander son propre navire. À 34 ans, il reprend le chemin de l’école et s’inscrit à l’ESC Brest pour un Master en finances. L’objectif : créer une entreprise dédiée à l’électronique embarquée sur les bateaux. Mais le destin en a décidé autrement, il a pris la forme d’une petite annon­ce qui disait en substance « vous cherchez à créer une entreprise, rencontrons-nous ». Laurent Le Forestier a tenté sa chance et la suite, on la connaît. Depuis dix ans, il mène en solo sa mission d’agent général A2P. Mais aujourd’hui, la maturité venant, il aimerait franchir un nouveau cap : trouver un équipier pour s’associer.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 06 décembre 2019

ÉDITION DU 06 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Laurent Le Forestier, agent Axa Prévoyance & Patrimoine : l'art de tirer des bords

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié