Les assureurs chouchoutent (un peu trop) les épargnants

Les assureurs chouchoutent (un peu trop) les épargnants
thinkstock

Les premiers rendements 2014 des fonds en euros ont mieux résisté que prévu. Mais les assureurs restent prudents et renforcent leurs réserves.

L’appel à la modération fin 2014 de Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, n’a pas été suivi à la lettre : les premiers taux de rendement annoncés fin décembre et début janvier ont résisté bien au-dessus de la barre des 3%.

Chiffres clés de l’assurance vie en 2014

  • 17 Md€ : Collecte nette pour 125 Md€ de collecte brute.
  • 1 500 Md€ : D’encours, dont environ 20% en unités de compte et 80% en fonds en euros.

Sources : estimations provisoires Afer

L’Afer, l’un des plus gros fonds en euros avec 40 Md€ d’encours sert ainsi 3,20% à ses 716 000 adhérents, Gaipare, autre association d’épargnants, offre 3,40%. Chez les spécialistes, le Conservateur arrive à 3,45% et Monceau Assurances à 3,33%. Chez les affinitaires, la MIF, la mutuelle des cheminots, reste au niveau élevé de 3,65%, tandis que la MACSF sert de 3,10% à 3,15%. L’assureur des professionnels de santé dont le fonds en euros comporte environ 8% d’actions indique même ne pas avoir souffert de la stagnation du CAC 40 et avoir réalisé des plus-values « significatives ».

Une baisse en douceur

Certes, traditionnellement, les premiers rendements annoncés sont plutôt flatteurs, les assureurs n’ayant aucune obligation de communiquer leur taux sur l’ensemble des contrats (à l’exception du reporting annuel pour l’assuré). En février, les rendements des bancassureurs, les poids lourds de l’assurance vie comme CNP assurances, Predica ou BNP Paribas Cardif, devraient être bien moins attractifs.

Ainsi, plus qu’une baisse sensible fortement suggérée par les autorités de tutelle, on assiste plutôt à un atterrissage en douceur des rendements pour préserver les épargnants et les réseaux de vente. Un peu à l’instar du livret A, qui a été maintenu à un taux de 1% par le gouvernement. Résultat, la baisse des rendements devrait sans doute s’étaler sur deux ans.

En revanche, les assureurs ont suivi la consigne de renforcer la provision pour participation aux bénéfices (PPB). Chez MACSF, elle représente 1,3% de l’encours ; chez ACMN Vie, 2% (1,43% en 2013). La palme revient sans doute à GMF Vie dont la réserve atteint désormais 3,7% des encours contre 2,3% fin 2013. Même l’Afer y a succombé : l’asso­ciation a doté sa PBB pour la « première fois de son histoire », selon Gérard Bekerman, président de l’Afer, à hauteur de 80 M€.

De nouveaux « bons élèves »

Seule exception dans le paysage de l’assurance vie française : Monceau Assurances. « Nous restons attachés à cette règle, car la PPE (NDLR : PPB) est un mécanisme plus que douteux », selon Gilles Dupin, président et directeur général du groupe mutualiste. Les assureurs choisissent en effet les contrats et épargnants auprès de qui ils restituent la PPE, dans la limite de 8 ans. Les assureurs qui ont soigné leurs rendements en 2014 s’exposent à des difficultés dans les mois à venir. En effet, continuer à attirer les épargnants en masse sur les fonds en euros n’est peut-être plus une bonne idée : « Avoir une collecte nette fortement positive sur son fonds en euros en 2015 sera dangereux pour les compagnies concernées », prévient Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts & Figures. Car placer cet afflux d’argent frais ainsi que la trésorerie issue des plus-values latentes réalisées dans l’année devient un casse-tête pour les assureurs confrontés à la baisse des taux des placements obligataires, passés de 2,50% début 2014 à 0,90% en fin d’année pour les emprunts d’état à 10 ans. « La question pour les assureurs est désormais : sur quoi investir les liquidités en 2015 ? Car les obligations ne rapportent plus rien et Solvabilité 2 les oblige à réduire leur poche actions », poursuit Cyril­le Chartier-Kastler. Les « bons élèves » de l’assurance vie ne seraient donc plus ceux qui délivrent de bons rendements. Pour expliquer cette contradiction, il faudra faire preuve de beaucoup de pédagogie auprès des épargnants.

Méthodologie

Les podiums ont été réalisés à partir du tableau des rendements 2014 de l’assurance vie édité sur notre site argusdelassurance.com et arrêté au 20 janvier 2015. Il s’agit des taux nets de frais de gestion, mais hors prélèvements sociaux de 15,50%.

Avoir une collecte nette fortement positive sur son fonds en euros en 2015 sera dangereux pour les compagnies concernées.

Cyrille Chartier-Kastler, fondateur de Facts & Figures

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation d'assurance

Amiens Aménagement

18 octobre

80 - Amiens

Prestations de services d'assurances IARD pour une durée de 4 ans.

Ville de L'Ile d'Elle

18 octobre

85 - L'ILE D'ELLE

SERVICE D'ASSURANCES DES RISQUES STATUTAIRES.

Communauté de Communes du Savès

18 octobre

32 - LOMBEZ

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Les assureurs chouchoutent (un peu trop) les épargnants

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié