E-santé : la téléconsultation, une promesse à concrétiser

E-santé : la téléconsultation,  une promesse à concrétiser

Trois ans après le lancement d’un service de téléconsultation par Axa, la consultation médicale à distance est devenue une offre incontournable pour les acteurs de l’assurance... mais elle doit encore faire ses preuves.

Comment se diversifier sur le marché de la complémentaire santé ? Standardisation de l’offre oblige, les assureurs misent de plus en plus sur les services : dans ce contexte, la téléconsultation médicale est devenue incon­tour­­nable en seulement trois ans. Axa avait été le premier acteur à proposer un tel service, s’attirant au passage les foudres du Conseil national de l’Ordre des médecins et la méfiance de la ministre de la Santé d’alors, Marisol Touraine. « Notre service répondait à une demande confrontée à une offre inexistante », témoigne la directrice santé et prévoyance d’Axa France, Corinne Guillemin.

Le contexte a bien changé depuis : le service de téléconsultation d’Axa Assistance s’est progressivement imposé sur le marché, tandis qu’une trentaine d’organismes complémentaires santé se sont associés à MédecinDirect et que le groupe mutualiste Vyv a récemment fait l’acquisition du site MesDocteurs.

Mais qu’en est-il en termes d’usage ? L’ex PDG d’Axa Assistance, Nicolas Sinz, évoquait en 2017 « plusieurs milliers de téléconsultations ». Corinne Guillemin est plus précise : « Nous en recensons 1 500 par mois environ. » Et elle ne compte pas s’arrêter là : « Ce service reste insuffisamment connu : nous ne nous sommes pas contentés de valoriser avec ce service un marketing d’offre, nous voulons qu’il soit utilisé », a-t-elle souligné à la conférence Prévention Santé organisée par L’Argus le 11?avril dernier.

« Plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs » étaient mises en avant l’an dernier par François Lescure, le président de MédecinDirect, start-up lancée en 2010 qui, depuis, a conclu de nouveaux partenariats dans la sphère assurantielle (Eovi MCD, Adréa Mutuelle, Thélem Assurances…).

Marges de progrès

Mais la téléconsultation n’est pas la seule composante de la télémédecine : l’exemple de la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH) est là pour le rappe­ler. La mutuelle a mis en place le groupe Acetiam, combinant analyse d’actes médicaux, téléradiologie ou encore téléexpertise (étude des accidents vasculaires cérébraux, etc.). « Nous travaillons par exemple avec les Ehpad : nous avons ainsi réalisé environ 1 200 téléconsultations en 2017 avec des gériatres, des dermatologues… », soulignait ainsi Philippe Denormandie, directeur des relations santé de MNH Group, à l’occasion de la conférence Prévention Santé.

Ce dernier considère toutefois que d’importantes marges de progrès sont possibles. « On a aujourd’hui isolé l’acte de télémédecine ; il n’est pas inséré dans le parcours du patient, ce qui est pourtant fondamental ! » Les négociations conventionnelles actuellement en cours sur la télémédecine pourraient changer la donne et permettre le développement de cette pratique encore peu répandue. Mais, pour Corinne Guillemin, « il ne faudrait pas qu’on débouche sur deux types de téléconsultations : celles remboursées au titre du médecin traitant et les autres, mises en place par les complémentaires et non prises en charge… ».

L’Ordre des Médecins vigilant

Le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) n’avait pas réservé un bon accueil au service de téléconsultation d’Axa. Il n’a pas davantage apprécié la communication faite par Eovi MCD Mutuelle autour du lancement d’un service équivalent avec MédecinDirect, menaçant de porter plainte. S’il n’a pas, à ce jour, concrétisé sa menace, la promotion de ce type de services reste problématique, car la publicité est toujours interdite.

 

Emploi

Ergalis

Technico commercial Santé Prévoyance F/H

Postuler

AFI ESCA

Gestionnaire Assurance Obsèque H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

E-santé : la téléconsultation, une promesse à concrétiser

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié