L’hôpital psychiatrique de jour non responsable des actes de ses patients une fois dehors

Les faits

Un mineur de 17 ans, atteint de troubles psychiques et suivi à l'hôpital de jour de Brive-la-Gaillarde, blesse grièvement sa mère lors d'une crise de démence, le soir en rentrant chez lui. Soulevant la responsabilité de l'hôpital, son père et son assureur RC (Maaf) saisissent le juge administratif pour obtenir réparation.

La décision

La cour administrative d'appel de Bordeaux rejette leur demande, retenant que « le mode de prise en charge hospitalier de jour selon une périodicité déterminée pour chaque patient ne constitue pas une méthode thérapeutique créant un risque spécial pour les tiers susceptible d'engager la responsabilité sans faute de l'administration ». Les juges retiennent également que « l'hospitalisation de jour du mineur n'a pas eu pour effet de transférer à l'établissement la responsabilité d'organiser, diriger et contrôler la vie de ce mineur, qui se trouvait, à la sortie de l'hôpital de jour, sous la garde légale de son père ». Le Conseil d'État confirme l'arrêt.

Commentaire

Un hôpital psychiatrique de jour n'est pas responsable des violences commises par l'un de ses patients, une fois rentré chez lui, sauf en présence d'un « risque spécial ». L'arrêt, qui ne définit pas précisément ce risque spécial, relève seulement que l'agression commise par le mineur était « imprévisible » et n'était donc pas de nature à engager la responsabilité de l'établissement. Atteint de troubles psychiques depuis l'âge de 5 ans, le mineur suivait un traitement « adapté et conforme aux données de la science », qui se poursuivait « sans incident » depuis sa mise en place quatre mois avant l'accident. L'état du patient étant « en voie d'amélioration », l'hôpital n'a commis aucune faute dans sa prise en charge.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L’hôpital psychiatrique de jour non responsable des actes de ses patients une fois dehors

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié