Assurance vie – Régimes matrimoniaux

Civ. 1re, 11 mai 2016, n° 15-10.447

Les faits

En juillet 1997, un couple marié souscrit un contrat d’assurance sur la vie. En septembre 2009, l’époux, seul, fait connaître à l’assureur son intention de renoncer au contrat. L’assureur refuse de faire droit à cette demande. Les deux époux assignent alors en justice l’assureur. Selon la cour d’appel, l’époux ne pouvait exercer seul, en l’absence d’un mandat spécial de son épouse, la faculté de renonciation. La cassation est encourue.

La décision

« La renonciation à un contrat d’assurance sur la vie constitue un acte d’administration et que, dans le régime de communauté auquel elle se référait, chacun des époux a le pouvoir d’administrer seul les biens communs, sauf à répondre des fautes qu’il aurait commises dans sa gestion, la cour d’appel a violé » la loi.

Commentaire

L’article 1421 du code civil dispose que « chacun des époux a le pouvoir d’administrer seul les biens communs et d’en disposer, sauf à répondre des fautes qu’il aurait commises dans sa gestion ». Avec constance, la jurisprudence analyse la renonciation comme un acte d’administration (Civ. 1re, 18 mai 2011, F-P+B+I, n° 10-23.114). Parmi ces derniers, on range tous les actes qui ont pour finalité la gestion normale d’un patrimoine. Par opposition, les actes de dispositions, comme la vente d’un bien, plus lourds de conséquences font peser un risque de pertes sur le patrimoine.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 novembre 2019

ÉDITION DU 22 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Assurance vie – Régimes matrimoniaux

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié