La direction de la GMF ne cède pas sur les augmentations de salaires

Les trois organisations syndicales, CGT, FO et SAP-GMF Unsa, ont appelé à un nouvel arrêt de travail le 18 juin. La direction maintient sa position.

Ça grogne à la GMF. Après un débrayage le 11 juin, suivi, selon les organisations syn- dicales, par 1 400 salariés (730 selon la direction), les trois organisations syndicales (CGT, FO, SAP-GMF Unsa) ont appelé à un nouvel arrêt de travail le 18 juin. Les syndicats réclament toujours une augmentation générale de 2,5 %, la revalorisation des bas salaires avec un minimum d'augmentation annuelle de 700 € et une prime exceptionnelle aux résultats de 1 500 €.

Processus dans l'impasse

Des exigences qui se situent au-dessus des déclarations de la direction en février. Elle proposait alors une augmentation générale de 2 %, avec un minimum de 600 € pour les salariés percevant moins de 30 000 € par an, ainsi qu'une augmentation de 100 € de la prime de vacances pour les non-cadres. Qualifiant ces propositions de « régression » au regard, notamment, des 2,5 % d'augmentation générale des salaires obtenue en 2006, les six organisations syndicales avaient refusé dans la foulée de ratifier l'accord salarial annuel. « Les résultats de la GMF sont excellents, mais ne profitent pas aux salariés », s'insurge Betty Saada, déléguée centrale FO de la mutuelle.

« Nous n'avons pas l'intention de rouvrir les négociations », répond Manuel de Dieuleveult, DRH du groupe GMF. En complément des mesures collectives, la direction propose des dispositifs individuels. Ce sont ainsi 3,2 % de la masse salariale qui sont consacrés aux primes et augmentations individuelles, ainsi qu'aux changements de qualification.

Le malaise n'est pas quantifiable

Mais, derrière ces revendications qui peuvent paraître purement financières, se profile un autre malaise : « Nos collègues ont déjà témoigné le 11 juin dernier de leur souffrance au travail, de leur mal-être et de la dégradation de leurs conditions de travail », a indiqué Thierry Amarre, délégué central CGT et porte-parole de l'intersyndicale, lors d'une allocution en ouverture de la réunion de présentation des comptes au personnel par Thierry Derez le 18 juin. Malaise qui, lui, est difficilement « quantifiable »... l

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 juin 2021

ÉDITION DU 11 juin 2021 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance Senior H/F

Postuler

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La direction de la GMF ne cède pas sur les augmentations de salaires

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié