« Je suis spécialiste du marché aéronautique »

À la tête du SAAM, filiale de Verspieren spécialisée dans l'assurance des aéronefs et la garantie « perte de licence » des pilotes de ligne, Florent Pernoud pourrait encore prendre de l'altitude...

Quand un pilote de ligne perd sa licence, il perd aussi son métier. La visite médicale à laquelle il est soumis tous les ans a valeur de couperet. Certaines compagnies, comme Air France, accompagnent alors leurs pilotes dans leur reconversion, mais d'autres se contentent de les licencier. Il n'est donc pas étonnant que les pilotes se soient préoccupés très tôt de garantir cet aléa : c'est à l'initiative de leur syndicat que le SAAM est né, en 1952. Absorbé par le cabinet Dupont-Fauville en 1965, il est entré dans le giron de Verspieren en 1989.

Devenu leader européen dans ce domaine avec 9 000 pilotes couverts (dont les 3 500 membres du syndicat espagnol des pilotes), le SAAM a su développer un véritable savoir-faire sur un marché très volatil : « Ce risque est difficile à mutualiser, car non seulement l'échantillon reste réduit, mais le risque est extrêmement aléatoire. La qualité des placements est donc la clé de la rentabilité de cette activité », explique son directeur, Florent Pernoud. Dans le même temps, l'entité a développé une autre activité : l'assurance d'aéronefs, « du simple ULM à l'Airbus », et d'entreprises du secteur aéronautique. Un marché à part, « aux frontières de l'assurance vie (pour la perte de licence), de l'assurance dommages et de la réassurance. Nous sommes parfois obligés d'aller sur le marché londonien de la réassurance pour un simple contrat de 10 000 E ! » Ce n'est donc pas un hasard si Florent Pernoud s'est vu confier, en plus du SAAM, la direction du service réassurance de Verspieren. Il est vrai que ce jeune actuaire de 32 ans connaît bien ce monde : après avoir tâté de la finance (au sein de Crédit agricole AM), il est entré chez Axa Re pour gérer la réassurance des garanties plancher. « Déjà un marché de niche », sourit-il. Recruté en 2003 par Verspieren, il est passé par le courtage en réassurance avant de prendre la direction du SAAM, une activité encore modeste (elle ne représente guère que 5 % du chiffre d'affaires du groupe), mais dont le potentiel à l'international - justement l'une des priorités du courtier - n'est pas négligeable.

Au quotidien, Florent Pernoud se frotte à une clientèle particulièrement exigeante... avec, d'un côté, les pilotes de ligne (« toujours charmants, mais qui ont l'habitude d'être assistés dans toutes leurs démarches administratives ») et, de l'autre, les pilotes amateurs (« des passionnés qui dépensent une fortune dans l'entretien de leur avion et négocient âprement l'assurance de leur joujou »). Cet actuaire a donc résolument choisi de laisser tomber l'ingénierie financière pour prendre des fonctions plus opérationnelles, « être pleinement responsable d'une équipe, d'un chiffre d'affaires et d'un résultat ». Il est conscient d'avoir à faire ses preuves à la tête des deux directions (vingt personnes pour le SAAM, huit autres pour la réassurance) dont il a la charge avant de prendre de l'altitude dans l'organigramme...

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

« Je suis spécialiste du marché aéronautique »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié