Contrat d’assurance retraite : la prescription biennale demeure la règle

Civ.2, 3 février 2011, pourvoi n°C 10-11519
Les faits
Le gérant salarié d’une société adhère à un contrat collectif de protection sociale souscrit par son employeur auprès de GAN vie, ayant pour objet de garantir aux salariés la constitution par capitalisation d’une retraite complémentaire. Dans ce contrat, était prévue l’exonération du paiement des cotisations relatives à ces garanties en cas d’incapacité totale de travail. Reprochant au salarié d’avoir bénéficié, à tort, de cette exonération depuis 1996 à la suite d’un accident du travail survenu en 1992, l’assureur lui demande le remboursement des cotisations échues depuis 2000. Le salarié conteste la position de l’assureur et demande à être rétabli dans ses droits.
La décision
La cour d’appel de Bourges (arrêt du 19 novembre 2009) accueille sa demande et rejette la fin de non-recevoir tirée de la prescription biennale prévue par l’article L 114-1 du code des assurances, soulevée par l’assureur. Les juges retiennent que « l’action dérive d’un contrat retraite dépendant de la durée de vie de l’assuré soumis à la prescription décennale ».
L’arrêt est cassé : « L’action exercée par l’adhérent d’un contrat de groupe comportant des prestations de nature différente et demandant l’exécution à son profit de la garantie prévue en cas d’incapacité de travail en sa qualité d’assuré, était soumise à la prescription biennale ».
Commentaire
En principe, la prescription biennale s’applique à toutes les actions dérivant d’un contrat d’assurance (L114-1), des opérations régies par le code de la mutualité (L221-11) ou de celles régie par le code de la sécurité sociale (L932-13). Seules les actions exercées par le bénéficiaire non souscripteur d’une assurance décès et celles des ayants droit de l’assuré en assurance accident se prescrivent par dix ans. Dans les autres cas, la prescription intervient au bout de trente ans en assurance vie sauf en Alsace et en Moselle où elle est de cinq ans. Tout dépend donc de la qualification du contrat. Dans cette affaire, le contrat collectif d’assurance vie souscrit par l’employeur avait pour objet de « garantir aux salariés la constitution par capitalisation d’une retraite complémentaire ». La Cour de cassation a estimé que l’objet du litige étant la garantie incapacité de travail et non le contrat collectif d’assurance vie dans son ensemble, l’action se prescrivait au bout de deux ans.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

ALLIASS

Gestionnaire sinistres IARD Confirmé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de service relatif à la prestation d'assurance pour les besoins de la fondat...

Fondation Bon Sauveur de la Manche

20 janvier

50 - PICAUVILLE

PRESTATION DE SERVICES D'ASSURANCES POUR DOMITIA HABITAT.

Domitia Habitat

20 janvier

11 - NARBONNE

Assurances pour la réhabilitation de l'immeuble situé au 24 rue des Petites Maries ...

SOLEAM Société Locale d'Equipement et d'Aménagement de l'Aire Métropolitaine

20 janvier

13 - Marseille

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Contrat d’assurance retraite : la prescription biennale demeure la règle

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié