Pascale Fumeau-Demay (Audiens) : Face à toutes les souffrances

Pascale Fumeau-Demay (Audiens) : Face à toutes les souffrances
Sylvie Humbert Pascale Fumeau-Demay (Directrice du pôle médical d’Audiens)

À la tête des centres de santé du groupe paritaire de la culture et des médias, ce médecin a lancé la cellule psychologique mise en place après les attentats.

Au 27-29, rue de Turbigo, à Paris. C’est à cette adresse du 2e arrondissement que se situe l’un des principaux centres de santé de la capitale, celui d’Audiens. Pascale Fumeau-Demay nous y reçoit. Directrice du pôle médical du groupe de protection sociale de la culture, de la communication et des médias, cette quinqua pilote cet établissement qui compte une centaine de praticiens. Elle est, en paral­lèle, à la tête du Centre médical de la Bourse (CMB), le service de santé au travail d’Audiens, destiné notamment aux pigistes et aux intermittents. « Je suis assez occupée entre la direction de ces deux centres de santé, et les missions au sein du siège (basé à Vanves, dans les Hauts-de-Seine) », explique la dirigeante de 250 salariés.

SON PARCOURS

  • Son âge 55 ans
  • Sa formation Docteur en médecine
  • Sa fonction Directrice du pôle médical du groupe Audiens

Le médecin de confiance

Pourtant, rien ne prédestinait ce médecin à devenir manager. « Je suis rentrée au sein d’Audiens, lors de sa création en 2003. J’étais venue pour rénover et réorganiser le centre de santé. Étant donné que j’avais fait le tour de ma spécialité, à savoir la gériatrie, je me suis alors dit que cette expérience – de deux à trois ans – pourrait être enrichissante », précise-t-elle.

Quatorze ans plus tard, Pascale Fumeau-Demay est toujours là. « Elle est devenue le médecin de confiance du comité de direction d’Audiens », glisse en souriant Éric Breux, le directeur du pôle Entreprises et Institutions du groupe de protection sociale. Dans ce laps de temps, le centre de santé a été rénové. Il a doublé sa fréquentation, accueille 145 000 patients et clients par an et héberge, désormais, à l’initiative de sa directri­ce, un centre de prévention composé principalement de psycho­logues. « Avec toutes les restructurations qui ont touché le monde de la presse au cours des dernières années, j’ai senti qu’il y avait un besoin d’accompagner les salariés de ce secteur sur les problématiques de rupture professionnelle ou sur les traumatismes qu’ils auraient subis suite à des plans de sauvegarde de l’emploi », indique Pascale Fumeau-Demay.

Bien lui en a pris, car lorsqu’il y a un an, le ministère de la Culture décide de mettre en place une cellule psychologique suite aux attentats de Charlie Hebdo, il se tourne rapidement vers Audiens. « Suite à cette tragédie, nous avons rédigé en interne une procédure afin de savoir comment nous organiser en cas de nouveaux attentats », précise son collègue Éric Breux.

Une réactivité efficace

Ainsi, le soir même du vendredi 13 novembre, la douzaine de psychologues, avec lesquels travaille régulièrement la directrice du pôle médical, se tient prête. Au même instant, Pascale Fumeau-Demay se trouve pourtant à plus de 5 000 kilomètres de Paris, au Sénégal. « Quand j’ai vu à la télévision ce qui se passait, j’ai adressé des SMS à mes collaborateurs pour leur demander s’ils pouvaient se mobiliser, ce qu’ils ont fait aussitôt », explique-t-elle.

Et voilà comment dès le lendemain, Audiens met en place une cellule d’assistance et de soutien psychologique à disposition des équipes du Bataclan, des artistes et techniciens et de leurs familles, ainsi qu’à l’ensemble de ses assurés directement ou indirectement affectés par les attentats. À son retour en France, elle reçoit les candidatures d’une vingtaine de psychologues qui souhaitent intégrer sa cellule. Mais la gériatre gérontologue – diplômée également de soins palliatifs, d’hygiène alimentaire et nutrition – préfère alors s’appuyer sur le « noyau dur » de psychologues avec lesquels elle travaille depuis plusieurs années. « Ce sont des professionnels en qui j’ai une entière confiance, certains étant même enseignants en psychologie de situations post-traumatiques. » Toujours vigilante deux mois et demi après les attentats, cette femme de caractère au sourire indéfectible a décidé de maintenir actif le numéro de téléphone de la cellule de soutien jusqu’à la fin du mois de février. Toujours mobilisée, quelles que soient les circonstances.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 13 décembre 2019

ÉDITION DU 13 décembre 2019 Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

SERVICES D'ASSURANCES DOMMAGES OUVRAGE, RESPONSABILITE DE C.N.R. ET TOUS RISQUES CH...

HABITAT 44 - OPH de Loire Atlantique

12 décembre

44 - NANTES

Location longue durée (4 ans) avec option d'achat, installation, mise en service et...

Service Central des Blanchisseries

12 décembre

75 - SERVICE CENTRAL DES BLANCHISSERIES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Pascale Fumeau-Demay (Audiens) : Face à toutes les souffrances

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié