Philosophe d'action

Philosophe d'action
Emmanuel Roux Directeur général de la FNMF

Après s'être plongé quatre ans dans les comptes sociaux de la Nation, le directeur général de la Mutualité est un philosophe qui maîtrise les chiffres.


Dans un univers parallèle, Emmanuel Roux pourrait être professeur de philosophie à Briançon. Quelques lycéennes seraient amoureuses de lui, car il ne manque pas d'éloquence ni d'un certain charme, et il serait apprécié de leurs parents et de ses pairs. Mais peu d'entre eux sauraient que ce prof écrit. Philosophe de formation, il a bien passé une première partie de sa carrière dans l'Éducation nationale dans les années 90, découvrant ainsi quelques villes de province, dont Briançon.

Une rencontre clé...

Mais il faut croire que ce pur parisien issu d'un milieu d'avocats et de hauts fonctionnaires n'était pas fait pour cette vie-là. Ou plutôt, comme il le dit, que « les conditions dans lesquelles un intellectuel ou un philosophe peut vivre en se consacrant à l'enseignement ne sont pas les mêmes qu'il y a cinquante ans ». À la Sorbonne, le directeur de sa thèse sur la pensée politique de Machiavel lui a fait comprendre que les postes sont rares, et que passer du lycée à la faculté exige beaucoup de temps. Après sa soutenance en 2000, il prend donc la tangente, direction l'École nationale d'administration. « Quand on est enseignant, si on veut évoluer vers une autre profession, l'ENA ouvre de nouveaux horizons. » Mal préparé en droit administratif et en économie, le philosophe loupe le concours et atterrit dans un lycée de Caudry, capitale de la dentelle près de Cambrai. Peu après la rentrée 2001, il repasse le concours, qu'il réussit.

Le séminaire de sa promotion de l'ENA est dédié aux politiques de santé. Grâce au tirage au sort, Emmanuel Roux se retrouve dans un groupe de travail consacré à l'articulation entre les assurances maladie obligatoire et complémentaire, un groupe encadré par Étienne Caniard, alors délégué aux questions de santé à la Mutualité française (FNMF). « Un homme charismatique et généreux de sa personne », bref « la » rencontre importante de la scolarité d'Emmanuel Roux. Bien noté, le rapport du groupe lui ouvre les portes de la Cour des comptes. Il se plonge dans les comptes sociaux et les questions de financement de la Sécurité sociale, avant de partir s'occuper de la mise en place des agences régionales de santé.

... et de l'opiniâtreté

Après l'ENA, Emmmanuel Roux était resté en contact avec Étienne Caniard. À celui qui apparaissait déjà comme le successeur naturel de Jean-Pierre Davant à la tête de la FNMF, il avait promis : « Tu peux compter sur moi si tu prends la présidence de la fédération. » Promesse tenue en 2011, où il rejoint la fédération en tant que directeur général adjoint.

Devenu directeur général de la FNMF en juin, le magistrat de la Cour des comptes ne « pantoufle » pas, il est détaché à la Mutualité, qui est considérée comme un organisme d'« intérêt général ».

Sa feuille de route est simple : « faire mieux avec une moindre cotisation ». Lui faudra-t-il un zeste de l'habileté politique dont Machiavel est, au sens commun, synonyme ? « Il en faut certainement une forme, mais je pense que cela n'a rien à voir avec Machiavel », répond Emmanuel Roux, qui, en revanche, se dit « opiniâtre ». « Je ne sais pas si c'est une forme de courage, mais j'aime surtout aller au bout de ce que j'entreprends. J'ai entamé un travail sur la pensée politique de Machiavel, et, à un moment, je me devais d'en faire un livre (1). » À la Mutualité, il commence une nouvelle boucle.

1. « Machiavel, la vie libre », Raisons d'agir, Paris.

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Philosophe d'action

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié