Objets connectés : 76% des employeurs français prêts à partager leurs données

Objets connectés : 76% des employeurs français prêts à partager leurs données

Selon une étude d’AIG, les entreprises sont prêtes à investir dans la télématique pour améliorer la sécurité des salariés.

La révolution des objets connectés est en marche. Selon des estimations citées par AIG, l’Internet des objets (IoT) devrait générer pas moins de 14 400 Mds $ (13248 Mds €) de revenus à l’échelle mondiale d’ici 2020. Quelle est l’attitude des entreprises vis-à-vis de cette évolution technologique ? AIG a sondé environ 400 salariés et 250 dirigeants dans 9 pays dont la France. Il en ressort que 75% des entreprises et des consommateurs se disent prêts à partager leurs données  s’ils y voient un intérêt. Dans l’ensemble, les salariés sont plus volontaristes : 75% se disent prêts à partager leurs données aux Etats-Unis, 80% en Chine, 87% en Italie. La France fait figure d’exception, les employés se montrant plus frileux que leurs employeurs : 66% d’entre eux se déclarent prêts à partager leurs données, contre 76% des patrons.
Améliorer la sécurité des travailleurs
Quelles peuvent être les motivations des entreprises ? « La sécurité des travailleurs constitue l’une des principales motivations pour le partage des données », note AIG. Pour 59% des employeurs et des salariés interrogés au niveau mondial, il s’agit de l’objectif le plus important.  Mais quelques disparités sont observables entre pays : les entreprises américaines et australiennes se disent disposées à partager des données en cas d’amélioration des résultats financiers ou du processus de recrutement, ou de réduction des coûts d’assurance. En Italie, à Singapour, en Chine et en Allemagne, au contraire, ces arguments arrivent en dernière position, les entreprises  mettant plutôt en avant l’amélioration des offres concernant les produits et services, tout comme le fait d’être vu comme un précurseur et de fidéliser le personnel.
Quant aux applications concrètes, plus de la moitié des employeurs se disent disposés à demander à leurs salariés de porter des vêtements ou accessoires destinés à améliorer leur sécurité au travail. Le niveau d’acceptation des salariés est variable : 40% au Royaume-Uni et en France, 56% en Italie, à Singapour et en Chine.
Systèmes télématiques dans les véhicules professionnels
Les entreprises peuvent également choisir d’embarquer des objets connectés à bord des véhicules de société. Une proposition particulièrement bien accueillie en Italie (à 79%), où l’usage de la télématique en assurance est d’ailleurs plus développé (15% des ventes et renouvellements d’assurance auto en 2014). Ce type d’assurance s’appuie sur les données collectées grâce aux dispositifs télématiques pour proposer un tarif adapté au comportement réel du conducteur, ou au nombre de kilomètres parcourus. On peut le coupler à des services innovants personnalisés, destinés à atténuer les risques et limiter les coûts d’assurance.
Les entreprises américaines se disent prêtes à investir 835 $ (768 €) par an par salarié dans ces systèmes, les entreprises italiennes 711$ (654€) et les entreprises françaises 643$ (591€). Près de 90% des personnes interrogées estiment nécessaire de modifier la loi pour tenir compte de ces nouveaux modèles économiques.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 28 janvier 2022

ÉDITION DU 28 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

CHEF DE PROJET IT DIGITAL WORKPLACE (F/H)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Objets connectés : 76% des employeurs français prêts à partager leurs données

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié