Préjudice à l’image de marque et à la réputation : un risque sous-estimé! (Forum du Ferma)

Préjudice à l’image de marque et à la réputation : un risque sous-estimé! (Forum du Ferma)
©Pascal Guittet

L'entreprise de courtage d'assurances et conseil en gestion des risques, Aon Risk Solutions, publie un rapport sur les "menaces sous-estimées". Présenté à l'occasion du forum du Ferma - la fédération européenne des associations de risk management - qui a réuni 1500 professionnels du risque à Venise du 4 au 7 octobre 2015, l'ouvrage démontre que 70 % des entreprises négligent le préjudice à leur image de marque et à leur réputation.

Les témoignages recueillis dans 60 pays par Aon Risk Solutions, entreprise de courtage d'assurances et conseil en gestion des risques, dans le cadre de son rapport annuel sur les menaces sous-estimées, montrent que le préjudice à l’image de marque et à la réputation, classé première préoccupation dans le baromètre 2015 des risques mondiaux du courtier, n’est pas considéré comme un risque opérationnel important par 70% des directeurs de captives interrogés.

Un risque opérationnel

« Nombreux sont ceux qui estiment que les entreprises négligent le préjudice à l’image de marque et à la réputation jusqu’à ce qu’une crise éclate », s’inquiètent les experts d’Aon. Au niveau du découpage géographique, 54% des personnes interrogées dans la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) reconnaissent que ce préjudice devrait se trouver au premier plan des préoccupations, contre 35% des directeurs de captives installés en Amérique.

«Pourtant, souligne Rory Moloney, PDG d’Aon Global Risk Consulting, le préjudice à l'image de marque et à la réputation peut devenir un risque opérationnel important ». Et cet expert de préciser : « Associée aux changements économiques, politiques et sociétaux, la vitesse à laquelle les technologies progressent fait de ce préjudice un sujet de préoccupation de plus en plus important. »

 

 

 

 

 

L’analyse des spécialistes et les réponses des cadres supérieurs de grands groupes possédant des captives majeures divergent donc fortement sur le préjudice à l’image de marque et à la réputation.

Des risques majeurs mais sous-estimés

Concernant les autres risques évalués, 80% des personnes interrogées estiment que la connectivité des risques – soit « la vitesse à laquelle les technologies mobiles évoluent, provoquant l’expansion rapide de réseaux qui connectent les individus, les groupes et les sociétés » - reste encore largement incomprise.

Concernant le risque politique, 63% des personnes interrogées estiment que celui-ci est sérieusement sous-estimé. « Les incertitudes qui règnent sur la zone euro et autour des différents conflits géopolitiques constituent un sujet de préoccupation important, en particulier chez les personnes interrogées issues de la région EMEA », précisent les auteurs du rapport.

Enfin, dernier risque étudié : le cyber, dont la menace n’a pas été pleinement appréhendée. Neuf personnes interrogées sur dix confirment cette situation et pour 78% d’entre elles, le niveau de préparation des sociétés au cyber-risque pourrait avoir été largement surestimé.

 

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Préjudice à l’image de marque et à la réputation : un risque sous-estimé! (Forum du Ferma)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié