La Maif ouvre la voie à une « nouvelle donne »

Après la Macif, c'est au tour de la Maif de remettre à plat ses accords sociaux. L'organisation du temps de travail fait actuellement l'objet de négociations.

Le fait est suffisamment rare pour être souligné, mais, un certain malaise social est perceptible à la Maif. La renégociation de l'ensemble des accords régissant le statut social des salariés a fait l'objet d'un appel à la grève pour lundi 2 octobre, lancé par les syndicats CGT et FO. « Nous défendons un modèle social qui a donné satisfaction et permis à la Maif d'être ce qu'elle est aujourd'hui », déclarent les deux organisations syndicales dans un communiqué.

Négociations sur le long terme

Préoccupée par la concurrence des bancassureurs, qui proposent à leurs clients une large amplitude horaire, notamment via des plateaux téléphoniques et une ouverture des bureaux le samedi, la mutuelle niortaise a entamé au début de l'année une réflexion avec ses partenaires sociaux. Les grandes lignes du nouveau modèle social qui se dessine sont clairement détaillées dans un document intitulé « Ambition ». « Il n'est pas question, bien entendu, de piétiner notre ancien modèle social, mais d'étudier avec les partenaires sociaux la façon dont la Maif doit inscrire son développement dans un environnement qui bouge », insiste Jean-Dominique Antoni, directeur délégué du groupe.

Prudente, la direction de la mutuelle, qui garde encore en mémoire le violent conflit social qu'a subi la Macif au printemps, n'a pas souhaité d'emblée dénoncer les accords d'entreprises existants. Un accord de moyens a été défini, prélude à l'ouverture des négociations. Celles-ci porteront sur quatre chapitres principaux : l'organisation du temps de travail, les rémunérations, les aspects sociaux (retraite et assurance maladie complémentaire) et, enfin, la vie au travail. Les deux parties se sont donné jusqu'au 31 décembre 2007 pour aboutir à un accord.

Des volontaires du samedi déjà à pied d'oeuvre

Le premier volet est abordé depuis le début du mois de septembre. L'objectif de la Maif est de parvenir à une amplitude horaire de 8 h à 19 h 30 et à une ouverture des bureaux le samedi. Mais la direction indique que tous les bureaux ne devraient pas être concernés par cette nouvelle organisation du travail, sans toutefois vouloir apporter plus de précisions. En 1999, les négociations sur les 35 heures avaient justement achoppé sur l'ouverture des bureaux le samedi. Pour contourner cet obstacle, la mutuelle a ouvert en fin de semaine dernière des structures satellites aux délégations départementales, dont la vocation est exclusivement commerciale. Ces structures sont animées par des salariés volontaires ou par des collaborateurs recrutés exclusivement à cet effet.

En remettant à plat l'organisation du temps de travail, la Maif souhaite donc aller plus loin. Le second volet lié aux rémunérations et aux classifications n'est pas encore ouvert aux négociations, mais, déjà, la mutuelle ne cache pas son intention de vouloir introduire des éléments de différenciation salariale. Les syndicats s'inquiètent notamment d'une possible remise en cause de l'avancement automatique à l'ancienneté. Là encore très prudente, la Maif indique que cette évolution ne concernera pas tous les salariés.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurance

Fondation de Selves

20 août

24 - Sarlat-la-Canéda

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La Maif ouvre la voie à une « nouvelle donne »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié