L'ingénieur devenu assureur

Cet informaticien n'a pas hésité, la quarantaine passée, à retourner sur les bancs de l'école pour changer de métier et s'orienter vers le marketing.

Sur une grande carte du monde aux couleurs surannées, il a pointé de rouge et de vert les îles de Wallis et Futuna, Mayotte, La Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Martin, la Guadeloupe, la Martinique, la Polynésie française... Dans son bureau, Bruno Gaultier a également accroché un cadre où se décline, derrière les palmiers, l'enseigne d'AGF aux quatre coins des Dom-Tom et, placée à côté de son ordinateur, la photo d'une plage de sable fin.

Le Web, clé du réseau

Une envie d'exotisme pour échapper aux losanges marron qui tapissent les couloirs de cet immeuble du 9e arrondissement de Paris ? Sûrement, mais aussi la matérialisation de son territoire d'intervention. « Le changement de marque [vers celle d'Allianz] permettra d'homogénéiser la signalétique du réseau, notamment de renouveler certains panneaux abîmés par le climat humide de ces régions. »

L'énergie avec laquelle il vient de prendre son poste laisse penser qu'il s'acquittera rapidement de cette mission. Entré chez AGF par la porte informatique en 1992, Bruno Gaultier s'est vu confier, depuis quelques mois par la direction d'outre-mer, le développement du marketing et des réseaux. Fonction à laquelle il devrait bientôt se consacrer à temps plein (création d'une veille concurrentielle, développement de l'usage d'Internet par les agents, etc.), délaissant progressivement le secrétariat général.

Une évolution professionnelle liée au MBA qu'il vient de décrocher après deux années de cours à l'Énass et qui s'est conclu par une thèse intitulée « Comment attirer les internautes dans un réseau d'agents ? » « J'y ai acquis non seulement une connaissance des différentes facettes de l'assurance, mais aussi de la crédibilité. » Comprendre : au prix d'un véritable effort, le voilà enfin sorti de son carcan d'ingénieur informaticien, poursuivi en permanence par les demandes techniques. « C'était difficile, il a fallu s'accrocher, se mettre à ses devoirs tous les soirs. Mais l'esprit de groupe et le soutien de ma famille ont été bénéfiques. » Bruno Gaultier a encore l'enthousiasme d'un jeune potache qui vient tout juste de ranger ses cahiers. « J'ai eu ma carte d'étudiant en même temps que mon fils ! » s'amuse ce père de deux enfants. On imagine pourtant mal Bruno Gaultier cloîtré à réviser ses leçons, lui qui fut un conseiller municipal engagé à Fontenay-le-Fleury (Yvelines) et qui est un passionné de relations humaines. « J'aime le contact, les hommes et le terrain. »

Rigueur et persévérance

De fait, entré chez IBM comme ingénieur en informatique, il devient ingénieur commercial auprès d'AGF. Les déboires du projet de système d'information Aneto du département santé l'amènent à poser sa candidature au poste de responsable informatique outre-mer. Un nouvel horizon s'ouvre. « Mon objectif depuis le début était de devenir assureur. Avec ce poste, je m'en rapprochais. » L'outre-mer représente 170 collaborateurs, 230 000 clients sur les 5 millions d'AGF en France. Avec un défi : dans un contexte de risques importants (cyclones, séismes, mouvements sociaux), il se réjouit d'avoir à impulser une nouvelle dynamique. Et d'assurer un management multiculturel. « Dans ces départements où la culture locale est très forte, il ne faut pas être dogmatique, mais, en même temps, rigueur et persévérance s'imposent. » Après deux ans de vie quasi monacale, tout une gamme de possibles se réveille, y compris sur le plan personnel. « J'aimerais me lancer dans le chant », avoue-t-il. On le croit d'autant plus qu'il a décidément de faux airs d'Yves Duteil.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

L'ingénieur devenu assureur

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié