La CNAM apaise la grogne des médecins

Les syndicats médicaux et la CNAM sont parvenus à un accord sur les honoraires. Les primes d'assurances seront en partie prises en charge par elle, mais les médecins veulent toujours porter plainte contre les assureurs.
Les syndicats de médecins ont finalement accepté la proposition de la CNAM de prendre en charge les deux tiers des primes d'assurances de responsabilité civile des médecins spécialistes du secteur 1 respectant les tarifs de convention. L'accord prévoit l'élargissement en 2004 de ce dispositif à tous les praticiens libéraux qui souscriront à une assurance collective dont les modalités restent à définir. Le Syngof (syndicat des gynécologues) suspend son mouvement de grève temporairement mais maintient la pression contre ce qu'il appelle le « racket » des assureurs. Il invite ses adhérents à refuser l'aide financière proposée par la CNAM, jugeant cet accord « inacceptable autant pour les praticiens de la naissance que pour les assurés sociaux dont les caisses ont trouvé 50 millions d'euros pour payer les assureurs sans discuter. »

Naguib Boudjellal

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 14 février 2020

ÉDITION DU 14 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Construction de Climat Planète Assurance Dommage Ouvrage

Université Grenoble Alpes

18 février

69 - UNIVERSITE GRENOBLE ALPES

Marché relatif à la souscription du contrat d'assurance de responsabilité civile et...

Ville du Touquet Paris Plage

18 février

62 - LE TOUQUET PARIS PLAGE

Marché d'assurances des risques statutaires des agents de la communauté de communes...

CCM Pyrénées Vallées des Gaves

18 février

65 - CC PYRENEES VALLEES GAVES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La CNAM apaise la grogne des médecins

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié