ÉRIC MORAZINLa bosse du commerce

Spécialiste du tourisme, ce commercial hors pair réussit à faire venir la plupart des compagnies aériennes à l'assurance annulation de voyages.

Il s'excuse de vous recevoir dans un aussi petit bureau : « Je n'y suis pas plus d'une journée par semaine », justifie-t-il. Et pour cause. Directeur des ventes internationales du groupe Mondial assistance pour l'activité voyages, Éric Morazin est souvent par monts et par vaux... Pour lui, développer un marché, c'est être proche de ses clients. « Je suis plus un consultant qu'un vendeur. J'adore ce que je fais, et je pense que mes clients le perçoivent. »

Et cette proximité paie : à son arrivée en 2005, Mondial assistance ne compte que deux compagnies aériennes pour clientes. Depuis, l'assisteur a signé avec 45 autres en assurance annulation. Rien que cela. Dernière tombée dans l'escarcelle : British Airways, dans 18 pays européens. Aujourd'hui, le groupe frise les 70 % du marché mondial...

Une première Manche gagnée

Petit-fils et fils de commerçants bretons, il est né avec la bosse du commerce. Bac en poche, il n'a qu'un seul objectif : travailler le plus vite possible. L'Institut de préparation à l'administration générale (Ipag) se présente à lui. « C'était l'une des rares écoles de commerce à proposer un cursus en alternance en entreprise. » Pendant quatre ans, il fait ses premières armes au cours de différents stages, tout en présidant la « junior entreprise » de l'école avant d'en prendre la responsabilité pour l'Île-de-France. À peine diplômé, marié et déjà père, voilà l'homme pressé fin prêt à occuper le terrain.

Brittany Ferries lui offre son premier poste à Saint-Malo. Mission ? S'occuper des Britanniques qui débarquent en France - 80 % des 500 000 passagers annuels. Sans le savoir, il vient de plonger dans le bain de l'assistance et du tourisme. Deux ans plus tard, le voilà propulsé directeur commercial, à 27 ans. « Le pire qui pouvait m'arriver était d'être muté à Roscoff... » Lorsque ce « pire » arrive, c'est avec des compensations. Éric Morazin encadre 60 personnes, assure la représentation de la société et en découvre la forte culture. « Je me croyais Breton, mais c'était la première fois que j'entendais vraiment parler breton ! » ironise-t-il. Faut-il y voir sa « patte » ? Toujours est-il qu'en six ans, Brittany Ferries devient leader des destinations vers la Grande Bretagne.

Ne rien laisser aux concurrents

En 1996, il quitte le monde maritime pour celui de la « résa ». Il prend la direction commerciale de Galileo France, alors numéro 3 des systèmes de réservation électronique pour les entreprises de tourisme. En quatre ans, la croissance du groupe grimpe à 30 %. Nommé directeur général, il accompagne encore la croissance, qui monte à 55 %. En dix ans, sous sa conduite, Galileo s'est hissé de la troisième à la deuxième place. Mais il a « préféré laisser à l'équipe en place les rênes de l'entreprise. Il était temps de passer la main. »

Éric Morazin s'accorde l'idée d'un congé sabbatique. « Je voulais faire du golf... » Mais cinq jours après son départ, Alain Demissy, président de Mondial assistance, l'appelle. Le break ne durera que quatre mois. Aujourd'hui, ce commercial hors pair ne regrette pas son choix, car, dans ce poste, il a encore pu donner corps à son dada : « Développer un marché et en laisser le moins possible aux concurrents. » Son prochain objectif ? Attaquer les compagnies « low cost » aux États-Unis. Et remporter la Lufthansa, qui manque à son tableau de chasse. Avec Allianz pour actionnaire, il en fait un point d'honneur.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour l'aide à la décision dans la stratégi...

Ville de Paris / Secrétariat général Délégation générale à la modernisation

20 juillet

75 - VILLE DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

ÉRIC MORAZINLa bosse du commerce

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié