RC médicale : la Cour revient sur l'application dans le temps de la loi dite « anti-Perruche » du 4 mars 2002

« S'agissant d'un dommage survenu après l'entrée en vigueur de la loi dite " anti-Perruche ", l'article L. 114-5 du code de l'action sociale et des familles (relatif à la réparation d'un handicap suite à une faute médicale) n'est pas applicable ».

Les faits

Les parents d'un enfant né en novembre 1988 sans yeux (anophtalmie) assignent, en 2006, le médecin qui suivait la grossesse et la clinique où s'est déroulé l'accouchement pour obtenir l'indemnisation de leurs préjudices résultant de l'impossibilité d'interrompre la grossesse en raison d'une erreur de diagnostic prénatal. Ils agissent en leur nom propre et comme représentant légal de leur enfant mineur.

La décision

La cour d'appel d'Amiens rejette leur demande, estimant que l'article 11 de la loi du 4 mars 2002, devenu L. 114-5 du code de l'action sociale et des familles, n'est pas applicable au litige, le dommage étant survenu antérieurement à l'entrée en vigueur de la loi du 4 mars 2002. Peu importe la date de l'introduction de la demande en justice. La Cour de cassation confirme, et rejette le pourvoi des parents.

Commentaire

La Cour revient ici sur la position du Conseil constitutionnel (QPC du 11 juin 2010 n° 2010-2 confirmée récemment par le Conseil d'État dans un arrêt du 13 mai 2011) qui avait censuré l'application immédiate de la loi du 4 mars 2002 aux affaires en cours, en limitant la rétroactivité de la loi au moment du préjudice et non à celui de son entrée en vigueur le 5 mars 2002. Les procédures entamées pour l'indemnisation « du préjudice d'être né » avant l'entrée en vigueur de la loi sont recevables, pas celles entamées après. La loi du 4 mars 2002 fait suite à l'arrêt du 17 novembre 2000 qui avait permis à Nicolas Perruche, handicapé à la naissance, d'être indemnisé intégralement de son propre préjudice, même si l'acte fautif n'en était pas directement à l'origine. Désormais, avec cette loi, « nul ne peut se prévaloir d'un préjudice du seul fait de sa naissance ». La réparation est due si la faute médicale a directement causé un handicap, l'a aggravé ou n'a pas permis de prendre les mesures nécessaires pour l'atténuer. Pour un enfant né avec un handicap non dû à une faute médicale, il n'y a pas de préjudice. Si la responsabilité des professionnels est engagée (handicap non décelé suite à une faute caractérisée), les parents peuvent demander une indemnité au titre de leur préjudice moral. Mais les charges pendant la vie de l'enfant relèvent de la solidarité nationale.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 janvier 2020

ÉDITION DU 17 janvier 2020 Je consulte

Emploi

CREDIT AGRICOLE ASSURANCES

Souscripteurs IARD PME - PMI H/F

Postuler

Agence Swisslife Paris Madeleine

Collaborateur Commercial en Assurance de Personnes H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Conseil, assistance et suivi des contrats d'assurance

Ville de Lunéville

19 janvier

54 - LUNEVILLE

Accord-cadre a marches subsequents assurance dommage-ouvrage et ses garanties compl...

Tours Métropole Val de Loire Communauté d'Agglomération Tours Plus

19 janvier

37 - TOURS METROPOLE VAL DE LOIRE

Analyse financière des rapports annuels remis par les concessionnaires du Syndicat ...

Syndicat Mixte des Ports de Pêche Plaisance de Cornouaille

19 janvier

29 - PONT L'ABBE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

RC médicale : la Cour revient sur l'application dans le temps de la loi dite « anti-Perruche » du 4 mars 2002

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié