« L'Europe peut s'inspirer des Bermudes »

Devenues le paradis des assureurs, les Bermudes ont le vent en poupe depuis plusieurs années. Les auteurs d'un mémoire réalisé dans le cadre du DESS de Paris-Dauphine expliquent les raisons de cet engouement.

Comment expliquez-vous l'attrait exercé par les Bermudes ?

Ces îles, colonies britanniques, concentrent dans un rayon restreint tous les services nécessaires au développement d'une activité : banques, avocats, experts-comptables, etc. À une heure et demie de vol de New York et dans un fuseau horaire entre l'Europe et les États-Unis, leur situation géographique est idéale. En 2002, nous avons comptabilisé 1 630 acteurs de l'assurance et de la réassurance et 69 réassureurs se sont créés dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. Les Bermudes sont, avant tout, un lieu de capacité avec un environnement économique favorable, un chômage de moins de 3 %, politiquement stable avec des infrastructures modernes.

Quels avantages un réassureur peut-il y trouver ?

L'environnement fiscal est particulièrement avantageux. Les sociétés nouvellement implantées sont exemptées d'impôt jusqu'en 2016. Elles peuvent aussi constituer des provisions d'égalisation sans limite, leur permettant d'assumer de fortes volatilités des risques. En outre, les Bermudes disposent de profils pointus dans le domaine de la réassurance. Le BMA, l'autorité locale de supervision, a une politique de sélection stricte des sociétés qui s'implantent sur le territoire.

Qui sont les plus importants réassureurs de la place et d'où proviennent leurs fonds ?

Le plus important est Ace, suivi de XL et de Partner Re. D'une manière générale, les investisseurs sont américains et britanniques. D'ailleurs, les États-Unis sont surreprésentés dans les risques souscrits par les acteurs bermudiens. Le montant des primes brutes souscrites a atteint 43 Md$ (34 MdE) en 2003, en hausse de 33 %, avec un résultat net de 5,3 Md$ (4,2 MdE). Ajoutons à cela des fonds de 20 Md$ (16 MdE) qui sont domiciliés ailleurs, mais gérés aux Bermudes. L'assurance représente 66 % du PIB de ces îles.

Avez-vous identifié des assureurs ou des captives d'industriels français qui y seraient installés ?

Les Bermudes ont un système de licence multiple en matière de réglementation. Les compagnies d'assurances captives d'une société industrielle ne couvrant que les risques de leur propriétaire et de ses filiales doivent avoir un capital minimal de 120 000 $. En fait, à l'exception de quelques captives de réassurance et d'une petite filiale d'Axa, il y a peu d'acteurs hexagonaux présents.

Serait-il possible de créer une place offshore à Paris ?

Il n'existe aucune difficulté matérielle ou technique pour y parvenir. Les caractéristiques de la place des Bermudes sont transposables. En revanche, il n'y a pas d'utilité immédiate, parce qu'il faudrait d'abord faire évoluer la place de Paris vers des risques plus internationaux. Peut-être faut-il imaginer regrouper Paris, Munich et Zurich pour concurrencer Londres ? Or, cela suppose de gros investissements, économiques et politiques, qui paraissent difficilement réalisables - ou bien prématurés.

Quelle est l'évolution probable de ces places européennes ?

Dans les prochaines années, elles risquent d'être remises en cause. En effet, on peut penser que les places comptant peu d'acteurs sont en danger. Zurich et Munich sont le fait de deux ou trois sociétés seulement. De même, le marché londonien pourrait être remis en cause au profit d'autres places. Le Lloyd's ne présente pas une meilleure sécurité que ses rivaux. Le centre de gravité de l'assurance peut se déplacer grâce à la construction européenne et à la libre prestation de services.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 septembre 2021

ÉDITION DU 17 septembre 2021 Je consulte

Emploi

Natixis Assurances

RESPONSABLE TECHNIQUE INDEMNISATION H/F

Postuler

CEA Assurances

Chargé de développement H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Désignation d'un Commissaire aux comptes 2022-2027

Nantes Métropole Habitat, OPH de la Métropole Nantaise

17 septembre

44 - NANTES METROPOLE HABITAT

Prestation de DPO (Data Privacy Officer) externalisée.

Agence Nationale des Fréquences

17 septembre

94 - ANFR

Marché d'assurances.

Ville de Plombières les Bains

17 septembre

88 - PLOMBIERES LES BAINS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

« L'Europe peut s'inspirer des Bermudes »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié